Spécifications d'ontologie CWRC - 0.99.5

L'Ontologie CWRC est l'ontologie du Collaboratoire scientifique des écrits du Canada.

Brouillon de travail — 06 August 2017 (English Version)

Ancienne version:
http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc-2017-08-04 (owl - rdf/xml, ttl, nt)
Version courante:
http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc-2017-08-06.html (owl-rdf/xml, ttl, nt)
Version à jour:
http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc.html (owl-rdf/xml, ttl, nt)
Dernière version : 0.99.5
Date: 06 August 2017
Auteurs:
Susan Brown
Colin Faulkner
Abigel Lemak
Kim Martin
Alliyya Mo
Jade Penancier
John Simpson
Robert Warren
Contributeurs:
Constance Crompton
Original Orlando Project Authors
Sujects:
Littérature Canadienne, Littérature Anglaise, Bibliographie, Littérature--Histore et critique, Littérature en sciences humaines - Éditions

Résumé

L'Ontologie du Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (cwrc.ca) regroupe diverses ressources de webs de données produites par le Collaboratoire relatif aux écrivains, à l'écriture et à la culture.

Tables des Matières

1. Introduction

Même si elle contient des éléments assez généraux pour des activités telles que l'annotation et la citation, l'ontologie du CWRC a pour objectif de décrire et relier certains aspects de la Littérature et de l'histoire littéraire en faisant tout particulièrement attention aux questions de genre et à l'interprétation intersectionelle, du fait de ses liens avec Le Projet Orlando, une histoire littéraire des femmes de lettres britanniques. Il les relie à certaines catégories normées, tout en essayant de rendre la complexité qui lie représentation et provenance dans la production de webs de données, ainsi que de transmettre la position culturelle et politique (Haraway, 1988) du savoir qu'elle présente.

Certains des documents associés à cette ontologie sont nés d'activités menées au sein du Collaboratoire. D'autres sont générés par un processus de traduction de balises XML intégrées. En d'autres termes, certains sont issus d'activités humaines telles que la création ou la conservation de contenus, alors que d'autres sont générés mécaniquement. .

2. Statut du présent document

Ce document est une version lisible par l'utilisateur de l'ontologie et ne peut pas documenter toutes les structures de données. L'ontologie sert elle-même de référence primaire pour la compréhension de son fonctionnement.

Ce document est destiné à un public d'académiques souhaitant comprendre la façon dont l'ontologie traite les problèmes concrets relatifs à l’enregistrement de données et aux professionnels des webs de données souhaitant utiliser cette ontologie.

3. Statut de l'ontologie dynamique

Ce document et l'ontologie associée sont développés de façon itérative et des modifications seront apportées au fil du temps, étant donné que la traduction des données se fait progressivement et que de nouveaux problèmes ontologiques sont identifiés au fur et à mesure. Une certaine continuité est assurée grâce à l’utilisation d’annotations ontologies OWL pour la compatibilité ontologique ainsi que pour les classes et les propriétés obsolètes. Les termes supprimés de l'ontologie restent présents mais sont signalés comme tels.

4. Contexte des données source d'Orlando

Créé en 1995, le projet Orlando est une histoire littéraire des femmes de lettres britanniques de leurs origines jusqu'à nos jours (Brown, Clements and Grundy, 2007a;Brown, Clements and Grundy, 2007b). Cette collaboration née-numérique a élaboré une représentation des connaissances (Brown, Clements et al., 2006) sous la forme d'un jeu d’étiquettes SGML conçu sur mesure afin d'encoder le texte avec des priorités et des concepts au fur et à mesure de sa production. Cet ensemble d’étiquettes structure le contenu biocritique, chronologique et bibliographique d'une histoire littéraire contenant plus de huit millions de mots et deux millions d’étiquettes. Le schéma sert de base au Collaboratoire scientifique des écrits du Canada pour des contenus similaires et fournit les fondations de la présente ontologie. La production de certaines des données sources est réalisée par extraction de balises XML incorporées dans les matériaux du Projet Orlando et du contenu de structures similaires présentes au sein du Collaboratoire (Simpson and Brown, 2013).

Orlando: une histoire littéraire des femmes de lettres britanniques des débuts jusqu’à nos jours (Brown and Clements and et al., 2006) est publié par Cambridge University Press:
http://orlando.cambridge.org.

L'introduction académique et l'introduction à l'ensemble des tags compris dans Orlando sont disponibles ici:
http://orlando.cambridge.org/public/svDocumentation?&d_id=ABOUTTHEPROJECT.

Les contributeurs d'Orlando sont énumérés ici:
http://orlando.cambridge.org/public/svDocumentation?formname=t&d_id=CREDITSANDACKNOWLEDGEMENTS.

Les schémas XML du Projet Orlando et le schéma XML du projet CSÉC sont disponibles ici
https://github.com/cwrc/CWRC-Schema/tree/master/schemas.

5. Objectifs ontologiques fondamentaux

a. Principes

Le schéma recouvre les entités, les classes et les relations associées aux domaines de la littérature et de l'histoire littéraire, interprétées dans une perspective féministe intersectionnelle. La conception de l'ontologie répond aux défis posés par le passage de données semi-structurées à des données structurées (Smith, 2013). Bien que les triplets de données liées soient autonomes sur la forme, beaucoup sont dérivés de prose discursive et sont mieux compris lorsqu’ils sont rattachés à leur contexte d’origine. La conception de l’ontologie du CSÉC évite de représenter les extractions RDF des données d'Orlando comme des assertions positivistes, et produit tout de même des schémas de structures compatibles OWL/RDF lisible par machine. Elle permet de faire des références à d’autres vocabulaires ontologiques externes sans les soutenir ontologiquement, qui sont néanmoins des sources d’information servant à documenter les processus culturelles et identitaires .

b. Liens avec d'autres ontologies

Nous employons un certain nombre de stratégies pour nous relier à d'autres ontologies. Notre architecture n’importe entièrement d’autres ontologies, mais renvoie à certain termes de vocabulaires larges de façon définie. Nous nous efforçons de ne pas abuser du prédicat sameAs (Halpin, Hayes et al., 2010). Nous adoptons des espaces noms externes ainsi que des classes et termes associés dans la mesure du possible lorsqu'ils sont couramment employés et que leurs vocabulaires sont en grande partie compatibles avec le nôtre, comme dans le cas des vocabulaires FOAF et BIBO . Pour certains termes, tels que les dénominations religieuses ou les genres littéraires, nous nous appuyons volontiers en partie ou en totalité sur les termes et définitions d'autres vocabulaires, comme dans le cas du Getty Art and Architecture Thesaurus (Getty Research Institute). D'autres termes sont référencés avec un certain recul critique. Ceci s’applique plus particulièrement au vocabulaire associé à Cultural Form (voir ci-dessous), qui est avant tout considéré comme représentatif, et au sein duquel les termes d’identité sont entrés en tant qu’étiquettes reliés à des instances internes plus précises qui signalent l'intersection dudit terme avec un ou plusieurs types de catégorisation identitaire. Celles-ci sont à leur tour liées à des ontologies externes en tant que sous-classes, ou skos:narrower,, dans l’objectif d’indiquer que même s’ils sont liés les termes et leurs définitions ne correspondent pas complètement à ceux utilisés dans le vocabulaire du CWRC. Grâce à cette structure, notre vocabulaire considère que tous les termes associés aux processus de formation culturelle résultent d’étiquettes, tout en conservant l'ambiguïté qu’engendrent ces termes liés à des constructions sociales et identitaires complexe lorsqu’ils sont employés dans des textes.

La récupération de vocabulaires a présenté certains défis au CWRC, car les vocabulaires du balisage d’où provient le RDF peuvent être ambigus, à un tel point que leur réutilisation devient difficile. Les termes relatifs à la religion sont des exemples typiques de ces ambiguïtés, puisqu'il est difficile de déterminer si un terme représente effectivement une religion comme système de croyances, une adhésion formelle à l’organisation religieuse associée, des comportements sociaux et souvent laïques, les affiliations associées à la religion, ou quelque autre combinaison de ces dernières définitions.

Au niveau supérieur, l'ontologie du CWRC utilise des ontologies bien connues:

  1. L'ontologie FOAF pour la représentation des personnes et des organisations.
  2. L'ontologie BIBO pour la représentation des données bibliographiques.
  3. L'ontologie TIME pour la représentation des événements et des moments données pour lesquels les schémas de temps ISO8601 / XML ne sont pas appropriés.
  4. L'ontologie NIF-CORE est utilisée pour contenir et manipuler le texte des entrées originelles d'Orlando.
  5. Le modèle de données Open Annotation est utilisé pour lier le texte originel d’Orlando à des Contextes spécifiques .
  6. Le vocabulaire W3C Provenance est utilisé pour représenter les description de termes basées sur d’autres vocabulaires ainsi que les annotations sources des termes Contextes Culturels.
  7. Le modèle de données Open Annotation est utilisé pour lier le texte originel d’Orlando à des Contextes spécifiques .
  8. Certains termes du vocabulaire Dublin Core sont utilisés pour des étiquettes de documentation reconnues telles que < dc:title >.
  9. Des liens sont aussi faits avec le vocabulaire CRM-CIDOC pour les instances culturelles qui sont en commun.
Certains vocabulaires établis comme ceux d’EuroVoc, lde Getty, ou de la Librairie du Congrès pour les langues et les geonames sont utilisés dans les définitions de plusieurs classes et d’instances. Par exemple, les termes de religion du vocabulaire Getty Art and Architecture Thesaurus ont fourni des définitions adéquates pour beaucoup de religions, aussi bien que DBPedia et d’autres sources érudites. Le texte de description est ponctué par des guillemets lorsque la définition sources est adoptée dans son intégralité. Lorsque la description est entourée de guillemets, le terme a été défini par l'équipe du CSÉC, mais des liens vers des ressources externes tels que des articles académiques ou des entrées DBpedia étroitement liées peuvent être peuvent être indiqués.

c. Provenance et contextes

Comme indiqué plus haut, certaines données associées à cette ontologie ont été générées à partir de structures XML ( Simpson et Brown, 2013 ). La provenance est donc particulièrement importante, étant donné que les données n'ont pas été initialement produites en RDF, mais sous la forme de balises intégrées dans un contexte discursif. Dans de tels cas, les parties pertinentes du texte sont fournies sous forme d’éléments de code dans l'ensemble des données, devenant des instances de mise en contexte ou des annotations lisibles par l’utilisateur auxquelles les classes ontologiques sont directement liées.

L’importation massive de vocabulaires complets au sein de l'ontologie du CWRC était susceptible de créer des problèmes logiques et ontologiques. Pour y remédier, nous avons choisi de ne pas avoir recours à la structure <owl:import> et de plutôt lier des vocabulaires externes ou de cloner des groupes de termes spécifiques à partir de vocabulaires choisis. De même, tous les vocabulaires ne sont pas clairement définis dans une perspective ontologique, mais puiser dans leur prose ou certaines de leurs propriétés s’est avéré utile. À cette fin, nous avons évité l'utilisation de <owl:sameAs> dans l’optique de ne pas inclure des propriétés ou des structures ontologiques dont celle du CSÉC ne voulait pas. Dans d'autres cas, la propriété ontologique <prov:derivedFrom> est utilisée pour indiquer qu’un terme est construit d’après des informations dérivées d’autres termes, sans qu’ils soient nécessairement équivalents. Les liens directs vers d'autres ontologies sont généralement effectués par l'utilisation de <subClasses> ou de <owl:equivalentClass >.

d. Étiquettes et valeurs

Comme indiqué plus haut, les étiquettes ne sont pas seulement utilisées pour indiquer les termes particuliers associés à un élément de l'ontologie, mais pour indiquer, lorsque utilisées pour entrer une classe, son caractère représentatif et discursif.

e. Diversité culturelle

La diversité culturelle suscite de plus en plus de débats dans le cadre des humanités numériques et d’autres disciplines. La collection Debates in Digital Humanities (Gold, 2012; Gold and Klein, 2016) qui regroupe des articles reflétant l’attention croissante apportée aux problèmes de race, de genre, de diversité et de différence culturelles, est une preuve parmi d'autres de l’importance de la diversité. L’ontologie ci-présente cherche à transmettre une acception intersectionnelle des catégories identitaires, dont les schémas XML de Biographie du projet Orlando sont des exemples.

La partie Formation Culturelle de l'ontologie reconnaît le processus de catégorisation comme intrinsèque aux dynamiques sociales, tout en variant ses terminologies et en donnant le contexte des catégories d’identité. Nous invoquons ces catégories comme des bases pour l’investigation des dynamiques culturelles plutôt que comme des classifications figées, étant donné qu’elles n’ont jamais été stables ni hermétiques entre elles. (Algee-Hewitt, Porter, and Walser, 2016).Pour une explication plus en détails de la notion de formation culturelle, voir Brown et al 2017.

6. Les structures ontologiques du CWRC

Les données sources du CWRC couvrent plusieurs types de données: annotations de textes sources, documents granulaires comme les bibliographies, ainsi que du contenu discursif analysant les événements biographiques précis et les phénomènes littéraires. L'ensemble du web de données du CWRC représente ces informations comme des séries d’assertions souvent rattachées à des contextes spécifiques.

Alors que la traçabilité complète et intégrée des données ait toujours été au coeur des expérimentations reproductibles, elle devient un obstacle dans le cadre des webs de données étant donné la difficulté de manipuler les requêtes nécessaires à la récupération d’informations de base. À cet effet, l'ontologie du CWRC possède deux façons différentes d’enregistrer les données: par une série de Contexts qui relient l'information au texte source d’Orlando ou d'autres documents, et par une série de propriétés granulaires qui relient simplement les individus à leurs attributs personnels. De cette façon, la récupération rapide et le traçage en profondeur de la provenance des données sont assurés.

Pour y parvenir, deux principales structures sont utilisées dans l'ontologie: les Contextes et les Formes Culturelles . Une formation culturelle représente les éléments et/ou la classification des personnes à travers des catégories telles que la race, le genre, la langue, la sexualité ou la religion. Les contextes sont utilisés pour relier un fragment de prose d'Orlando à l'individu auquel il se réfère et à la formation culturelle spécifique qu’on lui attribuée. En outre, les propriétés sont séparées en deux catégories: déclarées et autodéclarées, permettant de préciser les déclarations individuelles.

a. Forme Culturelle

Les classes Forme Culturelle reconnaissent la catégorisation comme intrinsèque à l'expérience sociale, y incorpore des variations terminologiques et contextualise les catégories identitaires en employant des instances au sein de différents niveaux discursifs.

Les sous-classes et les instances de Forme Culturelle décrivent les subjectivités et les identités sociales grâce aux Contextes et aux propriétés granulaires. Cette structure est dérivée du système d’encodage originel d’Orlando, Cultural Form, qui orientait les utilisateurs vers la problématisation et le débat de questions complexes plutôt que vers la mobilisation de catégories réifiées.

Le passage de balises sémantiques intégrées au web de données représentait une difficulté, dans la mesure où il fallait rendre cette approche compatible à la liaison avec d'autres ontologies et d’autres jeux de données externes au cadre de référence d'Orlando. Le passage de "chaînes vers des liens" ou "chaînes vers des choses" contredisait en quelque sorte la précédente acceptation de l'ambiguïté contenue dans des chaînes comme “blanc”, “noir”, “anglais”, et ainsi de suite;: “blanc” et “noir” peuvent en effet représenter la race ou l’origine ethnique, et on peut aussi bien utiliser “anglais” pour désigner un individu, une nationalité ou un héritage national. Orlando indique ces chaînes avec l’ensemble d’étiquettes Formes Culturelles pour spécifier par exemple le contexte racial ou ethnique, exigeant une association similaire avec une instance spécifique de Forme Culturelle au sein de la représentation en web de données. Ainsi, certaines instances de Forme Culturelle indique si le contexte discursif entend blanc comme race ou blanc comme ethnie. Enfin, il existe également une étiquette blanc qui peut être une instance soit de race ou d’ethnicité, mais qui n’autorise pas les deux dans une même assertion—bien que des affirmations multiples soient possibles..

Ce point constitue un écart par rapport aux précédents vocabulaires contrôlés (en données ouvertes non liées), car l'apparence du terme ou de l'étiquette (“blanc” dans ce cas) n'indique pas la formation culturelle spécifique qui est invoquée, mais l’instance spécifique le fait. Cela signifie également que des liens vers d'autres jeux de données ou d’autres vocabulaires peuvent être réalisés de manière appropriée, puisque des représentations multiples de la même étiquette sont présentes dans l'ontologie du CSÉC. En dernier recours, ou à des fins d’exploration de données, le terme est aussi disponible en tant que concept dont la Forme Culturelle actuelle n’est pas rattachée à une des différentes options définies par le CSÉC. Cela permet de créer des liens à une ontologie externe, tel que cela peut être requis lors de l’exploration de données, sans approuver la définition ou l'interprétation correspondante de ce terme.

b. Contextes

c. Propriétés Granulaires

Les propriétés granulaires constituent un moyen simple d’indiquer des catégories culturelles telles qu’elles sont perçues, assignées à une personne selon des conventions culturelles, ou autodéclarées par les personnes elles-mêmes. Certaines propriétés sont des associations héritées par des générations précédentes.

d. Taxonomies intégrées

i. Religion

Les données originales d'Orlando posent un défi pour le recensement des religions rendent les rapports religieux car les contextes originaux ne faisaient pas de différence entre croyance religieuse, appartenance à une organisation religieuse et 'absence de toute croyance combinée à l'adhésion à des valeurs ou des pratiques.

Nous utilisons une taxonomie pour énumérer les catégories associées à ce spectre. La taxonomie en elle-même est basée sur SKOS et représente un mélange flexible de croyances partagées et de ramifications historiques. La classe de religion est également un schéma conceptuel de SKOS qui comporte plusieurs <skos:topConcept>s.

La taxonomie tente de retracer de manière subjective la lignée théologique et/ou historique du système de croyances. Comme pour l’application d’étiquettes à un individu, il s'agit d'un processus d'interprétation.

7. Référence Globales

Dictionaries:Ethnicity,Gender,GeographicalHeritage,NationalHeritage,NationalIdentity,PoliticalAffiliation,RaceColour,Religion,Sexuality,SocialClass,

Classes:Actor,Address,Androgynous,Context,CulturalForm,CulturalFormContext,Ethnicity,EthnicityContext,Event,Gender,GenderContext,GenderQueer,GeographicalHeritage,Language,LanguageContext,LinguisticAbility,NationalHeritage,NationalIdentity,NationalityContext,Place,PoliticalAffiliation,PoliticalContext,RaceColour,RaceEthnicity,RaceEthnicityContext,Religion,ReligionContext,Sexuality,SexualityContext,SocialClass,SocialClassContext,TextLabels,

Properties:auntOf,bloodRelativeOf,brotherOf,childOf,contraryTo,cousinOf,daughterOf,fatherOf,forebearOf,grandChildOf,grandDaughterOf,grandFatherOf,grandMotherOf,grandParentOf,grandSonOf,guardianOf,hasActor,hasCulturalForm,hasEthnicity,hasEthnicitySelfReported,hasGender,hasGenderSelfReported,hasGeographicHeritage,hasGeographicHeritageSelfReported,hasLinguisticAbility,hasLinguisticAbilitySelfReported,hasNationality,hasNationalitySelfReported,hasNativeLinguisticAbility,hasNativeLinguisticAbilitySelfReported,hasRaceColour,hasRaceColourSelfReported,hasReligion,hasReligionSelfReported,hasSexuality,hasSexualitySelfReported,hasSocialClass,hasSocialClassSelfReported,husbandOf,identity,inRole,interpersonalRelationship,literalForm,motherOf,nephewOf,nieceOf,parentOf,partnerOf,personalProperty,personalPropertySelfReported,relativeOf,sibling,sisterOf,sonOf,stepBrotherOf,stepChildOf,stepDaughterOf,stepFatherOf,stepMotherOf,stepParentOf,stepSisterOf,stepSonOf,uncleOf,wifeOf,

Instances:FemaleLabel,abolitionism,abrahamicReligions,agnosticism,aidsActivism,americanNationalism,anarchism,anglicanism,animalWelfareAdvocacy,anti-American,anti-Antisemitism,anti-Apartheid,anti-Boer,anti-Bolshevism,anti-Bonapartism,anti-British,anti-CapitalPunishment,anti-Capitalism,anti-Caste,anti-Catholicism,anti-Censorship,anti-Communism,anti-Conscriptionism,anti-ContagiousDiseasesAct,anti-CorporalPunishment,anti-European,anti-Fascism,anti-Federalism,anti-Feminism,anti-Globalism,anti-Imperialism,anti-Jacobin,anti-Jacobite,anti-LandLeague,anti-Monarchism,anti-NuclearMovement,anti-Pacifism,anti-PovertyMovement,anti-Racism,anti-Socialism,anti-Suffrage,anti-Trade-Unionism,anti-Urbanism,anti-Vaccination,anti-Vivisection,anti-War,anti-Zionism,antidisestablishmentarianism,antisemitism,artsAdvocacy,atheism,baptistChristianity,birthControlActivism,black,blackAnti-Oppression,blackLabel,bolshevism,bonapartism,boulangism,britishNationalism,buddhism,catholicism,childrensWelfare,christianPacifism,christianScience,christianSocialism,christianity,churchOfIreland,civilLibertarianism,civilRights,co-operativeMovement,communalism,communism,congregationalism,conscientiousObjection,conservatism,conservativeFeminism,conservativePartyUk,constitutionalism,covenanters,disestablismentarianism,dissentProtestant,dissentingChristianity,dressReform,dreyfusard,educationReform,egalitarianism,egyptianNationalism,elderRights,england,englandLabel,englishLabel,englishNationalHeritage,englishNationalIdentity,entrepreneurial-industrialist,environmentalism,eugenics,eurasianLabel,eurasianRace,existentialism,fascism,feminism,feministAnti-ViolenceActivism,feministInternationalism,feministPacifism,fifthMonarchists,freeTradeMovement,frenchNationalism,gayRights,gentry,germanNationalism,girondin,greekNationalist,guelphPartyFlorence,hanoverian,heterosexual,hinduism,homosexual,housingMovement,humanRights,humanism,imperialism,indianIndependence,indigenousRights,indigent,individualism,internationalism,irishHomeRuleMovement,irishNationalism,irishRepublicanism,irishUnionism,islam,italianNationalism,jacobism,jacobitism,jewishEmancipation,jewishEthnicity,jewishGeographicalHeritage,jewishLabel,jewishNationalIdentity,judaism,labourMovement,left-Wing,lesbian,liberalUnionistParty,liberalism,libertarianism,lollardy,lowerMiddleClass,maleLabel,man,manLabel,managerial,maoism,marriageLawReform,marxism,methodism,millenarianism,monarchism,multiculturalism,multiracialism,nationalism,nazism,neo-Conservatism,neo-thomism,newDealer,nihilism,nobility,nonjurorsMovement,occultism,pacifism,paganism,parliamentarianism,parliamentaryReform,patriotism,plymouthBrethren,polishNationalism,poorAdvocacy,poorLawReform,presbyterianism,prisonReform,pro-American,pro-BoerWar,pro-Catholicism,pro-Choice,pro-European,pro-Slavery,professional,propertyLawReform,protestantRule,protestantism,quakerism,racialEquality,racism,radicalism,rationalism,republicanism,revolutionaryPolitics,rural-unskilled,sabbatarianism,sanitaryMovement,scottishNationalism,secularism,servants,sexualReform,sexualityBisexuality,sexualityCelibacy,sexualityFrigidity,sexualityLibertinism,sexualityPromiscuity,shopkeepers,skilledCraftpersonArtisan,socialPurity,socialReform,socialism,societyOfFriends,spanishRepublicanism,spiritualism,stalinism,suffrage,taxResistance,temperanceMovement,toryPartyBritain,tractarianMovement,tradeUnionism,transMan,transWoman,unitarianism,upper-middleClass,urban-industrialUnskilled,urbanReform,vegetarianism,welshNationalHeritage,welshNationalism,whiggism,whiteEthnicity,whiteLabel,whiteRaceColour,wilkite,woman,womanLabel,womanism,womensEducationReform,womensEmploymentReform,yeoman-farmer,zionism,

8. Références détaillées pour tous les termes, classes et propriétés

Dictionaries

[back to top]

Dictionary: cwrc:Ethnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Ethnicity

ethnicité

Concepts:

[back to top]

Dictionary: cwrc:Gender

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Gender

genre

Cette sous-classe de culturalForms indique le genre d’une personne, qu’il soit attribué par cette dernière ou auto-défini. Même si dans la culture populaire le genre et le sexe biologique sont confondus et binaires, le concept de genre souligne la relativité, la constructivité et la performativité des identités et des comportements genrés, réparties en catégories historiquement contingentes, changeantes et aux frontières floues. Cf Simone de Beauvoir: “On ne naît pas femme, on le devient,” et d’autres nombreuses théoriciennes du genre, dont Judith Butler en 1990. Le genre est entendu comme fluide, situationnel, parfois pluriel, et est relié à, l’identité et l’orientation sexuelles même s’ils ne doivent pas être confondus. Il est relié à des formes spécifiques d’incarnation ou à des comportements physiques, sans pour autant être défini par eux. Plutôt que de voir le sexe biologique comme présocial et attribué par nature, le corps est compris comme un lieu d’inscriptions (cf Elizabeth Grosz 1994) qui est aussi socialement construit et épigénétiquement modelé par des facteurs environnementaux (N. Katherine Hayles 2012). Cette ontologie ne fournit donc pas de termes séparés pour le genre et le sexe. Les barres obliques qui lient les termes associés aux genres et ceux conventionnellement attribués au sexe indiquent plutôt le glissement constant de ces catégories au fil des discours, des actions et des institutions. Loin d’indiquer une part d’expérience universelle, le genre s’entrecroise avec d’autres catégories d’identité et axes d’oppression comme la classe, la race, la couleur, ou l’héritage géographique pour produire des intérêts et des expériences bien différentes pour les personnes d’un même genre. Un exemple est l’intersection de la religion et de l’identité masculine du mouvement de la Chrétienté Musculaire formé au Royaume-Uni au 19ème siècle. Dans ce contexte, être une femme de couleur devait aggraver les oppressions liées au genre (Kimberlé Crenshaw, 1989).

Concepts:man,transMan,transWoman,woman,GenderQueer,

[back to top]

Dictionary: cwrc:GeographicalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#GeographicalHeritage

héritage géographique

Une sous-classe de Forme Culturelle, Héritage Géographique indique l’héritage géographique d’une personne, accompagné du contexte fourni par les annotations de Contexte National lorsque celui-ci est disponible. L’héritage géographique inclut les origines géographiques de la famille d’une personne, qui s’avèrent souvent utiles à la compréhension de son milieu ethnique et raciale. Cela permet par exemple de saisir l’identité de femmes qui se déclarent "sud-asiatiques", alors qu’aucune autre précision n'est fournie concernant son héritage national. Voir Contexte Ethnique Et Racial pour un compte-rendu détaillé de la complexité de cette classe. Il peut être multiple et différent de l’identité ou de l’héritage national, de la citoyenneté actuelle ou officielle, et de la région géographique ou du territoire de résidence. Les personnes qui utilisent cette classe et ses sous-classes sont encouragées à consulter les extraits ou les annotations de Contexte National lorsqu’ils sont disponibles.

Concepts:jewishGeographicalHeritage,england,

[back to top]

Dictionary: cwrc:NationalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#NationalHeritage

héritage national

Une sous-catégorie de Forme Culturelle, cette propriété indique l’héritage national d’une personne, accompagné du contexte fourni par Contexte National lorsque celui-ci est disponible. Héritage National est composé de divers éléments relatifs à l’identité nationale, souvent transmis par des générations précédentes et influencé par le milieu historique ainsi que par l’héritage géographique. Il peut être multiple et différent de l’identité nationale, de la citoyenneté actuelle ou officielle, de la région géographique ou du territoire de résidence. Les personnes qui utilisent cette classe et ses sous-classes sont encouragées à consulter les extraits ou les annotations de Contexte National lorsqu’ils sont disponibles.

Concepts:

[back to top]

Dictionary: cwrc:NationalIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#NationalIdentity

nationalité

Une sous-catégorie de Forme Culturelle, cette propriété indique la nationalité d’une personne, accompagnée du contexte fourni par les annotations de Nationalité Contexte lorsque celui-ci est disponible. Elle diffère de la citoyenneté et n’est pas proportionnelle à la zone géographique ou au territoire sur lequel une personne réside. Comme d’autres catégories identitaires, la nationalité peut être plurielle, fluide ou contingente, et recoupe avec Héritage National ainsi qu’avec d’autres catégories identitaires. Les personnes qui utilisent cette classe et ses sous-classes sont encouragées à consulter les les annotations de Nationalité Contexte lorsqu’ils sont disponibles.

Concepts:englishNationalIdentity,jewishNationalIdentity,

[back to top]

Dictionary: cwrc:PoliticalAffiliation

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#PoliticalAffiliation

affiliation politique

Concepts:marxism,nonjurorsMovement,anti-CapitalPunishment,individualism,parliamentaryReform,zionism,anti-Bolshevism,italianNationalism,urbanReform,societyOfFriends,revolutionaryPolitics,prisonReform,freeTradeMovement,taxResistance,bolshevism,antisemitism,anti-Communism,anti-Suffrage,christianPacifism,civilRights,disestablismentarianism,dressReform,birthControlActivism,animalWelfareAdvocacy,jacobitism,multiracialism,welshNationalism,hanoverian,anarchism,labourMovement,sexualReform,anti-Jacobin,aidsActivism,conscientiousObjection,anti-PovertyMovement,socialism,anti-Racism,anti-Globalism,anti-War,guelphPartyFlorence,pro-Slavery,anti-Urbanism,anti-Zionism,girondin,sanitaryMovement,egalitarianism,anti-Boer,frenchNationalism,pro-American,feministPacifism,neo-Conservatism,womanism,christianSocialism,irishRepublicanism,anti-Feminism,egyptianNationalism,maoism,anti-Monarchism,feministInternationalism,patriotism,dreyfusard,germanNationalism,anti-Vivisection,jewishEmancipation,nihilism,poorLawReform,pro-European,co-operativeMovement,marriageLawReform,multiculturalism,jacobism,anti-Fascism,racialEquality,humanism,vegetarianism,polishNationalism,pro-BoerWar,anti-NuclearMovement,anti-Pacifism,anti-Caste,anti-Imperialism,conservativePartyUk,socialPurity,anti-CorporalPunishment,humanRights,tradeUnionism,bonapartism,anti-American,pacifism,feminism,anti-ContagiousDiseasesAct,liberalUnionistParty,anti-Capitalism,republicanism,anti-British,abolitionism,elderRights,housingMovement,childrensWelfare,eugenics,fascism,anti-Catholicism,nationalism,anti-Socialism,toryPartyBritain,feministAnti-ViolenceActivism,anti-Trade-Unionism,anti-Conscriptionism,educationReform,antidisestablishmentarianism,liberalism,artsAdvocacy,greekNationalist,poorAdvocacy,anti-LandLeague,constitutionalism,suffrage,wilkite,scottishNationalism,womensEducationReform,irishUnionism,indianIndependence,irishHomeRuleMovement,anti-Vaccination,left-Wing,womensEmploymentReform,britishNationalism,environmentalism,anti-Censorship,anti-Apartheid,imperialism,communism,libertarianism,secularism,newDealer,propertyLawReform,anti-Jacobite,conservativeFeminism,spanishRepublicanism,anti-Bonapartism,racism,covenanters,anti-Federalism,anti-European,blackAnti-Oppression,gayRights,communalism,temperanceMovement,boulangism,anti-Antisemitism,radicalism,nazism,irishNationalism,internationalism,pro-Choice,rationalism,conservatism,indigenousRights,parliamentarianism,existentialism,sabbatarianism,americanNationalism,pro-Catholicism,socialReform,whiggism,civilLibertarianism,monarchism,stalinism,protestantRule,

[back to top]

Dictionary: cwrc:RaceColour

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#RaceColour

race ou couleur

Concepts:jewishEthnicity,whiteRaceColour,eurasianRace,whiteEthnicity,

[back to top]

Dictionary: cwrc:Religion

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Religion

religion

Concepts:dissentProtestant,jewishReligion,millenarianism,presbyterianism,atheism,pagan,dissentingChristianity,neo-thomism,judaism,societyOfFriends,christianScience,hinduism,methodism,islam,quakers,dissenters,abrahamicReligions,lollardy,dissentingChurches,protestantism,christianity,anglicanism,baptistChristianity,churchOfIreland,tractarianMovement,congregationalism,catholicChurch,catholicism,churchOfEngland,congregationalChurch,rationalDissenter,paganism,plymouthBrethren,churchOfChristianScience,unitarianism,lollards,occultism,quakerism,buddhism,fifthMonarchists,agnosticism,spiritualism,baptistChurch,

[back to top]

Dictionary: cwrc:Sexuality

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Sexuality

sexualité

Une sous-classe de Forme Culturelle liée à Sexualité En Contexte, les propriétés de Sexualité indiquent en un mot ou en une phrase les identifications ou les aspects de la sexualité (par exemple "lesbienne", "monogame", "hétérosexuel.le", mais aussi "ouvert.e"), non pas pour clore la discussion mais pour développer l’étude et l’analyse critique de ces catégories. Comme l’identité sexuelle peut être plurielle et fluide, une même personne est susceptible d’être associée à plusieurs termes. L’identité sexuelle peut être formulée par la personne elle-même ou être assignée par d’autres individus. Les termes utilisés peuvent se trouver en tension ou se montrer incompatibles, et reflètent différentes périodes de l’existence. Par exemple, lier une personne au terme "lesbienne" comme classe de sexualité ne signifie pas nécessairement que cette dernière était définitivement lesbienne, car une telle identification est souvent impossible à cause de lacunes et de silences historiques. En ce qui concerne les personnes toujours en vie, nous ne nous appuyons que sur des sources ou des déclarations publiques faites par le sujet elle/lui-même afin de ne pas dévoiler par inadvertance des informations privées sur sa sexualité. Voir Campbell et Cowan 2016

Concepts:sexualityBisexuality,sexualityFrigidity,homosexual,sexualityCelibacy,sexualityPromiscuity,lesbian,heterosexual,sexualityLibertinism,

[back to top]

Dictionary: cwrc:SocialClass

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SocialClass

classe sociale

Une sous-catégorie de culturalForm, les termes de socialClass associent les sujets à des groupes sociaux spécifiques, en prenant en compte le fait que ces catégories et leur application aux individus sont contestables et peuvent changer au fil du temps. L’association à une classe sociale peut ou a pu être assumée par le sujet elle/lui-même ou attribuée par d’autres. Contrairement aux notes comme socialClassContext, qui contiennent les détails des discussions autour de le statut social du sujet, socialClass relie un mot ou une phrase référant à une classe spécifique qui renvoie à des périodes historiques antérieures spécifiques des Îles Britanniques. La notion de classe sociale a été construite et théorisée de diverses manières, et est d’autant plus complexe pour les femmes puisqu’elles étaient censées adopter le statut social de leur père et/ou de leur mari. La terminologie ici utilisée réfère à des groupes sociaux élémentaires qui se recoupent avec d’autres facteurs comme la richesse.

Concepts:professional,urban-industrialUnskilled,indigent,nobility,lowerMiddleClass,yeoman-farmer,servants,shopkeepers,rural-unskilled,managerial,gentry,upper-middleClass,skilledCraftpersonArtisan,entrepreneurial-industrialist,

Classes

[back to top]

Class: cwrc:Actor

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Actor

None

same-as:
http://erlangen-crm.org/current/E39.Actor
in-domain-of:
cwrc:inRole
cwrc:identity
in-range-of:
cwrc:hasActor

[back to top]

Class: cwrc:Address

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Address

adresse

Une adresse postale ou de rue.

same-as:
http://schema.org/PostalAddress
sub-class-of:
cwrc:Place

[back to top]

Class: cwrc:Androgynous

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Androgynous

androgyne

[back to top]

Class: cwrc:Context

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Context

contexte

in-range-of:
prov:derivedFrom

[back to top]

Class: cwrc:CulturalForm

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#CulturalForm

forme culturelle

La classe de propriétés Forme Culturelle associe des concepts et des catégories spécifiques à la formation identitaire réalisée au travers de processus culturels. De telles associations ont été adoptées par le sujet elle/lui-même ou attribuées par d’autres. Même si les formes culturelles ou les identités sociales s’articulent autour de notions communément partagées comme la caractérisation, les traditions, les croyances ou les origines, certains travaux récents ont ont montré que de telles catégories sont contingentes, provisoire et construites par des discours et des pratiques sociales complexes. Tel que Stuart Hall l’affirme, "Il semble que la question de l’identité réapparaît dans une tentative de remanier la relation entre sujets et pratiques discursives" ("Introduction"). Voir la collection éditée par Stuart Hall et Paul du Goy, Questions of Cultural Identity. Étant donné leur nature hautement discursive, les concepts et les catégories de Formes Culturelles sont conceptuellement imbriqués. Un même terme peut donc apparaître sous diverses formes culturelles, reflétant le changement de contextes discursifs dans lesquels il est employé et les diverses situations d’où il provient. Chaque Forme Culturelle est non seulement perçue en interaction avec d’autres formes culturelles, ou catégories identitaires, qu’elles soient appliquées à une personne ou à d’autres individus, mais est aussi toujours reliée aux annotations de Formation Culturelle En Contexte, soutenant que les identités sociales sont des phénomènes toujours en construction.

[back to top]

Class: cwrc:CulturalFormContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#CulturalFormContext

forme culturelle en contexte

Form Culturelle En Contexte est une sous-classe de contexte importante. Les annotations entrées en tant Formation Culturelle En Contexte fournissent des renseignements et des discussions sur l’identité sociales ou la subjectivité d’une personne à travers l’utilisation des propriétés Formes Culturelles, qui indiquent souvent des identités intersectionnelles lorsqu’elles sont multiples. .

sub-class-of:
cwrc:Context

[back to top]

Class: cwrc:Ethnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Ethnicity

ethnicité

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasEthnicitySelfDefined
cwrc:hasEthnicity
cwrc:hasEthnicitySelfReported

[back to top]

Class: cwrc:EthnicityContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#EthnicityContext

contexte racial, de couleur de peau ou d'ethnicité

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:Event

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Event

évènement (historique)

same-as:
http://erlangen-crm.org/current/E5.Event
http://linkedevents.org/ontology/Event
dbpedia:Event
in-range-of:
cwrc:hasActor

[back to top]

Class: cwrc:Gender

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Gender

genre

Cette sous-classe de culturalForms indique le genre d’une personne, qu’il soit attribué par cette dernière ou auto-défini. Même si dans la culture populaire le genre et le sexe biologique sont confondus et binaires, le concept de genre souligne la relativité, la constructivité et la performativité des identités et des comportements genrés, réparties en catégories historiquement contingentes, changeantes et aux frontières floues. Cf Simone de Beauvoir: “On ne naît pas femme, on le devient,” et d’autres nombreuses théoriciennes du genre, dont Judith Butler en 1990. Le genre est entendu comme fluide, situationnel, parfois pluriel, et est relié à, l’identité et l’orientation sexuelles même s’ils ne doivent pas être confondus. Il est relié à des formes spécifiques d’incarnation ou à des comportements physiques, sans pour autant être défini par eux. Plutôt que de voir le sexe biologique comme présocial et attribué par nature, le corps est compris comme un lieu d’inscriptions (cf Elizabeth Grosz 1994) qui est aussi socialement construit et épigénétiquement modelé par des facteurs environnementaux (N. Katherine Hayles 2012). Cette ontologie ne fournit donc pas de termes séparés pour le genre et le sexe. Les barres obliques qui lient les termes associés aux genres et ceux conventionnellement attribués au sexe indiquent plutôt le glissement constant de ces catégories au fil des discours, des actions et des institutions. Loin d’indiquer une part d’expérience universelle, le genre s’entrecroise avec d’autres catégories d’identité et axes d’oppression comme la classe, la race, la couleur, ou l’héritage géographique pour produire des intérêts et des expériences bien différentes pour les personnes d’un même genre. Un exemple est l’intersection de la religion et de l’identité masculine du mouvement de la Chrétienté Musculaire formé au Royaume-Uni au 19ème siècle. Dans ce contexte, être une femme de couleur devait aggraver les oppressions liées au genre (Kimberlé Crenshaw, 1989).

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasGenderSelfReported
cwrc:hasGenderSelfDeclared
cwrc:hasGender

[back to top]

Class: cwrc:GenderContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#GenderContext

Contexte de Genre

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:GenderQueer

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#GenderQueer

non-binaire

[back to top]

Class: cwrc:GeographicalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#GeographicalHeritage

héritage géographique

Une sous-classe de Forme Culturelle, Héritage Géographique indique l’héritage géographique d’une personne, accompagné du contexte fourni par les annotations de Contexte National lorsque celui-ci est disponible. L’héritage géographique inclut les origines géographiques de la famille d’une personne, qui s’avèrent souvent utiles à la compréhension de son milieu ethnique et raciale. Cela permet par exemple de saisir l’identité de femmes qui se déclarent "sud-asiatiques", alors qu’aucune autre précision n'est fournie concernant son héritage national. Voir Contexte Ethnique Et Racial pour un compte-rendu détaillé de la complexité de cette classe. Il peut être multiple et différent de l’identité ou de l’héritage national, de la citoyenneté actuelle ou officielle, et de la région géographique ou du territoire de résidence. Les personnes qui utilisent cette classe et ses sous-classes sont encouragées à consulter les extraits ou les annotations de Contexte National lorsqu’ils sont disponibles.

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm

[back to top]

Class: cwrc:Language

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Language

langue

Écrit ou Parlé. Pour des raisons opérationnelles, cette classe est équivalente à la classe de langage iso639 publiée par le Library of Congress.

same-as:
http://id.loc.gov/vocabulary/iso639-1/iso639-1_Language
sub-class-of:
cwrc:CulturalForm

[back to top]

Class: cwrc:LanguageContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#LanguageContext

contexte linguistique

languageContext est une sous-classe de contexte importante. Elle indique la présence d’informations et de discussions sur la ou les capacités linguistiques d’une personne. languageContext fournit de la profondeur aux indications granulaires sur la capacité linguistique à travers Language.

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:LinguisticAbility

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#LinguisticAbility

aptitude linguistique (écrit ou parlé)

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasNativeLinguisticAbilitySelfDeclared
cwrc:hasNativeLinguisticAbility
cwrc:hasLinguisticAbility
cwrc:hasLinguisticAbilitySelfDeclared
cwrc:hasLinguisticAbilitySelfReported
cwrc:hasNativeLinguisticAbilitySelfReported

[back to top]

Class: cwrc:NationalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#NationalHeritage

héritage national

Une sous-catégorie de Forme Culturelle, cette propriété indique l’héritage national d’une personne, accompagné du contexte fourni par Contexte National lorsque celui-ci est disponible. Héritage National est composé de divers éléments relatifs à l’identité nationale, souvent transmis par des générations précédentes et influencé par le milieu historique ainsi que par l’héritage géographique. Il peut être multiple et différent de l’identité nationale, de la citoyenneté actuelle ou officielle, de la région géographique ou du territoire de résidence. Les personnes qui utilisent cette classe et ses sous-classes sont encouragées à consulter les extraits ou les annotations de Contexte National lorsqu’ils sont disponibles.

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm

[back to top]

Class: cwrc:NationalIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#NationalIdentity

nationalité

Une sous-catégorie de Forme Culturelle, cette propriété indique la nationalité d’une personne, accompagnée du contexte fourni par les annotations de Nationalité Contexte lorsque celui-ci est disponible. Elle diffère de la citoyenneté et n’est pas proportionnelle à la zone géographique ou au territoire sur lequel une personne réside. Comme d’autres catégories identitaires, la nationalité peut être plurielle, fluide ou contingente, et recoupe avec Héritage National ainsi qu’avec d’autres catégories identitaires. Les personnes qui utilisent cette classe et ses sous-classes sont encouragées à consulter les les annotations de Nationalité Contexte lorsqu’ils sont disponibles.

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasNationalitySelfReported
cwrc:hasNationality
cwrc:hasNationalitySelfDeclared

[back to top]

Class: cwrc:NationalityContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#NationalityContext

contexte national

Contexte National est une sous-classe de contexte importante. Les annotations entrées en tant que Nationalité Context fournissent des informations et des discussions sur la formation culturelle d’une personne, en lien avec son identité nationale et son héritage national et géographique qui ne sont pas toujours alignés. Contexte National explore plus en détails les indications granulaires sur l’identité nationale à travers les propriétés Nationalité, Héritage National et Héritage Géographique.

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:Place

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Place

endroit

Un endroit nommé, qu'il soit déclaré, investi ou occupé.

same-as:
http://geovocab.org/spatial#Feature
http://www.opengis.net/ont/geosparql#Feature
sub-class-of:
http://www.w3.org/2003/01/geo/wgs84_pos#SpatialThing

[back to top]

Class: cwrc:PoliticalAffiliation

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#PoliticalAffiliation

affiliation politique

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm

[back to top]

Class: cwrc:PoliticalContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#PoliticalContext

contexte politique

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:RaceColour

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#RaceColour

race ou couleur

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasRaceColour

[back to top]

Class: cwrc:RaceEthnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#RaceEthnicity

race et/ou ethnicité

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm

[back to top]

Class: cwrc:RaceEthnicityContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#RaceEthnicityContext

contexte racial et/ou ethnique

raceEthnicityContext est une sous-classe importante de culturalFormContext. Elle indique la présence d’informations et de discussions sur le sujet concernant son appartenance raciale et ethnique, conjointement avec les sous-éléments spécifiques au sujet (raceColour, nationalHeritage, geogHeritage, ethnicity). La discussion qui suit s’applique au contexte discursif général de raceAndEthnicity ainsi qu’aux catégories spécifiques de cette sous-classe. Même si les catégories de race et d'ethnicité sont fréquemment manipulées au service d'intérêts déplorables, elles doivent être prises en compte à cause de leur répercussions idéologiques et matérielles sur la formation identitaire. Ces catégories sont changeantes, historiquement constituées, développées de façon intéressée, doivent être employées en contexte et sont ici entendues comme discursives et représentationnelles. C'est pour ces raisons que l'ontologie ne prétend pas offrir un ensemble de catégories exactes, complètement définies, ou mutuellement exclusives, ce que leur emploi instable et leur chevauchement ne permettent pas. Celles/ceux qui appliquent ces catégories et sous-catégories sont encouragé/es à ne pas faire fonctionner les identités privilégiées comme si elles étaient consensuelles et évidentes, ou à utiliser cette classe seulement pour les marginaux. Celles/ceux préoccupés par le fait que "blanc" et "noir" sont des catégories homogénéisantes sont encouragés à atteindre la spécificité à travers la multiplicité et les représentations intersectionnelles. RaceAndEthnicity est sous-classe de culturalFormation. Elle a quatre sous-classes qui lui sont liées: raceColour, nationalHeritage, geogHeritage et ethnicity.

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:Religion

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Religion

religion

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasReligionSelfDefined
cwrc:hasReligion
cwrc:hasReligionSelfReported

[back to top]

Class: cwrc:ReligionContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#ReligionContext

contexte religieux

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:Sexuality

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#Sexuality

sexualité

Une sous-classe de Forme Culturelle liée à Sexualité En Contexte, les propriétés de Sexualité indiquent en un mot ou en une phrase les identifications ou les aspects de la sexualité (par exemple "lesbienne", "monogame", "hétérosexuel.le", mais aussi "ouvert.e"), non pas pour clore la discussion mais pour développer l’étude et l’analyse critique de ces catégories. Comme l’identité sexuelle peut être plurielle et fluide, une même personne est susceptible d’être associée à plusieurs termes. L’identité sexuelle peut être formulée par la personne elle-même ou être assignée par d’autres individus. Les termes utilisés peuvent se trouver en tension ou se montrer incompatibles, et reflètent différentes périodes de l’existence. Par exemple, lier une personne au terme "lesbienne" comme classe de sexualité ne signifie pas nécessairement que cette dernière était définitivement lesbienne, car une telle identification est souvent impossible à cause de lacunes et de silences historiques. En ce qui concerne les personnes toujours en vie, nous ne nous appuyons que sur des sources ou des déclarations publiques faites par le sujet elle/lui-même afin de ne pas dévoiler par inadvertance des informations privées sur sa sexualité. Voir Campbell et Cowan 2016

same-as:
http://homosaurus.org/terms/sexualIdentity
sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasSexualitySelfReported
cwrc:hasSexuality
cwrc:hasSexualitySelfDeclared

[back to top]

Class: cwrc:SexualityContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SexualityContext

sexualité en contexte

Sexualité En Contexte est une sous-classe de contexte importante. Les annotations entrées en tant que Sexualité En Contexte fournissent des renseignements et des discussions sur la subjectivité d’une personne en ce qui concerne sa sexualité et son identité sexuelle, à travers Sexualité ou Sexualité Autodéclarée. Sexualité En Contexte. ll n’est pas vouée à répertorier les expériences sexuelles et les relations intimes, même si certaines relations peuvent être évoquées pour indiquer leurs conséquences sur la vie du sujet ou la connaissance qu’elle a de sa propre sexualité. Ces efforts de contextualisation permettent de reconnaître l’existence de questions complexes qui entourent la sexualité, comme par exemple les politiques de délation, la spécificité historique de certaines catégories comme "inversion sexuelle", l’appropriation de termes dépréciatifs ou les multiples formes de constructions. D’importantes politiques de confidentialité existent en ce qui concerne la divulgation de la sexualité, de l’orientation et de l’identité sexuelle d’une personne. En ce qui concerne les personnes toujours en vie, notre pratique est donc de ne nous appuyer que sur des sources ou des déclarations publiques venant du sujet elle/lui-même, afin de ne pas dévoiler par inadvertance des informations privées sur sa sexualité. Voir Campbell et Cowan 2016

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:SocialClass

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SocialClass

classe sociale

Une sous-catégorie de culturalForm, les termes de socialClass associent les sujets à des groupes sociaux spécifiques, en prenant en compte le fait que ces catégories et leur application aux individus sont contestables et peuvent changer au fil du temps. L’association à une classe sociale peut ou a pu être assumée par le sujet elle/lui-même ou attribuée par d’autres. Contrairement aux notes comme socialClassContext, qui contiennent les détails des discussions autour de le statut social du sujet, socialClass relie un mot ou une phrase référant à une classe spécifique qui renvoie à des périodes historiques antérieures spécifiques des Îles Britanniques. La notion de classe sociale a été construite et théorisée de diverses manières, et est d’autant plus complexe pour les femmes puisqu’elles étaient censées adopter le statut social de leur père et/ou de leur mari. La terminologie ici utilisée réfère à des groupes sociaux élémentaires qui se recoupent avec d’autres facteurs comme la richesse.

sub-class-of:
cwrc:CulturalForm
in-range-of:
cwrc:hasSocialClass
cwrc:hasSocialClassSelfReported
cwrc:hasSocialClassSelfDefined

[back to top]

Class: cwrc:SocialClassContext

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SocialClassContext

contexte de classe sociale

sub-class-of:
cwrc:CulturalFormContext

[back to top]

Class: cwrc:TextLabels

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#TextLabels

étiquette

in-range-of:
cwrc:literalForm

Properties

[back to top]

Property: cwrc:auntOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#auntOf

tante de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:bloodRelativeOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#bloodRelativeOf

liens de sang

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:brotherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#brotherOf

frère de

subproperty:
cwrc:sibling

[back to top]

Property: cwrc:childOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#childOf

enfant de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:contraryTo

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#contraryTo

contraire à

[back to top]

Property: cwrc:cousinOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#cousinOf

cousin de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:daughterOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#daughterOf

fille de

subproperty:
cwrc:childOf

[back to top]

Property: cwrc:fatherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#fatherOf

père de

subproperty:
cwrc:parentOf

[back to top]

Property: cwrc:forebearOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#forebearOf

ancêtre de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:grandChildOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#grandChildOf

petit enfant de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:grandDaughterOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#grandDaughterOf

petite fille de

subproperty:
cwrc:grandChildOf

[back to top]

Property: cwrc:grandFatherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#grandFatherOf

grand-père de

subproperty:
cwrc:grandParentOf

[back to top]

Property: cwrc:grandMotherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#grandMotherOf

grand-mère de

subproperty:
cwrc:grandParentOf

[back to top]

Property: cwrc:grandParentOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#grandParentOf

grand parent de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:grandSonOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#grandSonOf

petit-fils de

subproperty:
cwrc:grandChildOf

[back to top]

Property: cwrc:guardianOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#guardianOf

"tuteur (‑trice) / gardien (ne)

Une personne placé en charge du bienfait d'un personne mineure.

subproperty:
cwrc:interpersonalRelationship

[back to top]

Property: cwrc:hasActor

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasActor

None

range:
cwrc:Actor
cwrc:Event

[back to top]

Property: cwrc:hasCulturalForm

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasCulturalForm

a une forme culturelle

Associe des concepts et des catégories spécifiques au processus de formation identitaire à travers les processus culturels. Le sujet elle/lui-même peut ou a pu s’approprier de telles associations, ou d’autres personnes les lui ont attribuées. Les concepts et les catégories classés dans culturalForms se chevauchent en théorie et en terme d'étiquettes utilisés.

[back to top]

Property: cwrc:hasEthnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasEthnicity

d'ethnicité

range:
cwrc:Ethnicity
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasEthnicitySelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasEthnicitySelfReported

d'ethnicité (autodéclarée)

range:
cwrc:Ethnicity
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasGender

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGender

est de genre

range:
cwrc:Gender
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasGenderSelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGenderSelfReported

est de genre (autodéclaré)

range:
cwrc:Gender
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasGeographicHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGeographicHeritage

A un héritage géographique

range:
cwrc:GeographicHeritage
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasGeographicHeritageSelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGeographicHeritageSelfReported

a un héritage géographique (autodéclaré)

range:
cwrc:GeographicHeritage
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasLinguisticAbility

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasLinguisticAbility

connait la langue

range:
cwrc:LinguisticAbility
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasLinguisticAbilitySelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasLinguisticAbilitySelfReported

connait la langue (autodéclaré)

range:
cwrc:LinguisticAbility
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasNationality

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNationality

de nationalité

range:
cwrc:NationalIdentity
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasNationalitySelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNationalitySelfReported

de nationalité (autodéclarée)

Une sous-propriété de propriété personnelle autodéclarée, cette propriété indique la/les nationalité(s) autoproclamée(s) d’une personne, différant de la citoyenneté et n’étant pas proportionnelle à la zone géographique ou au territoire sur lequel elle réside.

range:
cwrc:NationalIdentity
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasNativeLinguisticAbility

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNativeLinguisticAbility

a une langue maternelle

range:
cwrc:LinguisticAbility
subproperty:
cwrc:hasLinguisticAbility

[back to top]

Property: cwrc:hasNativeLinguisticAbilitySelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNativeLinguisticAbilitySelfReported

a une langue maternelle (autodéclaré)

range:
cwrc:LinguisticAbility
subproperty:
cwrc:hasLinguisticAbilitySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasRaceColour

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasRaceColour

est de race

range:
cwrc:RaceColour
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasRaceColourSelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasRaceColourSelfReported

a race ou couleur autodéclarée

Une sous-propriété de propriété personnelle autodéclarée, cette propriété indique l’appartenance raciale ou la couleur autodéclarées d’une personne. Pour plus d’informations à propre de cette propriété, voir Race ou Couleur.

range:
cwrc:Race
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasReligion

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasReligion

est de confession

range:
cwrc:Religion
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasReligionSelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasReligionSelfReported

religion (autodéclarée)

Une propriété personnelle qui indique la/les religion(s) ou le(s) système(s) de croyance autoproclamé(s) par une personne.

range:
cwrc:Religion
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasSexuality

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSexuality

a une orientation sexuelle

range:
cwrc:Sexuality
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasSexualitySelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSexualitySelfReported

a sexualité autodéclarée

Une sous-propriété de propriété personnelle autodéclarée qui décrit la sexualité autodéclarée d’une personne. Pour plus d’information, voir Sexualité et Sexualité En Contexte.

range:
cwrc:Sexuality
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:hasSocialClass

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSocialClass

de classe sociale

range:
cwrc:SocialClass
subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:hasSocialClassSelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSocialClassSelfReported

de classe sociale (autodéclarés)

range:
cwrc:SocialClass
subproperty:
cwrc:personalPropertySelfReported

[back to top]

Property: cwrc:husbandOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#husbandOf

mari de

subproperty:
cwrc:partnerOf

[back to top]

Property: cwrc:identity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#identity

None

range:
cwrc:Person
domain:
cwrc:Actor

[back to top]

Property: cwrc:inRole

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#inRole

None

range:
cwrc:Role
domain:
cwrc:Actor

[back to top]

Property: cwrc:interpersonalRelationship

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#interpersonalRelationship

relation interpersonnelle

[back to top]

Property: cwrc:literalForm

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#literalForm

a une forme litteralle

range:
cwrc:TextLabels

[back to top]

Property: cwrc:motherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#motherOf

mère de

subproperty:
cwrc:parentOf

[back to top]

Property: cwrc:nephewOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nephewOf

neveu de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:nieceOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nieceOf

nièce de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:parentOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#parentOf

parent de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:partnerOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#partnerOf

conjoint de

Ce terme représente uniquement les relations affectives, amoureuses ou familiales et non des relations d'affaires.

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:personalProperty

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#personalProperty

propriété personnelle

Une propriété qui est attribuée à une personne.

[back to top]

Property: cwrc:personalPropertySelfReported

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#personalPropertySelfReported

propriété personnelle autodéclarée

Une propriété personnelle autodéclarée.

subproperty:
cwrc:personalProperty

[back to top]

Property: cwrc:relativeOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#relativeOf

liens de famille

subproperty:
cwrc:interpersonalRelationship

[back to top]

Property: cwrc:sibling

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sibling

frères et soeurs

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:sisterOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sisterOf

soeur de

subproperty:
cwrc:sibling

[back to top]

Property: cwrc:sonOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sonOf

fil de

subproperty:
cwrc:childOf

[back to top]

Property: cwrc:stepBrotherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepBrotherOf

frère de

subproperty:
cwrc:brotherOf

[back to top]

Property: cwrc:stepChildOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepChildOf

enfant d'un autre mariage

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:stepDaughterOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepDaughterOf

belle-fille de

subproperty:
cwrc:stepChildOf

[back to top]

Property: cwrc:stepFatherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepFatherOf

beau-père de

Une personne qui prend le rôle d'un père pour un enfant sans être son père biologique. Notez-bien l’ambiguïté avec le text français pour le rôle du mari d'une soeur or d'un frère.

subproperty:
cwrc:stepParentOf

[back to top]

Property: cwrc:stepMotherOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepMotherOf

belle-mère de

Une personne qui prend le rôle d'une mère pour un enfant sans être sa mère biologique. Notez-bien l’ambiguïté avec le text français pour le rôle de la femme d'une soeur or d'un frère.

subproperty:
cwrc:stepParentOf

[back to top]

Property: cwrc:stepParentOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepParentOf

step parent de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:stepSisterOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepSisterOf

soeur de

subproperty:
cwrc:sisterOf

[back to top]

Property: cwrc:stepSonOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stepSonOf

beau-fils de

subproperty:
cwrc:stepChildOf

[back to top]

Property: cwrc:uncleOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#uncleOf

oncle de

subproperty:
cwrc:relativeOf

[back to top]

Property: cwrc:wifeOf

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#wifeOf

femme de

subproperty:
cwrc:partnerOf

Instances

[back to top]

Instance: cwrc:FemaleLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#FemaleLabel

femelle

Comment:

Désapprouver sans équivalence.

RDF Type:
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:abolitionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#abolitionism

Abolitionnisme

L'abolitionnisme est un courant de pensée qui émerge dans le dernier tiers du XVIIIe siècle dans le monde occidental (notamment en Grande-Bretagne) et vise la suppression de l'esclavage. Par extension, on utilise le terme pour tous les mouvements qui cherchent la suppression d'une tradition, d'une institution ou d'une loi : abolition de la peine de mort, de la torture, du travail, des privilèges, des prisons, de la prostitution, du spécisme, etc. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Abolitionism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:abrahamicReligions

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#abrahamicReligions

Religions abrahamiques

L'expression religion abrahamique désigne principalement le judaïsme, le christianisme dont les Saintes Écritures, respectivement le Tanakh, la Bible évoquent la figure d'Abraham et l'islam avec le Coran, celle d'Ibrahim.En français, cette expression est apparue vers 1950 dans des études d'islamologie pour désigner, d'une part, la religion d'Abraham telle qu'elle se conçoit dans l'islam et d'autre part les trois religions que sont le judaïsme, le christianisme et l'islam. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Abrahamic_religions
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:agnosticism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#agnosticism

agnosticisme

L’agnosticisme ou pensée de l'interrogation est une attitude de pensée considérant la vérité de certaines propositions concernant notamment l'existence de Dieu ou des dieux comme inconnaissable : à la différence des croyants, considérant probable ou certaine l'existence de telles divinités, ou des athées l'estimant improbable ou impossible, les agnostiques refusent de trancher. Si le degré de scepticisme varie selon les individus, les agnostiques s'accordent pour dire qu'il n'existe pas de preuve définitive en faveur de l'existence ou de l'inexistence du divin, et affirment l'impossibilité de se prononcer. Si les agnostiques refusent de se prononcer quant à l'existence d'une intelligence supérieure, ils n'accordent, en revanche, ou du moins tendent à n'accorder, aucune transcendance et aucune valeur sacrée aux religions (prophète, messie, textes sacrés...) et à leurs institutions (clergé, rituels et prescriptions diverses...). Ceux-ci voient en effet les religions comme de pures constructions sociales et culturelles qui auraient surtout pour fonction historique d'assurer la cohésion et l'ordre dans les sociétés humaines traditionnelles via par exemple la menace de l'enfer, la promesse du paradis ou encore la notion de péché ou par le mécanisme du bouc émissaire. En d'autres termes, les religions, aux yeux d'un agnostique, seraient bien trop « humaines » de par leurs modes de fonctionnement et de par les dynamiques anthropologiques sur lesquelles elles se basent (soutien psychologique face à la mort, analogie très anthropocentrique d'un Dieu bâtisseur de l'univers...) pour qu'elles aient un quelconque lien direct avec toute forme d'intelligence supérieure, tout en n'excluant pas non plus pour certains le fait que ce soit malgré tout possible. D'où cette interrogation constante propre à l'agnostique. (DBpedia, 2017)

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:aidsActivism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#aidsActivism

PROV Derived From:
dbpedia:Category:AIDS_activism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:americanNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#americanNationalism

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anarchism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anarchism

Anarchisme

L'anarchisme est un courant de philosophie politique développé depuis le XIXe siècle sur un ensemble de théories et de pratiques anti-autoritaires d'égalité sociale. Le terme libertaire, souvent utilisé comme synonyme d'anarchisme, est un néologisme créé en 1857 par Joseph Déjacque pour renforcer le caractère égalitaire. Fondé sur la négation du principe d'autorité dans l'organisation sociale et le refus de toute contrainte découlant des institutions basées sur ce principe, l'anarchisme a pour but de développer une société sans domination et sans exploitation, où les individus-producteurs coopèrent librement dans une dynamique d'autogestion et de fédéralisme. Contre l'oppression, l'anarchisme propose une société basée sur la solidarité comme solution aux antagonismes, la complémentarité de la liberté de chacun et celle de la collectivité, l'égalité des conditions de vie et la propriété commune autogérée. Il s'agit donc d'un mode politique qui cherche non pas à résoudre les différences opposant les membres constituants de la société mais à associer des forces autonomes et contradictoires. Le terme « anarchisme » et ses dérivés sont employés tantôt péjorativement, comme synonymes de désordre social dans le sens commun ou courant et qui se rapproche de l’anomie, tantôt comme un but pratique, car l'anarchisme défend l'idée que l'absence d'une structure de pouvoir n'est pas synonyme de désorganisation sociale. Les anarchistes rejettent en général la conception courante de l'anarchie (utilisée par les médias et les pouvoirs politiques). Pour eux, l'ordre naît de la liberté, tandis que les pouvoirs engendrent le désordre. Certains anarchistes useront du terme « acratie » (du grec « kratos », le pouvoir), donc littéralement « absence de pouvoir », plutôt que du terme « anarchie » qui leur semble devenu ambigu. De même, certains anarchistes auront plutôt tendance à utiliser le terme de « libertaires ». Pour ses partisans, l'anarchie n'est justement pas le désordre social. C’est plutôt le contraire, soit l'ordre social absolu, grâce notamment au collectivisme anti-capitaliste. Ce collectivisme, contrairement à l'idée de possessions privées capitalisées, suggère celle de possessions individuelles ne garantissant aucun droit de propriété, notamment celle touchant l'accumulation de biens non utilisés. En outre, ce collectivisme s’exprime par une liberté politique organisée autour du mandatement impératif, de l'autogestion, du fédéralisme et de la démocratie directe. L'anarchie est donc organisée et structurée : c'est l'ordre moins le pouvoir. L'anarchisme est un mouvement pluriel qui embrasse l'ensemble des secteurs de la vie et de la société. Concept philosophique, c’est également « une idée pratique et matérielle, un mode d’être de la vie et des relations entre les êtres qui naît tout autant de la pratique que de la philosophie ; ou pour être plus précis qui naît toujours de la pratique, la philosophie n’étant elle-même qu’une pratique, importante mais parmi d’autres ». En 1928, Sébastien Faure, dans La Synthèse anarchiste, définit quatre grands courants qui cohabitent tout au long de l'histoire du mouvement : * l'individualisme libertaire qui insiste sur l'autonomie individuelle contre toute autorité ; * le socialisme libertaire qui propose une gestion collective égalitaire de la société ; * le communisme libertaire, qui de l'aphorisme « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » créé par Louis Blanc, veut économiquement partir du besoin des individus, pour ensuite produire le nécessaire pour y répondre ; * l'anarcho-syndicalisme, qui propose une méthode, le syndicalisme, comme moyen de lutte et d'organisation de la société. Depuis, de nouvelles sensibilités se sont affirmées, telles l'anarcha-féminisme ou l'écologie sociale. La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? Pour Vivien Garcia dans L'Anarchisme aujourd'hui (2007), l'anarchisme « ne peut être conçu comme un monument théorique achevé. La réflexion anarchiste n'a rien du système. […] L'anarchisme se constitue comme une nébuleuse de pensées qui peuvent se renvoyer de façon contingente les unes aux autres plutôt que comme une doctrine close » Selon l'historien américain Paul Avrich : « Les anarchistes ont exercé et continuent d'exercer une grande influence. Leur internationalisme rigoureux et leur antimilitarisme, leurs expériences d'autogestion ouvrière, leur lutte pour la libération de la femme et pour l'émancipation sexuelle, leurs écoles et universités libres, leur aspiration écologique à un équilibre entre la ville et la campagne, entre l'homme et la nature, tout cela est d'une actualité criante. » (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anarchism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anglicanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anglicanism

Église d'Angleterre

L'anglicanisme est une confession chrétienne présente principalement dans les pays qui ont pu être imprégnés par la culture anglaise incluant notamment, outre l'Angleterre, les anciennes colonies britanniques en Amérique et en Afrique. On retrouve tout de même plusieurs communauté anglicanes dans le monde, notamment en France. L'origine de cette confession remonte à la période antique de l'Église d'Angleterre, lorsque celle-ci était unie canoniquement et juridiquement à l'évêque de Rome. Puis, au XVIe siècle, lorsque le roi d'Angleterre Henri VIII rompit avec le pape de Rome pour causes politiques et théologiques. Ainsi, Henri VIII ne créa rien de nouveau : il extirpa l'autorité du pape de son royaume, sans pour autant modifier ou jeter de nouvelles bases théologiques pour l'Église, et remplaça l'autorité papale par la sienne propre. Depuis la reine Elizabeth Ire, le monarque a le titre de « gouverneur suprême », mais n'a qu'un rôle de maintien de l'ordre et du bon déroulement de la vie ecclésiale, mais aucune réelle autorité décisionnelle comme celle d'un évêque ou d'un synode. L'Archevêque de Canterbury porte le titre de « primat de toute l'Angleterre » et l'archevêque d'York porte quant à lui le titre de « primat de l'Angleterre ». L'Église anglicane, tout comme l'Église orthodoxe, est une communion d'églises autocéphales, mais néanmoins interdépendantes. Bien que plusieurs églises anglicanes existent à travers le monde, comme c'est le cas pour l'Église catholique romaine (présente en France, en Espagne, etc.), ou encore pour l'Église orthodoxe (présente en Russie, en Serbie, etc.), il ne s'agit que d'une seule Église. Elles sont rassemblées dans la Communion anglicane , au sein de laquelle l'Église d'Angleterre et son primat, l'archevêque de Canterbury, ne jouissent que d'une primauté d'honneur. Ces églises sont en pleine communion (doctrinale, spirituelle, épiscopale, sacramentelle) les unes avec les autres et représentent ensemble environ 85 millions de fidèles. Les Églises de la Communion anglicane ont une structure épiscopale. Elles se disent à la fois catholiques et réformées, et l'anglicanisme a souvent été présenté comme une via media entre le catholicisme romain et le protestantisme. Elles se présentent comme des Églises catholiques non romaines, parce qu'elles se veulent en continuité avec la tradition apostolique (ainsi la patristique est très développée dans le monde anglican) et affirment avoir conservé la succession apostolique. L'Église orthodoxe du patriarcat œcuménique de Constantinople a reconnu la validité de la succession apostolique en 1922 ; cependant, d'autres patriarcats, comme celui de Russie, ne saurait reconnaître une quelconque succession apostolique, en autre par le fait de l'ordination épiscopale de femme, depuis janvier 2015. L'Église catholique romaine ne leur reconnait pas cette qualité : ainsi par la lettre apostolique Apostolicae Curae le pape Léon XIII déclare en 1896 « nulles et sans valeur » les ordinations anglicanes (doctrine confirmée par le motu proprio Ad Tuendam Fidem en 1998). Les archevêques anglicans de Canterbury et d'York ont donné leur réponse dans Saepius officio. Pour autant, lors du concile Vatican II est affirmée la « place particulière » des Anglicans, « qui gardent en partie les traditions et les structures catholiques ». Par ailleurs, les Églises anglicanes se disent réformées parce qu'elles ont adhéré à certains principes nouveaux issus de la Réforme protestante en matière de doctrine et de liturgie.À l'origine, la doctrine anglicane est énoncée dans les Trente-neuf articles (Bill of XXXIX articles) qui ont longtemps eu une valeur impérative. L'éventail entre les positions doctrinales s'est ensuite élargi et donne lieu à de nombreuses classifications (Haute Église, Basse Église, Broad Church (en), Anglo-catholicisme, Évangélisme…). Alors que pendant longtemps la coexistence apaisée entre de telles positions divergentes était considérée comme une spécificité de l'anglicanisme, la communion est depuis la fin du XXe siècle soumise à de forts tiraillements sur certaines questions, notamment l'ordination des femmes et la position par rapport à l'homosexualité. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300153822
dbpedia:Anglicanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion
foaf:Organization

[back to top]

Instance: cwrc:animalWelfareAdvocacy

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#animalWelfareAdvocacy

PROV Derived From:
dbpedia:Animal_welfare
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-American

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-American

PROV Derived From:
dbpedia:anti-american
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Antisemitism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Antisemitism

PROV Derived From:
dbpedia:Antisemitism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Apartheid

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Apartheid

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-Apartheid_Movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Boer

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Boer

PROV Derived From:
dbpedia:Opposition_to_the_Second_Boer_War
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Bolshevism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Bolshevism

Anticommunisme

Le terme d'anticommunisme englobe, au sens large, l'ensemble des attitudes d'opposition ou d'hostilité envers les aspects théoriques ou pratiques du communisme : l'anticommunisme peut se traduire sous forme de simple prise de position, de discours politique structuré, d'action ou de propagande. Son sens est cependant changeant en fonction de celui du « communisme », mot qui recouvre lui-même un ensemble de réalités très différentes les unes des autres en fonction des contextes sociaux, culturels et politiques. Les facteurs distinguant les différents types d'anticommunisme sont notamment la forme de communisme explicitement visée et les motivations qui poussent à s'opposer au communisme ; le terme « anticommunisme » est employé, selon les époques et les contextes, pour qualifier l'opposition aux théories marxistes ou communistes elles-mêmes, ou aux mouvances et partis politiques s'en réclamant, ou bien à la pratique politique des régimes communistes. Le terme d'« anticommunisme » a pu ainsi être utilisé pour qualifier les opposants au stalinisme, que ces derniers aient été ou non anticommunistes au sens strict. Apparu au XIXe siècle en tant que concept, l'anticommunisme s’est largement développé au cours du XXe siècle, à la suite de la prise du pouvoir par les bolcheviks en Russie en octobre 1917, puis à la création de l’URSS : il s’est alors identifié, pour l'essentiel, à l'opposition aux régimes communistes et aux partis communistes d'inspiration léniniste et stalinienne. Après la Seconde Guerre mondiale, l’anticommunisme devient un élément majeur de la politique étrangère et intérieure des États-Unis, opposés à l'URSS dans le contexte de la guerre froide. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-communism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Bonapartism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Bonapartism

PROV Derived From:
dbpedia:Bonapartism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-British

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-British

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-British_sentiment
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-CapitalPunishment

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-CapitalPunishment

Peine de mort

La peine de mort, ou peine capitale, est une peine prévue par la loi consistant à exécuter une personne ayant été reconnue coupable d'une faute qualifiée de « crime capital ». La sentence est prononcée par l'institution judiciaire à l'issue d'un procès. En l'absence d'un procès, ou dans les cas où celui-ci n'est pas réalisé par une institution reconnue, on parle d'exécution sommaire, d'acte de vengeance ou de justice privée. La peine de mort est diversement considérée selon les époques et les régions géographiques. Elle est prévue dans les textes de loi de 93 pays, mais seuls 22 des 192 pays du globe ont procédé à des exécutions en 2014. Elle est une sanction reconnue bien que réprouvée par les institutions internationales comme l'Organisation des Nations unies (ONU). Les États abolitionnistes sont aujourd'hui majoritaires, mais ils ne représentent encore qu'une minorité de la population mondiale. Parmi les démocraties industrialisées, seules deux la pratiquent : les États-Unis et le Japon. Au plan international, le 18 décembre 2007, l’Assemblée générale de l'ONU a adopté la résolution 62/149 appelant à un moratoire sur les exécutions dans le monde. Cette résolution (comme les autres résolutions de l'ONU) n'a pas de valeur contraignante mais peut être vue comme le signe que la majorité des états souhaite remettre en cause la peine de mort. Cependant huit des dix pays les plus peuplés ont voté contre la résolution. Elle a été renouvelée en 2014. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Capital_punishment
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Capitalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Capitalism

Anticapitalisme

L'anticapitalisme regroupe un ensemble de mouvements qui s'opposent au capitalisme. Les aspects visés diffèrent selon les conceptions et peuvent notamment concerner, sans y être limités, le profit et l'importance de l'argent, la spéculation, le salariat, la concurrence économique, les effets considérés comme des effets néfastes du capitalisme sur la société (comme sa supposée « immoralité », ou les inégalités économiques qu'il est censé entraîner), l'environnement, ou les formes sociales de base du capitalisme. Un spectre politique large et très divers s'est réclamé ou se réclame de l'anticapitalisme. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-capitalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Caste

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Caste

PROV Derived From:
dbpedia:Dalit
dbpedia:Caste_politics
dbpedia:Caste_system_in_India
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Catholicism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Catholicism

Anticatholicisme

L'anticatholicisme désigne la méfiance, la discrimination, la répression, ou la persécution du catholicisme et des catholiques. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-Catholicism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Censorship

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Censorship

PROV Derived From:
dbpedia:Freedom_of_speech
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Communism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Communism

Anticommunisme

Le terme d'anticommunisme englobe, au sens large, l'ensemble des attitudes d'opposition ou d'hostilité envers les aspects théoriques ou pratiques du communisme : l'anticommunisme peut se traduire sous forme de simple prise de position, de discours politique structuré, d'action ou de propagande. Son sens est cependant changeant en fonction de celui du « communisme », mot qui recouvre lui-même un ensemble de réalités très différentes les unes des autres en fonction des contextes sociaux, culturels et politiques. Les facteurs distinguant les différents types d'anticommunisme sont notamment la forme de communisme explicitement visée et les motivations qui poussent à s'opposer au communisme ; le terme « anticommunisme » est employé, selon les époques et les contextes, pour qualifier l'opposition aux théories marxistes ou communistes elles-mêmes, ou aux mouvances et partis politiques s'en réclamant, ou bien à la pratique politique des régimes communistes. Le terme d'« anticommunisme » a pu ainsi être utilisé pour qualifier les opposants au stalinisme, que ces derniers aient été ou non anticommunistes au sens strict. Apparu au XIXe siècle en tant que concept, l'anticommunisme s’est largement développé au cours du XXe siècle, à la suite de la prise du pouvoir par les bolcheviks en Russie en octobre 1917, puis à la création de l’URSS : il s’est alors identifié, pour l'essentiel, à l'opposition aux régimes communistes et aux partis communistes d'inspiration léniniste et stalinienne. Après la Seconde Guerre mondiale, l’anticommunisme devient un élément majeur de la politique étrangère et intérieure des États-Unis, opposés à l'URSS dans le contexte de la guerre froide. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-communism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Conscriptionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Conscriptionism

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-ContagiousDiseasesAct

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-ContagiousDiseasesAct

PROV Derived From:
dbpedia:Contagious_Diseases_Acts
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-CorporalPunishment

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-CorporalPunishment

PROV Derived From:
dbpedia:Campaigns_against_corporal_punishment
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-European

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-European

PROV Derived From:
dbpedia:Euroscepticism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Fascism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Fascism

Antifascisme

L'antifascisme est l'opposition organisée au fascisme et, plus largement, à l'extrême droite. Il prend forme dans les années 1920 et se développe conséquemment à la montée du fascisme en Europe. Il a connu un très fort développement au cours des années 1930, étant à l'origine de la formation des Fronts populaires , puis pendant la Seconde Guerre mondiale au sein des résistances contre les dictatures fascistes et nazies ainsi que les régimes de collaboration. L'antifascisme peut désigner dans une acception plus large une idéologie tendant à s'opposer également à la droite dite « dure ». Certains historiens reprochent à l'antifascisme d'avoir été instrumentalisé par le mouvement communiste. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-fascism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Federalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Federalism

Antifédéralisme

Antifédéralisme fut le nom donné à deux mouvements politiques distincts à la fin du XVIIIe siècle aux États-Unis: * Le premier mouvement antifédéraliste des années 1780, s'opposa à la création d'un gouvernement national plus fort, tel que le permettait la Constitution et chercha à le conserver tel qu'il était institué dans les Articles de la Confédération de 1777. * Le second mouvement antifédéraliste se constitua en réaction aux lois fiscales d'Alexander Hamilton lors du premier mandat de George Washington. Ce mouvement est parfois nommé l'Anti-Administration Party qui deviendra plus tard le Parti républicain-démocrate de Thomas Jefferson et James Madison. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-Federalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Feminism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Feminism

Antiféminisme

L'antiféminisme est un néologisme qualifiant des critiques ou une opposition aux mouvements ou aux thèses féministes, pour des raisons politiques, philosophiques, religieuses, sociologiques ou culturelles. Il s'applique soit à la lutte contre l'émancipation féminine, soit au refus des thèses d'un ou plusieurs mouvements se disant « féministes ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Antifeminism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Globalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Globalism

Mouvement antimondialisation

Le mouvement antimondialisation désigne le mouvement d'opposition à la mondialisation. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-globalization_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Imperialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Imperialism

Anti-impérialisme

L'anti-impérialisme est une idéologie d’opposition à l'impérialisme, c'est-à-dire la doctrine d'un État ou un groupe d'États à mettre un autre État ou un groupe d'États plus faible sous sa dépendance politique, économique et culturelle par la conquête militaire ou toute autre forme de coercition. Cette idéologie est corollaire au processus de décolonisation, aux mouvements de libération nationale et, dans une certaine mesure, au nationalisme. Bien que le terme impérialisme est utilisé la langue française au cours XIXe siècle pour désigner l'appui au régime napoléonien et le « système de gouvernement et de domination de l'Empire romain », l'anti-impérialisme prend son origine durant la seconde moitié de XIXe siècle de l'anglais imperialism qui désigne d'abord la politique d'extension coloniale de l'Empire britannique sous le premier ministre britannique Benjamin Disraeli au cours des années 1870. Le concept sera approfondi par John Atkinson Hobson en 1902 dans son livre Imperialism: A Study. L'anti-impérialisme est aussi une notions cruciale du marxisme-léninisme. Le concept, qui diffère de l'usage commun, est approfondi dans le livre de 1917 L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme de Lénine entre autres. Dans la théorie marxiste, l'impérialisme est un stade du capitalisme au cours duquel le capital financier supplante toutes les autres formes du capital. L'anti-impérialisme a été l'un des principales politique de l'URSS, de la République populaire de Chine, de Cuba et des autres pays communistes depuis la seconde moitié du XXe siècle. La fin du XXe siècle sous l'hégémonie des États-Unis voit la naissance d'un nouvel impérialisme . L'anti-impérialisme, dans ces circonstances, est une part intégrante du mouvement altermondialiste qui s'oppose à la mondialisation libérale et aux grands accords de libre-échange et du mouvement pacifiste qui s'oppose aux invasions militaires. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-imperialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Jacobin

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Jacobin

PROV Derived From:
dbpedia:Jacobin
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Jacobite

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Jacobite

PROV Derived From:
dbpedia:Jacobitism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-LandLeague

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-LandLeague

PROV Derived From:
dbpedia:Irish_National_Land_League
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Monarchism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Monarchism

PROV Derived From:
dbpedia:Abolition_of_monarchy
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-NuclearMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-NuclearMovement

Mouvement antinucléaire

Le mouvement antinucléaire désigne l'ensemble des personnes et organisations (associations, syndicats, partis politiques) qui s'opposent de façon générale à l'utilisation de l'énergie nucléaire. Cette opposition peut s'étendre de la bombe atomique aux armes utilisant l’uranium appauvri, jusqu'à la production d’électricité d’origine nucléaire, l’irradiation des aliments et l’utilisation de la radioactivité. Les opposants au nucléaire soutiennent qu'il existe des solutions alternatives, telles que les économies d'énergie ou les énergies renouvelables et que l'uranium est, de même que les énergies fossiles, une source d'énergie dont l'épuisement est attendu dans quelques décennies. Il existe aussi une opposition spécifique à l'arme nucléaire, que l'on peut qualifier de « mouvement antinucléaire militaire ». Les opposants au nucléaire soutiennent notamment qu'il existe des liens étroits entre le nucléaire civil et militaire, et que le nucléaire civil a une responsabilité lourde dans la prolifération nucléaire. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-nuclear_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Pacifism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Pacifism

PROV Derived From:
dbpedia:Pacifism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-PovertyMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-PovertyMovement

PROV Derived From:
dbpedia:Poverty_reduction
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Racism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Racism

Antiracisme

L'antiracisme inclut les opinions, actions, mouvements et les politiques adoptées ou développée pour s'opposer au racisme. En général l'antiracisme promeut une société dans laquelle les individus ne subissent pas de discrimination sur la base de leur ethnie dont la définition peut varier. De par sa nature, l'antiracisme avance la vision que le racisme dans une société est à la fois pernicieux et socialement pénalisant et que des changements politiques, économiques et/ou sociaux sont nécessaires pour l'éradiquer. La notion d'antiracisme, tout comme les acteurs de la lutte dite antiraciste, ont été critiqués par certains intellectuels notamment pour sa faiblesse conceptuelle, ses utilisations politiques, voire paradoxalement par la réintroduction de la notion de race au sein du débat national. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-racism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Socialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Socialism

Critiques du socialisme

Les critiques du socialisme se réfèrent aux critiques des modèles socialistes d'organisation économique, de leurs efficacités et de leurs faisabilités, ainsi que des implications politiques et sociales de tels systèmes. Certaines critiques ne sont pas dirigées vers le socialisme en tant que système, mais sont dirigés vers des mouvements socialistes, des partis politiques socialistes ou des états socialistes existants. Certaines critiques considèrent le socialisme comme un concept purement théorique qui doit être critiqué pour des raisons théoriques, d'autres soutiennent que les expériences socialistes peuvent être critiquées sur les faits. Certains encore veulent englober plusieurs exemples historiques d'États communistes dans une forme de socialisme.Le socialisme est donc une notion large, certaines critiques présentées dans cet article ne s'appliqueront qu'a un modèle spécifique du socialisme qui peuvent différer considérablement des autres types de socialisme. Les libéraux économiques, libertariens, pro-capitalistes et quelques libéraux classiques considèrent l'entreprise privée, la propriété privée des moyens de production et l'échange sur le marché comme des phénomènes naturels ou moraux[pas clair], au centre de leurs conceptions de la liberté. Et par opposition, les membres de ces trois groupes peuvent percevoir la propriété publique des moyens de production, des coopératives et de la planification économique parrainé par l'État comme des atteintes à la liberté[pas clair]. Les membres de l'école néoclassique d'économie critiquent les théories socialistes qui favorisent la participation de l'État ou de la centralisation du capital sur les motifs du manque de motivation au sein des institutions de l'État d'agir sur l'information aussi efficacement que les gestionnaires dans les entreprises capitalistes parce qu'ils n'ont pas de forte contrainte (profit et mécanisme de perte), ce qui réduit le bien-être économique global pour la société. Les membres de l'école autrichienne d'économie soutiennent que les systèmes socialistes basé sur la planification économique sont impossibles parce qu'ils n'ont pas l'information pour effectuer le calcul économique en premier lieu en raison d'un manque de prix libre, qu'ils croient nécessaires pour rationnelle calcul économique. Les membres du mouvement politique socialiste critiquent souvent les conflits internes du mouvement socialiste en créant une sorte de « vide de responsabilité ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Criticisms_of_socialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Suffrage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Suffrage

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-suffragism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Trade-Unionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Trade-Unionism

PROV Derived From:
dbpedia:Trade_union
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Urbanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Urbanism

antiurbain

L’antiurbain est l’hostilité à l’égard de la ville par opposition à la campagne, un rejet pur et simple, une volonté de détruire la ville. (DBpedia, 2017)

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-urbanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Vaccination

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Vaccination

PROV Derived From:
dbpedia:Category:Vaccine_controversies
dbpedia:Vaccine_controversies
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Vivisection

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Vivisection

PROV Derived From:
dbpedia:Vivisection
dbpedia:Category:Anti-vivisection_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-War

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-War

Antiguerre

Le mouvement antiguerre est un mouvement social[réf. nécessaire] s'opposant aux conflits armés. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-war_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:anti-Zionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anti-Zionism

Antisionisme

L'antisionisme (ou anti-sionisme) désigne historiquement l'opposition au projet sioniste d'établissement d'un foyer national juif en Palestine. Il apparaît d'une part parmi les dirigeants traditionalistes juifs pour des raisons religieuses ou par crainte des Juifs assimiliationistes et d'autre part parmi les dirigeants arabes de Palestine et certains officiers britanniques quand la Grande-Bretagne obtient de la société des Nations un mandat pour administrer le pays. Outre l'opposition politique, l'antisionisme arabe palestinien de l'époque se manifeste lors de la Grande Révolte arabe de 1936-1939 et puis par la Guerre israélo-arabe de 1948. L'antisionisme juif est moins important et d'origine religieuse. Il se réduit fortement à partir de 1921 avec la nomination au grand rabbinat d'Eretz Israel du rabbin Abraham Isaac Kook pour disparaître presque totalement après la Shoah, la Résolution 181 de l'ONU du 30 novembre 1947 qui prévoit le Plan de partage de la Palestine et l'établissement d'un État juif, l'État d'Israël, que les Arabes tentèrent vainement d'empêcher lors de la guerre de 1948 et qui est l'aboutissement du projet sioniste originel. Après la guerre de 1967 et les conquêtes territoriales israéliennes, et en parallèle avec la médiatisation de la cause palestinienne et du problème des réfugiés palestiniens, la notion d'antisionisme évolue et devient plus ambiguë. Le terme peut caractériser des prises de positions aussi éloignées que le simple rejet de la politique israélienne à la revendication de son anéantissement. Ainsi, l'antisionisme est parfois invoqué comme une échappatoire pour voiler une nouvelle forme d'antisémitisme et cette accusation est elle-même dénoncée comme une manipulation visant à empêcher toute critique d'Israël et du sionisme. En Israël même, la situation a engendré les mouvements néosioniste et postsioniste, tous deux en opposition avec le « sionisme séculaire » des « pères fondateurs » mais pas nécessairement antisionistes. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Anti-Zionism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:antidisestablishmentarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#antidisestablishmentarianism

PROV Derived From:
dbpedia:Antidisestablishmentarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:antisemitism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#antisemitism

Antisémitisme

L’antisémitisme (originellement : anti-sémitisme) est le nom donné de nos jours à la discrimination et à l'hostilité manifestées à l'encontre des Juifs en tant que groupe ethnique, religieux ou racial. Il s'agit, dans son acception originelle telle que formulée vers la fin du XIXe siècle, d'une forme de racisme dirigée nominalement contre les peuples sémites, regroupés en tant que tels sur base de critères linguistiques, mais ne visant en réalité que les Juifs. Bien que certains historiens comme Jules Isaac insistent pour distinguer antijudaïsme et antisémitisme, le second terme est cependant le plus souvent utilisé aujourd'hui pour qualifier tous les actes d’hostilité anti-juive au cours de l'Histoire, que leurs fondements soient raciaux ou non. Les motifs et mises en pratique de l'antisémitisme incluent divers préjugés, des allégations, des mesures discriminatoires ou d’exclusion socio-économique, des expulsions, voire des massacres d’individus ou de communautés entières. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Antisemitism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:artsAdvocacy

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#artsAdvocacy

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:atheism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#atheism

athéisme

L’athéisme est une attitude ou une doctrine qui nie l’existence de quelque dieu ou divinité que ce soit, contrairement, par exemple, au déisme et au théisme qui soutiennent ces existences, ou à l’agnosticisme qui considère que personne ne peut répondre à ces questions. C'est une position philosophique qui peut être formulée ainsi : il n'existe rien qui ressemble de près ou de loin à ce que les croyants appellent un « dieu », ou « Dieu ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Atheism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:baptistChristianity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#baptistChristianity

Baptisme

Le baptisme est un courant chrétien évangélique issu d'un réveil démarré par les pasteurs anglais John Smyth en Hollande en 1609, puis Thomas Helwys en Angleterre en 1612. Ce mouvement se caractérise par l'importance donnée à la Bible, à la nouvelle naissance, au baptême adulte en tant que témoignage volontaire, un esprit missionnaire, un engagement moral de vie ainsi que par l’autonomie locale des églises, la séparation de l’Église et de l’État, et finalement l’autorité de la congrégation (congrégationalisme). Selon les chiffres du Pew Research Center, en 2011, le mouvement recense 72 millions de croyants. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300153825
dbpedia:Baptists
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:birthControlActivism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#birthControlActivism

PROV Derived From:
dbpedia:Birth_control_movement_in_the_United_States
dbpedia:Category:Birth_control
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:black

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#black

noir (race)

RDF Type:
cwrc:RaceColour

[back to top]

Instance: cwrc:blackAnti-Oppression

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#blackAnti-Oppression

PROV Derived From:
dbpedia:African-American_Civil_Rights_Movement_(1954%E2%80%931968)
dbpedia:Racism_in_the_United_Kingdom
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:blackLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#blackLabel

noir

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:bolshevism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#bolshevism

Bolcheviks

Les bolcheviks, bolcheviques ou bolchéviques sont les membres d'une fraction du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, créée en 1903 sous la direction de Lénine, devenue un parti indépendant en 1912. Après la révolution russe de février 1917, les bolcheviks prennent le pouvoir au nom des soviets en octobre 1917 dans le cadre de la République socialiste fédérative soviétique de Russie. En 1918, le Parti bolchévique est renommé Parti communiste. Après la mise en place de l'URSS (1922), il devient le Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS), ajoutant jusqu'en 1952 à ce nom l'adjectif bolchevik (placé entre parenthèses). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Bolsheviks
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:bonapartism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#bonapartism

Bonapartisme

Le bonapartisme est une famille de pensée politique française, qui s'inspire de l'action de l'empereur Napoléon Ier. Le terme a deux acceptions : * au sens strict, le bonapartisme vise à établir un régime républicain impérial en France à la tête duquel serait placé un membre de la famille de Napoléon Bonaparte ; * au sens large, le bonapartisme vise à établir un État national à exécutif fort et centralisé mais d'essence républicaine et assis sur la consultation régulière du peuple par le biais de plébiscites. Le bonapartisme n'implique donc pas forcément l'adhésion à un système d'organisation politique héréditaire mais peut au contraire s'accommoder d'une forme républicaine de gouvernement. Il repose sur la fusion des élites et l'adhésion populaire. Ces deux facettes peuvent être distinctes ou confondues, selon les personnes et périodes. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Bonapartism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:boulangism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#boulangism

PROV Derived From:
dbpedia:Georges_Ernest_Boulanger
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:britishNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#britishNationalism

PROV Derived From:
dbpedia:British_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:buddhism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#buddhism

Bouddhisme

Le bouddhisme est, selon les points de vue en Occident, une religion (notamment une religion d'État) ou une philosophie, voire les deux, dont les origines remontent en Inde au Ve siècleav. J.-C. à la suite de l'éveil de Siddhartha Gautama et de son enseignement. Le bouddhisme comptait en 2005 entre 230 millions et 500 millions d'adeptes, ce qui en fait la quatrième religion mondiale, derrière (dans l'ordre décroissant) le christianisme, l'islam, et l'hindouisme. Le bouddhisme présente un ensemble ramifié de pratiques méditatives, de pratiques éthiques, de théories psychologiques, philosophiques, cosmogoniques et cosmologiques, abordées dans la perspective de la bodhi, « l'éveil ». À l'instar du jaïnisme, le bouddhisme est à l'origine une tradition shramana, et non brahmanique comme l'est l'hindouisme. Les notions de dieu et de divinité dans le bouddhisme sont particulières : bien que le bouddhisme soit souvent perçu comme une religion sans dieu créateur, la notion étant absente de la plupart des formes du bouddhisme, la vénération et le culte du Bouddha historique Siddhartha Gautama en tant que bhagavat joue un rôle important dans le Theravāda et également dans le Mahāyāna, dans lesquels il est un être éveillé ayant trois aspects ou manifestations (trikāya). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300073738
dbpedia:Buddhism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:catholicism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#catholicism

Catholicisme

L’Église catholique, ou Église catholique, apostolique et romaine, est la plus grande Église chrétienne avec plus d'un milliard de fidèles. Elle réunit l’ensemble des chrétiens en communion avec le pape et les évêques qui sont considérés par les catholiques comme étant les successeurs des apôtres de Jésus-Christ. L'Église catholique est l'une des plus vieilles institutions religieuses au monde et a joué un rôle important dans l'histoire, surtout du monde occidental. La foi de l'Église catholique est résumée par le symbole de Nicée et elle se caractérise par la célébration des sept sacrements dont le plus important est l'Eucharistie célébré liturgiquement durant la messe. Selon son propre catéchisme, l'Église catholique est composée de trois parties qui ne forment qu'une seule Église placée sous Jésus-Christ : l'Église militante, l'Église triomphante et l'Église souffrante correspondant respectivement à l'ensemble des fidèles sur terre, l'ensemble des saints qui sont au ciel et l'ensemble des âmes qui sont au purgatoire. L'Église catholique sur terre se conçoit comme une communion d'Églises locales ou particulières, c'est-à-dire ayant chacune un territoire et un évêque à sa tête. Celles-ci sont chacune pleinement l'Église catholique dans la mesure où elles sont en communion avec le pape, qui est l'évêque de Rome et considéré comme étant le successeur de saint Pierre, et en communion les unes avec les autres. L'Église catholique se définit comme une institution à la fois humaine et divine : « société parfaite en dépit de l'imperfection de ses membres ». En plus d'être l'ensemble des baptisés, elle est aussi une institution et un clergé organisés de façon hiérarchique. Une très grande majorité des catholiques (au moins 98 %) sont de l'Église latine, mais il existe aussi des catholiques de différentes Églises catholiques orientales. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Catholic_Church
http://vocab.getty.edu/aat/300073730
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:childrensWelfare

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#childrensWelfare

PROV Derived From:
dbpedia:Category:Child_welfare
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:christianPacifism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#christianPacifism

Pacifisme chrétien

Le pacifisme chrétien est un courant de pensée et d'action à l'intérieur du christianisme. Il désigne, a minima, le refus de la participation à la mise à mort d'un être humain à la guerre pour motif de conscience, et plus largement, le refus d'utiliser des moyens violents pour se défendre, parvenir à ses fins ou opposer une résistance. Bien qu'étant la position d'origine des premiers chrétiens , le pacifisme est considéré comme la position minoritaire au sein des Églises chrétiennes, la position dominante dans l'histoire de l'Église étant la doctrine de la guerre juste. Ce refus d'attenter à la vie de la personne humaine se fonde sur l'un ou plusieurs les aspects bibliques-théologiques suivants : l'être humain comme créature et image de Dieu à ne pas tuer (Ge 1.27 ; Ge 9.5-6)la parole du Décalogue (Ex 20,13) : « Tu ne tueras point », et l'extension de son champ d'applicationl'enseignement du Christ (« Ne vous opposez pas [violemment] au mal » (Mt 5.39) ; « Aimez vos ennemis » (Mt 5.44)l'exemple de la vie du Christ (1 Pi 2.21-23)la mort du Christ interprétée comme don de soi et comme manière de répondre au mal (Rm 5.6-10)la résurrection du Christ vue comme la justification par Dieu de la manière de vivre du Messie (Phil 2.6-11)l'enseignement des apôtres (« Soyez en paix avec tous » (Rm 12.18) ; « Sois vainqueur du mal par le bien » (Rm 12.21) Le pacifisme chrétien rejoint aujourd'hui l'ensemble de ce qui peut se désigner par le vocable de non-violence et qui se décline en dialogue, résolution de conflits, médiation, protestation non-violence, justice restaurative, etc. Le pacifisme chrétien et la non-violence sont notamment connu en milieu catholique à travers les efforts de pacification de la communauté de Sant'Egidio et les nombreuses missions diplomatiques de Jean-Paul II[réf. nécessaire]. Au sein du protestantisme, la résistance spirituelle au nazisme suscitée par le pasteur André Trocmé autour du Chambon-sur-Lignon, le combat de Martin Luther King pour les droits civiques, les Équipes chrétiennes d’action pour la paix (en) (Christian Peacemaker Teams), ou encore le pardon accordé par la communauté amish après la tuerie dans l'école de Nickel Mines en Pennsylvanie ont largement popularisé la non-violence. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Christian_pacifism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:christianScience

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#christianScience

Science CHRÉTIENNE

La Science chrétienne (ou Christian Science en anglais) se définit elle-même comme la « Science du Christ ». Sa fondatrice, la théologienne américaine Mary Baker Eddy, estime avoir redécouvert en 1866 les lois appliquées par Jésus dans la guérison des malades et la résolution des aléas de la vie, lois toujours démontrables aujourd'hui. Son observation des guérisons et résolutions diverses obtenues sur la base de sa théorie en prouve, selon elle, la validité. Ainsi, la Science chrétienne est « chrétienne » en ce sens qu’elle repose sur les enseignements de Jésus de Nazareth, tels qu'exposés dans le Nouveau Testament. La Science chrétienne se veut une religion pratique permettant l'application de lois divines démontrables. Afin d'assurer la diffusion de cette science, Mary Baker Eddy fonde en 1879 une Église sans credo, appelée « Église du Christ, Scientiste » (en anglais The First Church of Christ, Scientist), rassemblant de nos jours 1 800 églises dans 82 pays et quelques centaines de milliers de pratiquants, principalement aux États-Unis. Reconnue comme association cultuelle dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis, la Science chrétienne précise que, malgré la confusion possible entre les deux noms, elle n’a rien de commun avec l’Église de Scientologie; de plus, bien qu'elle partage nombre de concepts métaphysiques avec les églises de la Nouvelle Pensée comme Unité, la Science divine et la Science religieuse, ce qui amène certains historiens et sociologues à les aborder ensemble dans leurs travaux, la Science chrétienne et ces églises ne se reconnaissent pas mutuellement comme faisant partie de la même mouvance. La principale critique de la Science chrétienne est qu'elle a un caractère alternatif et non complémentaire au traitement médical. Ainsi, les guérisons alléguées sont obtenues en dehors de tout contrôle médical. Ses guérisons de maladies fonctionnelles ou organiques sont considérées comme relevant de l’effet placebo par les détracteurs de la Science chrétienne (ce qui n’est d’ailleurs pas tellement en contradiction avec la Science chrétienne, qui ne considère la maladie que comme le résultat de simples croyances erronées, qu’il faudrait donc corriger pour recouvrer la santé.). La principale défense de la Science chrétienne est que chacun est libre de choisir la méthode de guérison qu'il juge la plus efficace et qu'il n'existe aucune contrainte à ce sujet. Les sympathisants mettent en avant les guérisons qu’ils disent avoir obtenues et réfutent toute idée de rejet de la médecine conventionnelle. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Christian_Science
http://vocab.getty.edu/aat/300264476
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:christianSocialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#christianSocialism

PROV Derived From:
dbpedia:Christian_socialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:christianity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#christianity

Christianisme

Le christianisme est une religion abrahamique fondée sur l'enseignement, la personne et la vie de Jésus de Nazareth tels qu'ils sont interprétés par la tradition chrétienne à partir du Nouveau Testament de la Bible. Il s'agit d'une religion du salut considérant Jésus-Christ comme le Messie annoncé par les prophètes dans l'Ancien Testament qui vient sauver l'humanité du Mal et la faire participer à la vie de Dieu. La foi en la résurrection de Jésus est au cœur du christianisme car elle signifie le début d'une humanité nouvelle libérée du Mal. Les premières communautés chrétiennes naissent au Ier siècle en Judée et dans les grandes villes de la diaspora juive telles que Rome, Éphèse, Antioche et Alexandrie. Le christianisme se développe dès le IIe siècle dans l'Empire romain, dont il devient la religion officielle au IVe siècle, mais aussi en Perse, en Inde et en Éthiopie. Au Moyen-Âge, le christianisme devint majoritaire en Europe, tandis qu'il s'amenuise face à l'islam dans les régions où il est né. Depuis le XVIe siècle, il est devenu la religion la plus importante de la planète par son expansion en Amérique et, plus tard, en Afrique. Il est actuellement présent dans tous les pays du monde. Les Églises chrétiennes sont classiquement regroupées en trois principales branches : le catholicisme, le christianisme orthodoxe et le protestantisme représentant respectivement 50%, 12% et 37% du total des chrétiens en 2010. À la mi-2015, le nombre total de chrétiens dans le monde est évalué à 2,419 milliards, ce qui en fait la religion comptant le plus grand nombre de fidèles au monde devant l'islam qui en compte environ 1,6 milliard. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Christianity
http://vocab.getty.edu/aat/300073711
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:churchOfIreland

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#churchOfIreland

Église d'Irlande

L'Église d'Irlande (irlandais : Eaglais na hÉireann, anglais : Church of Ireland) est une communauté religieuse autonome de la communion anglicane, dont le rayon d'action touche la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. Comme d'autres Églises anglicanes, elle s'affirme « catholique » et « réformée ». Quand l'Église d'Angleterre rompt avec le Pape et l'Église catholique romaine, l'Église d'Irlande évolue également vers la Réforme, gardant son statut juridique et ses possessions, si sa doctrine change. Ainsi, de nos jours, l'Église, dans ses cathédrales et ses églises, conserve largement l'héritage des constructions médiévales de l'île. La nouvelle Église indépendante n'est cependant pas suivie par la majorité de la population ; l'Église catholique romaine conserve le soutien de la plus grande partie des habitants, et ce jusqu'à aujourd'hui. En dépit de son caractère minoritaire, cependant, l'Église d'Irlande conserve le statut de religion d'État jusqu'au désétablissement de 1869, quand Gladstone abolit l'Acte d'établissement. Le nombre d'églises est tombé brusquement au cours du XXe siècle, particulièrement en République d'Irlande, après l'indépendance ; le dernier recensement de la République montre un exemple rare de résistance à la crise de la foi. Aujourd'hui, l'Église d'Irlande est, après l'Église catholique, la deuxième plus importante Église de l'île d'Irlande. C'est également la plus importante Église protestante de la République d'Irlande et le deuxième plus importante d'Irlande du Nord, après l'Église presbytérienne d'Irlande. Elle est gouvernée par un synode général du clergé et des laïcs et organisée en douze diocèses. Elle a à sa tête l'archevêque d'Armagh, qui porte le titre de "Primat de toute l'Irlande". L'archevêque actuel est Richard Clarke qui a succédé le à Alan Harper ; l'autre archevêque est celui de Dublin John Neill. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Church_of_Ireland
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion
foaf:Organization

[back to top]

Instance: cwrc:civilLibertarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#civilLibertarianism

PROV Derived From:
dbpedia:Civil_libertarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:civilRights

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#civilRights

Droits civiques

Les droits civiques désignent les protections et privilèges des libertés fondamentales accordés à tous les citoyens par la loi contre toutes les discriminations. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Civil_and_political_rights
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:co-operativeMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#co-operativeMovement

PROV Derived From:
dbpedia:History_of_the_cooperative_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:communalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#communalism

PROV Derived From:
dbpedia:Communalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:communism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#communism

Communisme

Le communisme (du latin communis – commun, universel) est un ensemble de doctrines politiques issues du socialisme et, pour la plupart, du marxisme, opposées au capitalisme et visant à l'instauration d'une société sans classes sociales. Plus largement, ce terme est associé au mouvement communiste international né après la Première Guerre mondiale, fruit d'une scission de la IIe Internationale provoquée par les bolcheviks. Il renvoie également, dans le contexte de la guerre froide, à une alliance géopolitique (bloc communiste) dominée par l'Union soviétique, ainsi qu'au régime politique à parti unique, dictatorial ou totalitaire, en vigueur dans les pays du bloc communiste. Dans son sens d'origine, le communisme est une forme d'organisation sociale sans classes, sans État et sans monnaie, où les biens matériels seraient partagés. Au XIXe siècle, le mot « communisme » entre dans le vocabulaire du socialisme. Il se rattache en particulier à l'œuvre de Karl Marx et Friedrich Engels - qui le reprennent à leur compte en 1848 dans le Manifeste du Parti communiste - et, par extension, à l'école de pensée marxiste. En 1917, les bolcheviks, dirigés par Lénine, prennent le pouvoir en Russie lors de la Révolution d'Octobre. Cet évènement change radicalement le sens du mot communisme : il désigne désormais un mouvement politique international, né d'une scission du socialisme, et qui se reconnaît dans le courant révolutionnaire incarné par les bolcheviks comme dans l'interprétation du marxisme par Lénine. Le communisme se présente désormais comme la véritable expression politique du mouvement ouvrier, au détriment de la social-démocratie dont il est issu. Selon cette acception, le communisme constitue l'un des phénomènes les plus importants du XXe siècle, qui a pu être qualifié de « siècle du communisme » tant cette idéologie y a tenu un rôle moteur. Lénine et ses partisans créent en 1919 l'Internationale communiste (dite Troisième Internationale, ou Komintern) afin de regrouper à l'échelle internationale les partisans de la Russie soviétique. L'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), fondée en 1922 pour fédérer les territoires de l'ex-empire russe, dirige via le Komintern les activités des partis communistes du monde entier : elle domine ainsi la mouvance communiste, malgré l'existence de courants dissidents. Après la mort de Lénine, Joseph Staline s'impose comme le maître absolu de l'URSS et du mouvement communiste mondial. En 1941, durant la Seconde Guerre mondiale, l'URSS est attaquée par l'Allemagne nazie avec laquelle elle avait conclu un pacte deux ans plus tôt. Les troupes soviétiques jouent alors un rôle déterminant dans la défaite du nazisme. Après-guerre, l'URSS accède au rang de superpuissance : elle occupe militairement l'essentiel de l'Europe de l'Est, dont les pays deviennent des États communistes, formant le bloc de l'Est. La Chine bascule également dans le camp communiste en 1949. Le Rideau de fer qui sépare l'Europe et la progression spectaculaire du communisme amènent le monde à se diviser en « blocs » rivaux : la guerre froide oppose ainsi durant plusieurs décennies les pays communistes au « monde libre », au sein duquel les États-Unis constituent la superpuissance rivale de l'URSS. La Chine de Mao occupe quant à elle une place à part après la rupture sino-soviétique. À l'apogée de l'influence du communisme dans le monde, un quart de l'humanité vit dans des pays communistes. Dans les années 1980, l'URSS tente de remédier à sa sclérose économique et politique en lançant un mouvement de réformes, la perestroïka : mais ce processus aboutit à l'effondrement général des régimes communistes européens entre 1989 et 1991. Par la suite, bien qu'en net déclin, le communisme ne disparaît pas : si des partis anciennement communistes ont adopté d'autres identités, d'autres ont conservé leur nom et sont associés au pouvoir dans certains pays. À Cuba, au Viêt Nam, au Laos et en Corée du Nord, des pays communistes existent encore, sans se conformer à un mode de gouvernement unique. La République populaire de Chine, pays le plus peuplé de la planète, est toujours dirigée par un Parti communiste ; convertie à l'économie de marché, elle est aujourd'hui l'une des principales puissances mondiales. En tant que dictatures à parti unique, les régimes communistes se sont tous rendus coupables de violations des droits de l'homme ; certains, comme l'URSS sous Staline et la Chine sous Mao, se sont livrés à des crimes de masse, le nombre de leurs victimes s'élevant à plusieurs millions de morts. Le bilan historique du communisme, qui englobe un ensemble de réalités très différentes les unes des autres, demeure cependant, du fait même de sa complexité, contrasté et polémique. Le communisme a fait l'objet de diverses approches historiographiques concurrentes, longtemps handicapées par la difficulté d'accès aux documents et par les contextes politiques nationaux et internationaux. La fin de la guerre froide et l'ouverture des archives du bloc de l'Est ont depuis bouleversé le champ des études sur le communisme, sans mettre fin à toutes les controverses autour du sujet. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Communism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:congregationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#congregationalism

Églises congrégationalistes

Les Églises congrégationalistes sont des églises protestantes de tradition réformée, pratiquant une forme d’organisation d’église où chaque paroisse se gère de manière entièrement autonome et indépendante. Le congrégationalisme se caractérise plus comme un mouvement que comme une dénomination chrétienne en raison de sa conviction fondamentale en faveur de l’autonomie complète de chaque paroisse. Malgré la forte diversité théologique inhérente à leur forme d'organisation, la plupart des congrégationalistes se considèrent d'abord comme des réformés, soit traditionnels soit néo-orthodoxes (barthiens). Les congrégationalistes, selon la définition du centre de recherche indépendant Pew Research Center, représentent environ 0,5% de la population protestante mondiale, soit 4 millions de chrétiens répartis essentiellement dans les grands pays anglophones (Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Australie, Afrique du sud, Irlande) et dans quelques « terres de mission » (Argentine, Bulgarie, Îles Samoa). Leur rôle historique et leur influence, notamment aux États-Unis, excèdent largement ces chiffres. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Congregational_church
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:conscientiousObjection

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#conscientiousObjection

PROV Derived From:
dbpedia:Conscientious_objector
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:conservatism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#conservatism

Conservatisme

Le conservatisme est une philosophie politique qui est en faveur des valeurs traditionnelles et qui s'oppose au progressisme. Les cultures ayant chacune des valeurs différentes, les conservateurs selon leur culture ont des buts différents. Mais tous les conservateurs promeuvent la défense (statu quo) ou le retour à des valeurs établies (statu quo ante). Pour Michael Freeden, le conservatisme croit seulement en un changement limité de ce qui est naturel ou organique ; aussi, pour lui, l'ordre social est indépendant de la volonté humaine. Le terme vient de « conserver » ; du latin conservare, « maintenir, observer (une loi, une coutume) » composé de servare « préserver, garder ». Bien que ce ne soit pas une idéologie en soi, le conservatisme est une philosophie politique dont les idées sont en grande partie liées à leur contexte d'existence. Il est défini en partie par l'accent mis sur la tradition comme source de sagesse, bien au-delà de ce qui peut être démontré ou explicitement établi. Il se fonde sur la conservation d'un ordre préétabli, selon les conventions, chacun à sa place. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Conservatism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:conservativeFeminism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#conservativeFeminism

PROV Derived From:
dbpedia:Feminism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:conservativePartyUk

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#conservativePartyUk

PROV Derived From:
dbpedia:Tories_(British_political_party)
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:constitutionalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#constitutionalism

Constitutionnalisme

Le constitutionnalisme est une théorie du droit qui insiste sur le rôle et la fonction de la Constitution dans la hiérarchie des normes par rapport à la loi, ainsi que sur le contrôle de constitutionnalité des lois. On l'oppose parfois au légicentrisme, qui défend la suprématie de la loi, émanation de la souveraineté populaire. En droit international, le constitutionnalisme est une conception qui tend à s'opposer au pluralisme juridique. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Constitutionalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:covenanters

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#covenanters

Covenantaire

Les Covenantaires formèrent un important mouvement religieux et politique en Écosse au XVIIe siècle. Du point de vue religieux, ce mouvement s'attacha surtout à promouvoir et à développer le presbytérianisme, et à en faire une forme de gouvernement souhaitée par le peuple, en opposition avec l'Épiscopalisme, qui avait les faveurs de la couronne. Du point de vue politique, ce mouvement vit d'importantes évolutions du caractère et du fonctionnement du Parlement écossais, qui commença à se démarquer progressivement de ses origines médiévales. Dans son ensemble, ce mouvement était essentiellement conservateur dans le ton, mais il amorça une révolution qui embrasa l'Écosse, l'Angleterre et l'Irlande, et qui fut appelée les guerres des Trois Royaumes. Le nom Covenantaire provient de « covenant », qui est un mot de l'ancien français, passé dans le moyen anglais, qui signifiait à l'origine convention, chose convenue, et qui désigna, dans la loi anglaise, un accord formel, une promesse solennelle. En Écosse, le terme prit le sens biblique d'« Alliance » ou de « Promesse ». Le premier engagement de ce genre fut signé par les Écossais de toutes les classes, en 1588, lorsque Philippe II menaçait l'Angleterre et la Réforme par sa fameuse Invincible Armada. Il contenait une profession de foi protestante, une réprobation de l'Église romaine et un serment de défense mutuelle et d'union. La destruction de la flotte espagnole rendit cette confédération sans objet. Au siècle suivant, le « National Covenant » de 1638, qui prit comme base des documents précédents du même genre, était surtout intéressé à préserver la Réforme de toute innovation issue de la couronne britannique. Son document jumeau de 1643, « Solemn League and Covenant », se préoccupait également de religion, même s'il s'agissait principalement d'un traité d'alliance entre les covenantaires d'Écosse et le Parlement d'Angleterre, soucieux de se soutenir lors de la guerre civile de plus en plus violente contre le roi Charles Ier. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Covenanter
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:disestablismentarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#disestablismentarianism

PROV Derived From:
dbpedia:Disestablishmentarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:dissentProtestant

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissentProtestant

dissidents (ou non-conformistes)

Les non-conformistes, appelés aussi Dissidents (dissenters), étaient ceux qui, en Angleterre, refusaient de suivre la doctrine de l'Église anglicane. Il s'agissait notamment des Puritains, des Presbytériens, des Anabaptistes ou des Calvinistes. On oppose les non-conformistes aux Conformistes.(DBpedia, 2017)

PROV Derived From:
dbpedia:English_Dissenters
dbpedia:Nonconformist
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:dissentingChristianity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissentingChristianity

Dissidence anglaise

"Les Dissidents anglais (en anglais : English Dissenters ou nonconformists) sont des protestants anglais qui firent sécession de l'Église d'Angleterre. Ils s'opposaient à l'interférence de l'État dans les affaires religieuses et fondèrent leurs propres communautés du XVIe au XVIIIe siècle. Les Dissidents triomphèrent un temps lors du gouvernement d'Oliver Cromwell, mais après la Restauration de la monarchie, en 1660, l'épiscopat fut rétabli et les droits civiques des Dissidents limités, dès les années 1660, par une série de lois dont l’Act of Uniformity, le Corporation Act et le Test Act. Ce n'est qu'en 1828 que ces lois discriminatoires sont abrogées. Parmi les Dissidents les plus connus, on peut citer le fondateur de la secte des Puritains Henry Jacob (en) (1563-1624), l'éditeur Joseph Johnson (1738-1809), la mystique Jane Leade (1623-1704), le philosophe Richard Price (1723-1791), ou encore le chimiste et théologien Joseph Priestley (1733-1804), ainsi que le fondateur d'une académie dissidente à Kendal (Cumbria), le révérend Caleb Rotherham, qui instruisit l'un des pères de la Révolution industrielle, le fondeur et beau-frère de Joseph Priestley, John Wilkinson."(DBpedia, 2017)

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:dressReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dressReform

PROV Derived From:
dbpedia:Victorian_dress_reform
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:dreyfusard

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dreyfusard

PROV Derived From:
dbpedia:Dreyfus_affair
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:educationReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#educationReform

PROV Derived From:
dbpedia:Education_reform
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:egalitarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#egalitarianism

Égalitarisme

L'égalitarisme est une doctrine politique prônant l'égalité des citoyens en matière politique, économique et/ou sociale, selon les contextes. Dans le sens vulgaire, l'égalitarisme désigne plus particulièrement la doctrine qui a pour valeur politique suprême l'égalité matérielle de tous. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Egalitarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:egyptianNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#egyptianNationalism

PROV Derived From:
dbpedia:Egyptian_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:elderRights

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#elderRights

PROV Derived From:
dbpedia:Elder_rights
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:england

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#england

Angleterre

RDF Type:
cwrc:GeographicalHeritage
skos:Concept
owl:Thing

[back to top]

Instance: cwrc:englandLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#englandLabel

Angleterre

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:englishLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#englishLabel

englais

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:englishNationalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#englishNationalHeritage

Anglais

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:NationalHeritage

[back to top]

Instance: cwrc:englishNationalIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#englishNationalIdentity

Anglais

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:NationalIdentity

[back to top]

Instance: cwrc:entrepreneurial-industrialist

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#entrepreneurial-industrialist

propriétaire industriel

Cette classe comprend les grands/es propriétaires industriels/les tels que les directeurs/trices d’usines, ceux/celles qui soutiennent les entreprises en y investissant des fonds, ou leurs épouses et leurs filles comme Elizabeth Montagu ou Beatrice Webb, en particulier pour les périodes historiques les plus reculées durant lesquelles il était rare que les femmes soient des acteurs financiers.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:environmentalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#environmentalism

Écologisme

L'écologisme, ou environnementalisme, est à la fois un courant de pensée (idéologie ou philosophie), un corpus de valeurs et de propositions incluant notamment celles du mouvement écologiste. L'orientation de l'activité politique ou parapolitique vise au respect, à la protection, la préservation ou la restauration de l'environnement dans une forme très poussée. James Lovelock, père de la théorie Gaïa, est l'un des représentants les plus célèbres de cette doctrine. Ce mouvement éco-centrique a comme projet la conservation de la nature et le « respect » des équilibres naturels. L'environnementalisme et le mouvement écologiste ont parmi leurs priorités : la conservation des ressources naturelles, la préservation de la « vie sauvage » (wilderness), la lutte contre la dégradation, la fragmentation et la destruction des habitats et des écosystèmes au sens le plus large. Ils définissent de nouveaux rapports territoriaux dans les milieux habités par l'humain, dont les milieux urbains considérés comme les habitats potentiels de substitution et comme cadre de vie d'une part grandissante de l'humanité. Ces différentes demandes sociales et politiques, ou même protestations s'expriment dès le début du XXe siècle : en 1902, une convention internationale pour la protection des oiseaux utiles était signée entre 11 pays d'Europe, et en 1913, le congrès de Berne réclamait une « Protection mondiale de la nature », principalement du constat de la dégradation de la nature par l'homme, notamment par la chasse et la surexploitation de la nature, puis par la pollution et la destruction à grande échelle de milieux naturels (forêts tropicales) notamment. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Environmentalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:eugenics

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#eugenics

Eugénisme

L’eugénisme peut être défini comme l’ensemble des méthodes et pratiques visant à intervenir sur le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé, du moins tel que conçu à l'époque en cours. Il peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État. Il peut aussi être le résultat collectif d’une somme de décisions individuelles convergentes prises par les futurs parents, dans une culture qui valoriserait la recherche de l’« enfant parfait ». Le terme eugenics a été employé pour la première fois en 1883 par le scientifique britannique Francis Galton. Les travaux de celui-ci participèrent à la constitution et à la diffusion de la mouvance eugéniste. Mené par des scientifiques et des médecins, le mouvement de promotion de l'eugénisme qui se met en place au tournant du XXe siècle milite en faveur de politiques volontaristes d'éradication des caractères jugés handicapants ou dans le but de favoriser des caractères jugés bénéfiques. Son influence sur la législation s’est traduite principalement dans trois domaines : la mise en place de programmes de stérilisations contraintes là où la culture dominante le permettait, un durcissement de l’encadrement juridique du mariage et des mesures de restriction ou promotion de tel ou tel type d’immigration. Dans la période contemporaine, les progrès du génie génétique et le développement des techniques de procréation médicalement assistée ont ouvert de nouvelles possibilités médicales (diagnostic prénatal, diagnostic préimplantatoire…) qui ont nourri les débats éthiques concernant la convergence des techniques biomédicales et des pratiques sélectives. Singapour a mis en place, ainsi que la Chine, un système qualifié d'eugéniste. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Eugenics
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:eurasianLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#eurasianLabel

eurasian

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:eurasianRace

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#eurasianRace

eurasien

PROV Derived From:
dbpedia:Eurasian_(mixed_ancestry)
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:RaceColour

[back to top]

Instance: cwrc:existentialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#existentialism

Existentialisme

L’existentialisme est un courant philosophique ainsi que littéraire qui postule que l'être humain forme l'essence de sa vie par ses propres actions, celles-ci n'étant pas prédéterminées par des doctrines théologiques, philosophiques ou morales. L'existentialisme considère chaque personne comme un être unique maître de ses actes, de son destin et des valeurs qu'il décide d'adopter. Bien qu'il existe des tendances communes entre les penseurs existentialistes, des différences subsistent : il y a notamment un fossé entre les existentialistes athées comme Jean-Paul Sartre et les philosophes existentiels chrétiens comme Søren Kierkegaard, Paul Tillich ou Gabriel Marcel, sans oublier la philosophie juive de l'existence de Martin Buber et Emmanuel Levinas ou encore musulmane d'Abdennour Bidar. Certains auteurs tels que Albert Camus ou Martin Heidegger ont même refusé d'être étiquetés comme existentialistes. Sartre a livré quant à lui sa propre définition et conception de l'existentialisme et a donné une conférence sur le sujet : L'existentialisme est un humanisme. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Existentialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:fascism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#fascism

Fascisme

Le terme fascisme (prononcé [fa.ʃism], calque de la prononciation italienne [faˈʃizmo] ; ou plus rarement [fa.sism]) s'applique au sens étroit à la période mussolinienne de l'histoire italienne et au sens large à un système politique aux caractéristiques inspirées par l'exemple italien mais qui a pu prendre des aspects différents selon les pays. Des débats existent entre les historiens quant à la qualification de certains régimes (France de Vichy, Espagne franquiste...). Le terme même (en italien fascismo) vient du mot « fascio » (« faisceau ») désignant le rassemblement des fusils au repos ou l'attribut du licteur dans la Rome antique. La différence entre fascisme et totalitarisme fait l'objet de nombreux débats. Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s'oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l'État libéral garant des droits individuels. Issu de diverses composantes de la philosophie européenne du XIXe siècle, le fascisme a trouvé dans les circonstances économiques et historiques de l'après-première guerre mondiale le contexte qui lui a permis d'accéder au pouvoir, d'abord en Italie dans les années 1920 avec Mussolini, puis sous une variante accentuée, militariste et terroriste, en Allemagne dans les années 1930 avec le nazisme et Hitler. Niant l'individu et la démocratie au nom de la masse incarnée dans un chef providentiel, le fascisme embrigade les groupes sociaux (jeunesse, milices) et justifie la violence d'État menée contre les opposants assimilés à des ennemis intérieurs, l'unité de la nation devant dépasser et résoudre les antagonismes des classes sociales dans un parti unique. Dans le domaine économique, l'état conduit une politique dirigiste mais maintient la propriété privée et capitaliste.En même temps il rejette la notion d'égalité au nom d'un ordre hiérarchique naturel : il définit un « homme nouveau », un idéal de pureté nationale et raciale qui nourrit en particulier l'antisémitisme, l'homophobie, l'exclusion des personnes atteintes d'un handicap et exalte les corps régénérés ainsi que les vertus de la terre, du sang et de la tradition, tout comme il affirme une hiérarchie entre les peuples forts et les peuples faibles qui doivent être soumis. De façon générale le fascisme exalte la force et s’appuie sur les valeurs traditionnelles de la masculinité, reléguant les femmes dans leur rôle maternel. Il célèbre dans cet esprit les vertus guerrières en développant une esthétique héroïque et grandiose. Révélateur d'une crise de la modernité et luttant contre le sentiment de décadence de la civilisation, le fascisme s'appuie aussi sur la mystique romantique du passé et sur l'émotion collective qu'il met en scène dans la théâtralité dynamique d'une religion civile (culte du chef, uniformes, rassemblements, propagande) et suscite ainsi une fascination idéologique et esthétique avérée. Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l'ennemi politique (par exemple par les Soviétiques durant la Guerre froide ou certains partis politiques sur l'échiquier politique dans les démocraties libérales), cependant, le fascisme est encore revendiqué par certaines mouvances d'extrême droite (les néofascistes). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Fascism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:feminism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#feminism

Féminisme

Le féminisme est un ensemble de mouvements et d'idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l'égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d'abolir, dans ces différents domaines, les inégalités homme-femme dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la sphère privée. Si le terme « féminisme » ne prend son sens actuel qu'à la fin du XIXe siècle, les idées de libération de la femme prennent leurs racines dans le siècle des Lumières et se réclament de mouvements plus anciens ou de combats menés dans d'autres contextes historiques. L’objectif principal de la première vague féministe est de réformer les institutions, de sorte que les hommes et les femmes deviennent égaux devant la loi : droit à l'éducation, droit au travail, droit à la maîtrise de leurs biens et droit de vote des femmes constituent les revendications principales de cette période. Le mouvement féministe a produit une grande diversité d'analyses sociologiques et philosophiques. La deuxième vague féministe, qui intervient à la fin des années 1960 avec la naissance du Mouvement de libération des femmes (MLF) et du Women's Lib, a ainsi élaboré plusieurs concepts qui entendent rendre compte de la spécificité du rapport de domination exercé sur les femmes. C'est à cette période qu'est reformulé le concept de patriarcat, élaboré celui de sexisme et que l'accent est mis sur la sphère privée comme lieu privilégié de la domination masculine : le « privé est politique ». Les revendications touchant au contrôle de leur corps par les femmes (avortement, contraception) sont placées au premier plan mais, plus largement, c'est à la construction de nouveaux rapports sociaux de sexe qu'appellent les féministes de cette deuxième vague. Dans cette perspective, la notion de « genre » entend « dénaturaliser » les rapports entre les sexes. Sous le nom de troisième vague féministe, on désigne à partir des années 1990, un large ensemble de revendications exprimées par des militantes féministes issues de groupes minoritaires, dans le sillage du Black feminism. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Feminism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:feministAnti-ViolenceActivism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#feministAnti-ViolenceActivism

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:feministInternationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#feministInternationalism

PROV Derived From:
dbpedia:Internationalism_(politics)
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:feministPacifism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#feministPacifism

PROV Derived From:
dbpedia:Internationalism_(politics
dbpedia:Pacifism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:fifthMonarchists

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#fifthMonarchists

Cinquièmes Monarchistes

Les hommes de la Cinquième Monarchie, ou Cinquièmes Monarchistes (Fifth Monarchy Men ou Fifth Monarchists en anglais) sont une faction idéologique de la Première Révolution anglaise, active de 1649 à 1661. Ils tiennent leur nom de leur croyance en la fondation prochaine d'un royaume planétaire par Jésus retournant sur terre. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Fifth_Monarchists
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion
foaf:Organization

[back to top]

Instance: cwrc:freeTradeMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#freeTradeMovement

PROV Derived From:
dbpedia:Free_Trader
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:frenchNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#frenchNationalism

Nationalisme en France

Le nationalisme en France est apparu au cours du XVIIIe siècle dans la bourgeoisie, sous la plume des philosophes des Lumières. Le nationalisme signifiait pour eux, à cette époque, que c'est le peuple qui incarne le pays, par opposition à la vision de l'ancien régime pour lequel le pays est incarné par le Roi de France. Au XIXe siècle, le nationalisme devient une opposition aux autres nations, voire aux autres peuples, cette idée prenant clairement forme à la fin de ce siècle, dans les mouvements politiques entrant en jeu dans le système démocratique français, est née en 1870, avec la Troisième République. À cette époque, tous les partis manifestent ostensiblement de telles idées nationalistes et anti-allemandes : la Prusse venait de gagner une guerre et avait pris l'Alsace-Lorraine. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:French_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:gayRights

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#gayRights

Mouvement LGBT

Le mouvement lesbien, gay, bisexuel et transsexuel (LGBT) désigne l'ensemble des mouvements et actions individuelles ou collectives qui cherchent à faire évoluer la perception sociale des minorités sexuelles, de l'homosexualité, de la bisexualité et de la transsexualité. Un objectif fréquemment avancé par ces mouvements est l'égalité des droits civils et sociaux pour les personnes LGBT et, parfois, la construction de communautés LGBT ou la libération de l'ensemble de la société de la biphobie, de l'homophobie et de la transphobie. Il n'existe pas d'organisation qui regroupe l'ensemble des LGBT et de nombreuses structures existent dans différents pays à travers le monde. Le mouvement se concrétise notamment par des actions militantes, culturelles et artistiques ou des manifestations de rue telle que la Marche des fiertés. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:LGBT_social_movements
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:gentry

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#gentry

bourgeoisie

1- L’appartenance à la bourgeoisie indique la possession d’une propriété, qui peut être une terre ou des actions. Cela "commence par la possession d’armes, et ensuite d’armoiries, mais se distingue de la noblesse en cela que l’argent n’est pas nécessairement lié au sang et au titre. Les gentlemen désintéressés sont membres de cette classe (i.e. Mr Bennett dans Jane Austen)." Même si elles ne possèdent pas beaucoup de biens qui leur soient propres, les dames appartiennent également à cette classe, notamment lorsqu’elles sont entretenues par a père ou un frère, ou lorsqu’elles sont sinistrées, ou rendues pauvres, comme c’est le cas de Jane Eyre ou Jane Fairfax de Austen.

2- La landed gentry est le nom donné à la bonne société anglaise, et en particulier à la noblesse non titrée. Elle est de bonne éducation et « a des valeurs ». Les membres de la gentry sont légalement des gentlemen, esquire, et peuvent recevoir des décorations, titres de noblesses, héréditaires ou viagier (chevaliers, baronnets). Cette classe, composée à la fois de la haute bourgeoisie et de la noblesse titrée ou non, se développe au XVIe siècle, à une époque de mobilité sociale accentuée. À l'origine, ce sont des notables provinciaux, propriétaires, qui s'enrichissent grâce à leurs domaines (qu'ils n'exploitent pas directement). Du point de vue juridique, la gentry n'a pas un statut comparable à celui qu'a eu la noblesse continentale au cours des siècles, et on ne parle donc pas légalement de nobility (sauf en Écosse qui a un système plus proche du système continental). En effet, en Angleterre (au sens strict), seuls les pairs ont légalement le titre de noble et tous les attributs légaux qui vont avec. Ainsi, dans une famille qui descend d'un pair du royaume, seul le chef de famille est légalement « noble », les autres sont gentry. Néanmoins, la gentry a tous les attributs sociaux de la noblesse, et est donc reconnue comme noble au sens complet par la CILANE (« Commission d'information et de liaison des associations nobles d'Europe », voir Association d'entraide de la noblesse française). Le statut juridique de la gentility est donné par la lettre patente donnée par les rois d'armes par délégation du souverain. C'est cette lettre patente qui leur donne à eux seuls le droit de porter des armoiries, de se déclarer « of gentle birth. » Dans la distinction traditionnelle nobilitas maior et nobilitas minor, les pairs représentent le premier groupe, la gentry le second. (DBpedia, 2017)

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:germanNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#germanNationalism

PROV Derived From:
dbpedia:German_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:girondin

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#girondin

Gironde (Révolution française)

Certains Girondins, comme Condorcet, Brissot, Roland, Guadet, Vergniaud, Isnard, Ducos et Buzot étaient des républicains convaincus. Ses membres, pour la plupart inscrits au club des Jacobins à Paris ou en province, constituaient l'aile la plus avancée de l'Assemblée législative, avant de représenter l'aile droite de la Convention nationale face aux Montagnards, qui étaient en force parmi les députés de Paris, et incarnés par les figures de Robespierre, Danton ou Marat. Les affrontements violents entre Girondins et Montagnards dominent les premiers mois de la Convention. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Girondins
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:greekNationalist

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#greekNationalist

PROV Derived From:
dbpedia:Greek_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:guelphPartyFlorence

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#guelphPartyFlorence

Guelfes et gibelins

Les guelfes et les gibelins sont deux factions (parti ou, plus souvent, brigate ou sette) médiévales qui s'opposèrent militairement, politiquement et culturellement dans l'Italie des Duecento et Trecento. À l'origine, elles soutenaient respectivement deux dynasties qui se disputaient le trône du Saint-Empire : la pars Guelfa appuyait les prétentions de la dynastie des « Welfs » et de la papauté, puis de la maison d'Anjou, la pars Gebellina, celles des Hohenstaufen, et au-delà celles du Saint-Empire. Conflit en apparence limité au Saint-Empire, l'opposition entre Guelfes et Gibelins va se transporter dans diverses parties d'Europe, principalement dans les villes de la péninsule italienne. Dans cette bipolarisation, parfois surestimée, les allégeances dynastiques sont parfois secondaires, les adhésions fluctuantes, et il faut attendre le règne de Frédéric II pour que papauté et empire deviennent des symboles forts de ralliement et que se construise une véritable division antithétique. Ce clivage trouve des manifestations dans le domaine civique et religieux et cristallise les tensions entre les villes italiennes, au sein de leurs élites et parfois entre la ville et son contado. L'écho du conflit se manifeste à des époques ultérieures, en revêtant de nouveaux caractères et en stigmatisant des oppositions idéologiques nouvelles. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Guelphs_and_Ghibellines
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:hanoverian

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hanoverian

Maison de Hanovre

La Maison de Hanovre est une dynastie royale allemande qui a régné sur le duché de Brunswick-Lunebourg (en allemand Braunschweig-Lüneburg), le royaume de Hanovre, le royaume de Grande-Bretagne, puis du Royaume-Uni. Elle succède à la Maison Stuart sur le trône britannique en 1714 et s'y maintient jusqu'à la mort de Victoria en 1901. Elle est parfois appelée Maison de Brunswick-Lüneburg. À la mort de Victoria, le trône du Royaume-Uni est passé dans la maison de Saxe-Cobourg-Gotha en la personne d'Édouard VII du Royaume-Uni, devenue la maison Windsor en 1917. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:House_of_Hanover
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:heterosexual

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#heterosexual

hétérosexualité

L’hétérosexualité indique l’attraction sexuelle pour le sexe prétendument "opposé", c’est-à-dire entre les hommes et les femmes. Cette compréhension du terme repose, comme pour la bisexualité, sur une interprétation binaire du sexe et du genre, qui confond habituellement les deux notions. S’appuyant sur Kathleen Gough, Adrienne Rich interprète ll’hétérosexualité comme obligatoire pour les femmes dans un contexte patriarcal. Dans son article "La pensée straight" (publiée pour la première fois en 1980) Monique Wittig interprète l’hétérosexualité comme une construction sémiotique, linguistique, politique et ontologique. Elle se constitue comme un système normatif qui passe par l'oppression des femmes par les hommes et la "la nécessité de l'autre différent à tous les niveaux". La pensée straight "produit la doctrine de la différence entre les sexes pour justifier cette oppression".

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:hinduism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hinduism

Hindou

L’hindouisme (hindi : hindu dharm ; devanāgarī : हिन्दू धर्म ; « religion hindoue »), ou Sanatana Dharma (sanskrit IAST : sanātanadharma ; devanāgarī : सनातनधर्म ; « Loi Éternelle »), est l'une des plus vieilles religions du monde encore pratiquées, qui n'a ni fondateur ni Église. Avec près d'un milliard de fidèles dans 84 pays, c'est actuellement la troisième religion la plus pratiquée dans le monde après le christianisme et l'islam. Elle est issue du sous-continent indien qui reste son principal foyer de peuplement. La particularité de l'hindouisme est de n'avoir ni prophètes ni dogmes centraux. Cependant, les hindous contemporains croient en l'autorité du Veda, qui, selon la tradition, fut révélé aux hommes, grâce à la « vision » des Rishi. Le terme persan hindu (du sanskrit Sindhu) désignait au départ, pour les musulmans qui pénétrèrent en Inde, les habitants du bassin de l'Indus. L'hindouisme se présente comme un ensemble de concepts philosophiques issus d'une tradition remontant à la protohistoire indienne, la pratique hindouiste étant sans doute issue d'une tradition orale très ancienne, proche de l'animisme. On retient parfois une tripartition historique qui fait de l'hindouisme la dernière phase du développement des religions en Inde, après le védisme aryen (~1500 à 900 av. J.-C.) et le brahmanisme (~900 à 400 av. J.-C.). Au-delà du syncrétisme théologique, l'hindouisme d'avant les invasions islamiques et le colonialisme européen qui soumirent l'Inde à leur autorité était un vecteur pour toutes les sciences : le droit, la politique, l'architecture, l'astronomie, la philosophie, la médecine, etc., comme d'autres savoirs qui avaient en commun le substrat religieux. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300073727
dbpedia:Hinduism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:homosexual

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#homosexual

homosexualité

L’homosexualité indique l’attraction sexuelle entre des sujets du même genre. Comme bisexuel, le terme repose sur une interprétation binaire et souvent indifférenciée du sexe et du genre. Homosexuel est souvent utilisé comme terme générique pour les sexualités lesbienne et gay.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:housingMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#housingMovement

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:humanRights

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#humanRights

PROV Derived From:
dbpedia:Human_rights
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:humanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#humanism

Humanisme

L’humanisme est un courant culturel européen, trouvant ses origines en Italie, principalement autour de la Toscane, qui s'est développé à la Renaissance. Renouant avec la civilisation gréco-romaine, les intellectuels de l'époque manifestent un vif appétit de savoir (philologie notamment). Considérant que l’Homme est en possession de capacités intellectuelles potentiellement illimitées, ils considèrent la quête du savoir et la maîtrise des diverses disciplines comme nécessaires au bon usage de ces facultés. Ils prônent la vulgarisation de tous les savoirs, dont religieux ; la parole divine doit être accessible à toute personne, quelles que soient ses origines ou sa langue (traduction de la Bible par Jacques Lefèvre d'Étaples en 1523). Ainsi, cet humanisme vise à diffuser plus clairement le patrimoine culturel. L’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans la croyance de son choix. Les notions de liberté ou libre arbitre, de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiosité sont, de ce fait, indissociables de la théorie humaniste classique. Par extension, on désigne par « humaniste » toute pensée qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l'être humain. Une vaste catégorie de philosophies portant sur l'éthique affirme la dignité et la valeur de tous les individus, fondée sur la capacité de déterminer le bien et le mal par le recours à des qualités humaines universelles, en particulier la rationalité. L'humanisme implique un engagement à la recherche de la vérité et de la moralité par l'intermédiaire des moyens humains, en particulier les sciences, en solidarité avec l'humanité. En mettant l'accent sur la capacité d'auto-détermination, l'humanisme rejette la validité des justifications transcendantes de l'époque, alors éloignée des questions phénoménologiques du XXe siècle, jugées comme une dépendance à l'égard du surnaturel et de la croyance, tels certains textes présentés comme d'origine divine. Les humanistes développent une morale universelle fondée sur la communauté de la condition humaine. L'humanisme est composante d'une variété de systèmes philosophiques plus spécifiques et de plusieurs écoles de pensée religieuse. Bien avant d’être un concept galvaudé par la politique, l’humanisme est avant tout un terme de l’histoire de la philosophie renvoyant à la Renaissance, et plus particulièrement au mouvement d’Erasme, Michel de Montaigne ou encore Budé, lesquels ont remis à l’honneur à la fois la littérature de l’Antiquité gréco-latine et la réflexion personnelle. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Humanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:imperialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#imperialism

Impérialisme

L'impérialisme est une stratégie ou une doctrine politique de conquête, visant la formation d'un empire ou d'une domination. Pour John Atkinson Hobson, la nouveauté dans l'impérialisme de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, c'est qu'il n'est plus lié à l'idée d'un empire couvrant le monde connu, comme c'était le cas dans le cadre de la Pax Romana. Au contraire, à la suite de la montée du nationalisme au XIXe siècle, cet impérialisme donne lieu à une lutte entre empires concurrents (Empire allemand, Empire britannique, Empire russe, etc.). Au niveau économique, l'impérialisme est alors de nature protectionniste et s'oppose au libre-échange. Par ailleurs, ses liens avec certaines formes de capitalisme monopolistique sont mis en avant par de nombreux auteurs marxistes. De nos jours, ce terme est employé de façon large pour désigner tout rapport de domination établi par une nation ou pays sur un ou plusieurs autres pays. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Imperialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:indianIndependence

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#indianIndependence

Mouvement pour l'indépendance de l'Inde

45xCe modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2015). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?). Le mouvement pour l'indépendance de l'Inde recouvre un ensemble complexe englobant diverses campagnes nationales et régionales, des troubles et des tentatives inspirés d'une philosophie à la fois non-violente et militante, et a impliqué une gamme étendue d'organismes, de philosophies et de mouvements politiques indiens ayant eu pour but commun de mettre fin à l'autorité coloniale britannique aussi bien que celle d'autres administrations coloniales dans le sous-continent indien. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Indian_independence_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:indigenousRights

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#indigenousRights

PROV Derived From:
dbpedia:Indigenous_rights
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:indigent

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#indigent

indigente

Cette classe sociale inclut "les pauvres, les indigents/tes, les chômeurs/euses" soutenus/es par les actions de charité ou les aides sociales.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:individualism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#individualism

Individualisme

L'individualisme est une conception philosophique, politique, sociale et morale qui tend à privilégier les droits, les intérêts et la valeur de l'individu par rapport à ceux du groupe. Il prône l'autonomie individuelle face aux diverses institutions sociales et politiques (la famille, le clan, la corporation, la caste...) qui exercent sur lui de multiples pressions. Il ne faut pas confondre individualisme et égoïsme. Contrairement à la compréhension populaire, ce n'est que péjorativement que l'individualisme peut se rapprocher de l'égoïsme et se définir comme une tendance à ne vivre que pour soi. L'individualisme est apparu vers la fin du Moyen Âge et s'est développé à partir de la Renaissance sous l'effet de multiples facteurs, tels que l'invention de l'imprimerie au XVe siècle, qui a favorisé l'activité individuelle de la lecture. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Individualism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:internationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#internationalism

Internationalisme institutionnel

L’internationalisme institutionnel est un concept de la théorie des relations internationales, désignant un supranationalisme qui prône le développement de la coopération institutionnelle entre États-nations. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Internationalism_(politics)
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:irishHomeRuleMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#irishHomeRuleMovement

PROV Derived From:
dbpedia:Irish_Home_Rule_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:irishNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#irishNationalism

Nationalisme irlandais

Le nationalisme irlandais est né avec l'occupation précoce de l'île par les Anglais. Le nationalisme culturel irlandais vise à rétablir la culture gaélique des Irlandais en combattant, notamment, l'impérialisme culturel anglais. Il s'oppose historiquement aux privilèges accordés à l'aristocratie protestante, qui imposait le serment du test et interdisait aux catholiques de siéger au parlement. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Irish_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:irishRepublicanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#irishRepublicanism

Républicanisme irlandais

Le républicanisme irlandais est une idéologie politique opposée à la présence britannique en Irlande et prônant l'unification de l'île en une République égalitariste. Le fondateur du républicanisme irlandais est le protestant Theobald Wolfe Tone et son mouvement, les United Irishmen. À la fin du XVIIIe siècle, cette idée est portée à la fois par la bourgeoisie libérale protestante d'Irlande et par la paysannerie catholique. Après l'échec de la rébellion irlandaise de 1798, la bourgeoisie protestante devint réactionnaire et se rangea du côté anglais. Révolutionnaires et égalitaristes, inspirés par les révolutions française et américaine, les républicains irlandais se veulent aussi confessionnels, mythifiant l'ancienne union entre catholiques et protestants, sentiment symbolisé par le drapeau irlandais, union du vert des Irlandais et de l'orange des Orangistes. L'action armée tient une place importante dans la tradition républicaine irlandaise, son histoire s'émaillant de soulèvements et de groupes armés clandestins. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Irish_republicanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:irishUnionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#irishUnionism

Unionisme en Irlande

Pour les articles homonymes, voir unionisme. L'unionisme en Irlande est une idéologie politique prônant le maintien d'une forme d'union politique entre la province d'Irlande du Nord et le Royaume-Uni. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Unionism_in_Ireland
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:islam

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#islam

Mahométisme

L'islam (arabe : الإسلام) est une religion abrahamique s'appuyant sur le dogme du monothéisme absolu (l'adoration du Dieu unique sans lui attribuer aucun associé) et prenant sa source dans le Coran, considéré comme le recueil de la parole de Dieu (arabe : الله, Allah) révélée à Mahomet, proclamé par les adhérents de l'islam comme étant le dernier prophète de Dieu, au VIIe siècle en Arabie. Un adepte de l'islam est appelé un musulman. L'islam revendique pour fondement et enseignement principal le tawhid (monothéisme, unicité et indivisibilité), c'est-à-dire le monothéisme le plus épuré où le culte est voué exclusivement à Dieu, sans lui attribuer aucun fils. Les musulmans croient que Dieu est un et incomparable et que le but de l'existence est d'adorer Dieu. Les musulmans croient également que l'islam est la version complète et universelle d'une foi primordiale qui a été révélée à plusieurs reprises par le passé à travers les prophètes, incluant Adam, Noé, Abraham, Moïse et Jésus. Ainsi, elle se présente comme un retour sur les pas d'Abraham (appelé, en arabe, Ibrahim par les musulmans) du point de vue de la croyance, le Coran le définissant comme étant l'étalon-pied, la lieue de la Kaaba, le mille d'Abraham (milla ta Ibrahim), c'est-à-dire une soumission exclusive à la volonté d'Allah. Le Coran reconnaît l'origine divine de l'ensemble des livres sacrés du judaïsme et du christianisme, tout en estimant qu'ils seraient, dans leurs interprétations actuelles, le résultat d'une falsification partielle : le Suhuf-i-Ibrahim (les Feuillets d'Abraham), la Tawrat (le Pentateuque ou la Torah), le Zabur de David et Salomon (identifié au Livre des Psaumes) et l'Injil (l'Évangile). Outre le Coran, la majorité des musulmans se réfèrent à des transmissions de paroles, actes et approbations de Mahomet, récits appelés hadîths, pour l'établissement de règles juridiques (fiqh) permettant la compréhension et l'accomplissement des adorations du musulman au quotidien. Les différentes branches de l'islam ne s'accordent pas sur les compilations de hadiths à retenir comme authentiques. Le Coran et les hadiths dits « recevables » sont deux des quatre sources de la loi islamique, la charia, les deux autres étant l'unanimité (ijma’) et l'analogie (qiyas). En 2010, le nombre de musulmans dans le monde est estimé à 1,6 milliard, soit 23,4 % de la population mondiale, ce qui fait de l'islam la deuxième religion du monde après le christianisme et devant l'hindouisme. C’est, chronologiquement parlant, le troisième grand courant monothéiste de la famille des religions abrahamiques, après le judaïsme et le christianisme avec lesquels il possède un certain nombre d'éléments communs. L’islam se répartit en différents courants, dont les principaux sont le sunnisme, qui représente entre 80 et 85 % des musulmans, et le chiisme, rencontré principalement en Irak et en Iran. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Islam
http://vocab.getty.edu/aat/300073715
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:italianNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#italianNationalism

PROV Derived From:
dbpedia:Italian_nationalism
dbpedia:Italian_unification
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:jacobism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jacobism

Club des Jacobins

La Société des amis de la Constitution, plus connue ensuite sous le nom de club des Jacobins, est le plus célèbre des clubs de la Révolution française. « C’est ici que s’est préparée la Révolution, dit Georges Couthon en 1793, c’est ici qu’elle s’est faite, c’est ici que se sont préparés tous les grands événements ». Appelé d'abord Club breton, le club tient son nom du couvent des Jacobins de la rue Saint-Honoré (Collège des Jacobins) où il s’est installé en 1789, dans une salle louée par le couvent de l'Annonciation, fondé entre 1611 et 1613 par Sébastien Michaëlis comme extension du Couvent des Jacobins de la rue Saint-Jacques (Jacobus en latin). Le Club des Jacobins est une société de pensée qui a constitué, pendant la Révolution française, à la fois un groupe de pression et un réseau d’une remarquable efficacité. L’action du club, essentielle dès le début de 1790, devient dominante entre 1792 et 1794. À cette époque, l’adjectif « jacobin » signifie partisan de la politique du Comité de salut public. À la fin de 1793, environ 6 000 sociétés de même type sont en correspondance avec lui dans toute la France. La chute de Robespierre marque la fin du grand rôle politique exercé par le club et entraîne sa dissolution en novembre 1794. Depuis cette époque, le nom et l’adjectif s’appliquent à un homme, une femme ou un courant politique hostile à toute idée d’affaiblissement et de démembrement de l’État. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Jacobin
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:jacobitism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jacobitism

Jacobitisme

Le « jacobitisme » historique est un mouvement politique proche des Tories entre 1688 et 1807, composé de ceux qui soutenaient la dynastie détrônée des Stuarts et considéraient comme usurpateurs tous les rois et les reines britanniques ayant régné pendant cette période. Soutenu par les monarchies catholiques françaises et espagnoles, il était surtout implanté en Irlande et dans les Highlands d'Écosse qui furent le théâtre de plusieurs révoltes soutenues par la France. Plus marginalement, le jacobitisme disposait également d'un certain nombre de partisans dans le nord de l'Angleterre et au Pays de Galles. En 1688, le roi Jacques II d'Angleterre et d'Irlande et VII d'Écosse (1633-1701) fut détrôné par un coup d’État, appelé par les historiens Glorieuse Révolution, mené par une armée hollandaise de 25 000 hommes, dont plus de 7 000 huguenots français. Le roi est chassé et une bonne partie de ses pouvoirs transmis au parlement, où les lois seront élaborées par le parti whig. Les royalistes britanniques qui lui étaient restés fidèles, de même qu'à ses successeurs, sont connus sous le nom de jacobites car le prénom du roi, en latin, est « Jacobus ». Les historiens évaluent à 40 000 le nombre de réfugiés jacobites en France, qui ont émigré après la Glorieuse Révolution, dont environ 60 % étaient irlandais, 34 % anglais et 6 % écossais. Parmi eux, 40 % étaient de familles aristocratiques, dont un grand nombre d'officiers de l'armée du roi. En France, ils ont constitué la Cour jacobite de Saint-Germain en Laye et la puissante communauté des Irlandais de Nantes. Apparu plus tard, le jacobitisme dit « moderne » est un mouvement très marginal composé de ceux qui considèrent qu'étaient illégitimes tous les rois et les reines ayant régné sur les pays de l'Empire britannique et du Commonwealth après 1688, en particulier parce que ces souverains ont abdiqué une grande part de leur pouvoir en faveur du parlement. Les jacobites modernes considèrent que la reine Elisabeth II (née en 1926, reine depuis 1952) n'est que « la princesse Philippe de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Jacobitism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:jewishEmancipation

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishEmancipation

Émancipation des Juifs

L'émancipation des Juifs désigne le processus de libération des Juifs en Europe et dans le monde, qui leur a permis d'obtenir la citoyenneté et la pleine égalité de leurs droits avec leurs concitoyens. Si la France a été la première à attribuer la pleine égalité de droits aux Juifs par le vote de l'Assemblée constituante en 1791 au début de la Révolution française, il faut rappeler que le processus d'émancipation a débuté juridiquement avec l'Édit de tolérance de Joseph II d'Autriche (1781) qui accorde la liberté de culte aux Protestants comme aux Juifs, l'Édit de tolérance de Louis XVI (1787) et en Allemagne avec la conjonction de la philosophie des Lumières et de la Haskalah (dont le plus illustre représentant est Moïse Mendelssohn). L'émancipation se traduit par une série d'actes législatifs par laquelle les états ont reconnu la citoyenneté aux Juifs. En France, la Terreur a empêché un temps chrétiens et juifs de pratiquer leur religion, mais l'égalité de droits a été confirmée sous Napoléon Ier. Dans le reste de l'Europe, l'émancipation qui s'est faite au XIXe siècle, a conduit à la disparition au moins formelle des ghettos et à l'égalité des chances pour les Juifs, en Europe occidentale et en Amérique. Là où elle s'est heurtée à une plus grande opposition, dans l'Empire russe particulièrement, les Juifs se sont plus volontiers tournés vers les mouvements révolutionnaires ou le sionisme. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Jewish_emancipation
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:jewishEthnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishEthnicity

Juif

RDF Type:
skos:Concept
owl:Thing
cwrc:Ethnicity

[back to top]

Instance: cwrc:jewishGeographicalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishGeographicalHeritage

Juif

RDF Type:
cwrc:GeographicalHeritage
skos:Concept
owl:Thing

[back to top]

Instance: cwrc:jewishLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishLabel

Juif

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:jewishNationalIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishNationalIdentity

Juif

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:NationalIdentity
owl:Thing

[back to top]

Instance: cwrc:judaism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#judaism

Judaïsme

Pour l'Encyclopædia Britannica, le mot judaïsme recouvre la religion des Juifs, ainsi que la théologie, la loi et les traditions culturelles du peuple juif, constitué des descendants des Israélites provenant de l'antique terre d'Israël et des quelques minorités les ayant rejoints par la conversion et s'étant mélangées à eux au fil de leur diaspora de deux millénaires. Pour un juif orthodoxe comme Daniel Boyarin, le judaïsme est « l'ensemble des rituels et des autres pratiques, des croyances et des valeurs, des loyautés historiques et politiques qui constituent l'allégeance au peuple d'Israël », mais le judaïsme n’est ni une religion ni une foi, selon Boyarin. Ainsi Bernard-Henri Lévy affirme que « la tâche des Juifs comme tels est d’être irréligieux », dans la mesure où la religion, telle qu'on la conçoit en théologie, édifiée par une croyance, par des dogmes, par une instance suprême, centrale et doctrinale, n’appartient pas à l’esprit du judaïsme, selon lui. Le judaïsme comporte des éléments religieux, mais ne s'y limite pas puisqu'il contient des coutumes non spécifiquement religieuses – outre des codes de conduite, des lois, des rites – et qu’il fonde plus largement encore une « culture juive ». Néanmoins, par convention, on parle habituellement du judaïsme comme d’une « religion », mais il ne faut pas l’entendre au sens strict, selon des historiens des religions comme Simon Claude Mimouni ou Daniel Boyarin, ou des philosophes comme Léo Strauss ou Bernard-Henri Lévy. Selon ses textes fondateurs, en particulier le Tanakh, la foi des anciens Israélites et de leurs descendants les Juifs, est fondée sur une alliance contractée entre Dieu et Abraham, qui a ensuite été renouvelée entre Dieu et Moïse. Les juifs fondent le judaïsme sur la religion abrahamique qui fleurira ensuite dans la Loi mosaïque (la Torah, les Nevi'im et les Ketouvim), collectivement désignés par l'acronyme Tanakh, dont le texte constitue la Miqra ou Bible hébraïque. Cette religion se fonde sur le culte du Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, au Nom ineffable, qu'elle conçoit comme une Essence éternelle (YHWH), qui détient tous les pouvoirs (Elohim), transcendant le Seigneur des Seigneurs (Adonaï) qu'elle considère Un et Unique et qu'elle qualifie ainsi : omnipotent, omniscient, omniprésent, juste et miséricordieux. Cette religion professe aussi que le rassemblement de toutes les puissances (Elohim) manifesta le créateur du monde qui continue de s'impliquer dans sa destinée en faisant irruption dans l'Histoire dont il révèle la dimension d'Histoire Sainte, comme lorsqu'il fit sortir d'Égypte les enfants d'Israël. Les cohanim, ou prêtres, du Temple de Jérusalem, par deux fois détruit, assuraient son culte. Certains groupes juifs, comme les Ésséniens, s'opposaient à la centralité du culte à Jérusalem. La seconde destruction du Temple de Jérusalem et la dispersion des juifs dans le monde donna naissance à plusieurs traditions religieuses juives. Si la majorité des juifs se regroupèrent autour de l'élaboration du Talmud par les rabbanim, un mouvement strictement scripturaliste, dit Karaïsme, s'opposa à la codification de la tradition orale, tandis que d'autres groupes éloignés, comme les Beta d'Israël en Éthiopie, ignorèrent cette évolution et se développèrent en vase clos. Le judaïsme est l'une des plus anciennes traditions religieuses du monothéisme exclusif encore pratiquées aujourd'hui. Les valeurs et l'histoire du peuple juif sont à la source des deux autres religions abrahamiques, le christianisme et l'islam. Il n'est toutefois pas à la base du samaritanisme, qui est une tradition israélite très tôt distincte du judaïsme de Jérusalem, ni du zoroastrisme, lui-même issu du mazdéisme. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Judaism
http://vocab.getty.edu/aat/300073723
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion
owl:Thing

[back to top]

Instance: cwrc:labourMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#labourMovement

Mouvement ouvrier

Le terme de mouvement ouvrier désigne l'ensemble des mouvements et partis organisés, à partir de l'époque de la révolution industrielle, pour améliorer les conditions d'existence de la classe ouvrière. Cette définition inclut principalement le syndicalisme, mais aussi les partis politiques en étant issus ou s'en étant réclamés et plus largement les différentes formes d'action politique et sociale ayant représenté, ou estimé représenter, les intérêts de la classe ouvrière (coopératisme, mutualisme). Plus particulièrement, au XIXe siècle, la mouvance socialiste — qui adopte dans une partie des pays européens l'appellation de social-démocrate — se pose en représentant du mouvement ouvrier. La nature des liens entre syndicalisme et partis politiques est cependant variable selon les pays : au Royaume-Uni, la précocité du développement industriel a entraîné l'antériorité des syndicats sur le Parti travailliste. Après la scission de la mouvance socialiste au début du XXe siècle, les partis communistes et, prise au sens large, la mouvance communiste dans son ensemble, se sont présentés comme les représentants authentiques du mouvement ouvrier. Les anarchistes ont également pu revendiquer la représentation des intérêts du monde ouvrier, notamment via des phénomènes comme l'anarcho-syndicalisme. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Labour_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:left-Wing

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#left-Wing

Gauche (politique)

En politique, l'usage consiste à diviser les partis politiques en catégories générales qui formalisent une division bipartisane : la droite et la gauche, auxquelles on peut ajouter le centre. Dans l'ensemble du champ politique, les forces politiques sont triples : droite, gauche et forces révolutionnaires (extrême-gauche) hors partis. La notion de gauche et celle de droite en politique est une construction progressive entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle. La gauche désigne la partie gauche de l'hémicycle d'une assemblée parlementaire et les personnes et partis qui y siègent habituellement. De ce fait, la notion de gauche (comme celle de droite) ne possède pas un contenu idéologique fixe et a priori : par exemple, l'orléanisme est à gauche du légitimisme, le bourgeois libéral est à gauche du bourgeois monarchiste, et ce qui était à gauche à une époque se retrouve souvent à droite à une autre époque, ainsi le bourgeois libéral est aujourd’hui généralement à droite, alors qu'il est de gauche du temps de Benjamin Constant. De nos jours, les partis de gauche se rassemblent généralement dans la promotion d'idéaux progressistes et d'égalité, la critique de l'ordre social et le souci d'une plus grande justice sociale. Elle comprend la social-démocratie, le radicalisme, le socialisme, le communisme et certains courants de l'anarchisme.Le terme n'est pas utilisé que pour les partis, on utilise parfois le terme de gauche syndicale ou plus rarement de gauche associative. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Left-wing_politics
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:lesbian

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#lesbian

lesbianisme

Le lesbianisme indique l’attraction sexuelle entre les femmes. Cependant, certaines intellectuelles lesbiennes féministes soulignent l’aspect réducteur d’une telle définition. S’appuyant sur Kathleen Gough, Adrienne Rich interprète l’hétérosexualité comme obligatoire pour les femmes dans un contexte patriarcal, et évoque un continuum lesbien, les "diverses expériences spécifiques aux femmes—au cours de leur existence ou à travers l’Histoire— et non simplement le fait qu’une femme a eu ou a consciemment désiré avoir des expériences sexuelles avec une autre femme" (Of Blood and Poetry, 1983) . Dans un contexte hétéronormatif, le lesbianisme ne relève donc pas seulement de la sexualité mais implique aussi des questions politiques complexes.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:liberalUnionistParty

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#liberalUnionistParty

Parti libéral unioniste

Le Liberal Unionist Party est un parti politique britannique qui se sépara du Parti libéral en 1886. Dirigé par Spencer Cavendish (Lord Hartington, et plus tard duc du Devonshire) et Joseph Chamberlain, le parti a formé une alliance politique avec le Parti conservateur dans l'opposition à l’Home Rule de l'Irlande. Les deux partis ont formé un gouvernement de coalition en 1895, mais gardèrent un fonctionnement séparés jusqu'à une fusion complète en mai 1912. * Portail de la politique britannique Portail de la politique britannique (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Liberal_Unionist_Party
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:liberalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#liberalism

Libéralisme

Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, et revendique la limitation du pouvoir du souverain. Le mot libéralisme fait son apparition au début du XIXe siècle. Les racines du libéralisme sont plus anciennes. L'opposition à l'absolutisme du souverain s'est développée dans l’Europe des Lumières (XVIIIe siècle), mais aussi auparavant par la scolastique de l'École de Salamanque (XVIe siècle) faisant obligation morale au souverain de respecter les droits fondamentaux de chaque être humain au motif de sa nature de créature de Dieu, ou plus anciennement par les chartes médiévales (telles la Magna Carta) introduisant des droits fondamentaux dont le respect est exigé du souverain, ou encore par certains pans de la philosophie thomiste, eux-mêmes précédés par le principe de justice naturelle d'Aristote. La date des débuts formels du libéralisme ou de ses composantes politiques, économiques ou religieuses diffère selon les auteurs. De nombreux auteurs font commencer le libéralisme avec la Lettre sur la tolérance de John Locke (1689) qui complète les racines préexistantes. Le libéralisme repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux naturels précédant toute association et qu'aucun pouvoir n'a le droit de violer. En conséquence, les libéraux veulent limiter les obligations sociales imposées par le pouvoir et plus généralement le système social, telles que la morale, au profit du libre choix et de l'intérêt de chaque individu indépendamment des autres. La question de l'articulation entre « libéralisme économique » et « libéralisme politique » reçoit des réponses variées. Le libéralisme prône la liberté d'expression des individus. Dans le domaine économique, il défend notamment l'initiative privée, la libre concurrence et son corollaire l'économie de marché ; dans le domaine politique, il accepte des pouvoirs politiques encadrés par une loi librement débattue, défend un État de droit et des contre-pouvoirs. Au libéralisme classique, fondé davantage sur la liberté en tant que droit négatif, s'oppose entre autres le libéralisme social fondé sur la liberté en tant que droit positif (protection exigée du souverain contre la misère matérielle ou la pression morale communautaire, quitte à accorder au souverain un droit de coercition sociale à cette fin). Ainsi le libéralisme peut se manifester de façons fort diverses, voire opposées. Le « libéral » peut être suivant le cas celui qui exige de l'État qu'il brise une tradition qui contraint la liberté de l'individu (caste, statuts, discriminations et privilèges…), celui qui défend la liberté de pratiquer ou non une religion ou une tradition, celui qui demande que l'État intervienne pour redonner une véritable capacité d'action économique (bridée par un monopole, la pauvreté, le manque d'éducation, de crédit ou autre), ou encore celui qui s'oppose à l'intervention du pouvoir (dans le respect de l'initiative privée, de la libre concurrence, de l’égalité de traitement…). Les limites à fixer à l'action de l'État, ainsi que les modalités de l'action publique, notamment aux rôles respectifs de l'action administrative et de la loi, sont donc sujets à débat au sein même du libéralisme. La plupart des libéraux considèrent que l'action de l'État est nécessaire à la protection des libertés individuelles, dans le cadre de ses fonctions régaliennes, et nombre d'entre eux (comme Adam Smith, Raymond Aron, Karl Popper ou Benedetto Croce) acceptent et même recommandent certaines interventions de l'État dans l'économie, notamment en matière de contrôle et de régulation. À l'opposé, les libertariens de tendance anarcho-capitaliste refusent à l'État toute légitimité dans quelque domaine que ce soit. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Liberalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:libertarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#libertarianism

Libertarianisme

Le libertarianisme, aussi appelé libertarisme (à ne pas confondre avec libertarisme de gauche et Libertaire) est une philosophie politique qui conçoit la société juste comme une société dont les institutions respectent et protègent la liberté de chaque individu d’exercer son plein droit de propriété sur lui-même et les droits de propriété qu’il a légitimement acquis sur des objets extérieurs. Issue du libéralisme elle prône donc, au sein d'un système de propriété et de marché universel, la liberté individuelle en tant que droit naturel. La liberté est conçue par le libertarianisme comme une valeur fondamentale des rapports sociaux, des échanges économiques et du système politique. Les libertariens se fondent sur le principe de non-agression qui affirme que nul ne peut prendre l'initiative de la force physique contre un individu, sa personne, sa liberté ou sa propriété. De fait, ses partisans, les libertariens, sont favorables à une réduction voire à la disparition de l'État (antiétatisme) en tant que système fondé sur la coercition, au profit d'une coopération libre et volontaire entre les individus, avec un État limité à des fonctions régaliennes. Robert Nozick (1938-2002), Murray Rothbard (1926-1995) et Charles Murray (1943-) font partie des principaux auteurs nourrissant cette doctrine. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Libertarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:lollardy

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#lollardy

Lollardy

Les Lollards sont les membres ou sympathisants d'un mouvement de contestation religieuse et sociale apparu en Angleterre au XIVe siècle. — John Ball (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Lollardy
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:lowerMiddleClass

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#lowerMiddleClass

classe-moyenne inférieure

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:maleLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#maleLabel

male

Comment:

Désapprouver sans équivalence.

RDF Type:
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:man

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#man

homme

RDF Type:
cwrc:Gender
skos:Concept
owl:Thing

[back to top]

Instance: cwrc:manLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#manLabel

homme

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:managerial

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#managerial

cadre

Cette classe réfère à ceux dont "la situation sociale est dûe à l’administration d’une structure dans laquelle ils n’investissent pas leurs propres fonds, par exemple les salariés du service civique, les banquiers, les administrateurs d’hôpitaux."

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:maoism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#maoism

Maoïsme

Le maoïsme (en chinois : 毛泽东思想, pinyin : Máo Zédōng sīxiǎng, « pensée Mao-Zedong ») est un courant du communisme développé au XXe siècle par Mao Zedong, chef du Parti communiste chinois, qui arrive au pouvoir en Chine en 1949, au terme d'une longue guerre civile contre le Guomindang. Comme Lénine dit avoir adapté les théories de Karl Marx à la Russie, Mao déclare adapter les théories de Marx et de Lénine à la situation politique et économique de la Chine du XXe siècle. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Mao affirme vouloir émanciper la population chinoise à la fois de l'impérialisme occidental et du confucianisme. Au moment de la rupture sino-soviétique, Mao se réclame d'une lecture « anti-révisionniste » du marxisme-léninisme et refuse de suivre un processus parallèle à la déstalinisation, poussant la Chine encore plus loin sur la voie du quadrillage total de la société par le Parti et du culte de sa personnalité. Le maoïsme, même si la tendance pro-soviétique reste largement majoritaire au sein du communisme mondial, commence alors à la concurrencer, et de multiples groupes à travers le monde se réclament de Mao et de sa vision tiers-mondiste et « anti-impérialiste ». L'Albanie d'Enver Hoxha devient même un pays satellite de la Chine. Après la mort de Mao en 1976, le maoïsme est, en République populaire de Chine, progressivement vidé de sa substance idéologique même si le PCC continue de se réclamer officiellement de la « pensée Mao-Zedong ». En revanche, des groupes maoïstes, d'importance très inégale, continuent d'exister à travers le monde, notamment des groupes armés de l'Inde, du Népal et d'Amérique latine. En Occident, le maoïsme intellectuel a fait long feu, ses adeptes (dont le philosophe Jean-Paul Sartre) ayant dans leur immense majorité changé d'opinions après la mort de Mao ; il est considéré par les historiens d'aujourd'hui comme une idéologie totalitaire comparable au stalinisme. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Maoism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:marriageLawReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#marriageLawReform

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:marxism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#marxism

Marxisme

Le marxisme est un courant de pensée politique, sociologique et économique fondé sur les idées de Karl Marx (et dans une moindre mesure de Friedrich Engels) et de ses continuateurs. Politiquement, le marxisme repose sur la participation au mouvement réel de la lutte des classes, afin d'arriver à une société sans classes en tant qu'alternative au capitalisme. En effet, Karl Marx considère que « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Marxism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:methodism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#methodism

Église méthodiste

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:millenarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#millenarianism

millénarisme, ou chiliasme

Le millénarisme, ou chiliasme (ou encore, mais de façon erronée, chialisme), est une doctrine religieuse qui soutient l'idée d'un règne terrestre du Messie, après que celui-ci aura chassé l'Antéchrist et préalablement au Jugement dernier.Cette pensée est présente dans certains courants du judaïsme, dans l'Apocalypse de Jean, dans les écrits des Pères apostoliques et dans l'islam sunnite et chiite.Toujours par extension, le mot peut servir à désigner dans le langage courant des types de pensée non plus religieuses mais politiques. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Millenarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion
foaf:Organization

[back to top]

Instance: cwrc:monarchism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#monarchism

Monarchisme

Le monarchisme est une doctrine politique qui prône la monarchie, c’est-à-dire une forme de gouvernement dans laquelle une seule personne fonde l'autorité de l'État. Le mode de désignation du monarque n'est pas nécessairement héréditaire : il peut dans de rares cas être élu, comme les empereurs du Saint-Empire romain germanique, les doges de la République de Venise ou (encore actuellement) les Papes de l'Église catholique romaine. Cependant, les mots monarque et monarchisme sont presque toujours utilisés à la place de ceux de roi et royalisme, en particulier dans les textes de ceux qui critiquaient la royauté sous l'Ancien Régime. On parle aussi, avec le présidentialisme, de monarchie républicaine. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Monarchism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:multiculturalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#multiculturalism

Multiculturalisme

Le multiculturalisme est un terme sujet à diverses interprétations. Il peut simplement désigner la coexistence de différentes cultures (ethniques, religieuses, etc.) au sein d'un même ensemble (pays, par exemple). Il peut aussi désigner différentes politiques volontaristes : * anti-discriminatoires, visant à assurer un statut social égal aux membres des diverses cultures ; * communautaires, permettant l'existence de statuts (légaux, administratifs…) spécifiques aux membres de telle ou telle communauté culturelle ; * identitaires, visant à favoriser l'expression des particularités des diverses cultures ; * et aujourd’hui le multiculturalisme se centre sur le thème religieux (pluralisme). Multiculturalisme s’oppose à interculturalisme. Dans une société interculturelle les immigrés ou leurs descendants participent à l’ensemble des activités de la société d’accueil. Une intégration culturelle réussie nécessite l’abandon d’une partie de la culture d’origine qui ne serait pas compatible avec les valeurs de la société d’accueil. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Multiculturalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:multiracialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#multiracialism

PROV Derived From:
dbpedia:Multiracialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:nationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nationalism

Nationalisme

Le nationalisme est un principe politique, né à la fin du XVIIIe siècle, tendant à légitimer l'existence d'un État-nation pour chaque peuple (initialement par opposition à la royauté, régime politique qui en France sera ensuite nommé Ancien Régime). Ce principe politique s'est progressivement imposé en Europe au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les historiens ne présentent pas ce nationalisme, en général, comme une idéologie, car il est peu et mal argumenté ou justifié par des intellectuels. Depuis son avènement il est en revanche facilement présenté comme une évidence dans la vie politique et sociale. Ce terme désigne aussi des mouvements politiques déclarant vouloir exalter une nation sous toutes ses formes (État, culture, religion, traditions, préférence nationale pour l'emploi...), par opposition aux autres nations et populations. Cette deuxième variante du mouvement s'est développée à partir de la fin du XIXe siècle, vers 1870 : chauvine et xénophobe, elle trouvait alors ses militants principalement dans la petite bourgeoisie. Le nationalisme apparaît aussi, à partir du milieu du XIXe siècle, comme un sentiment national plus ou moins répandu et exalté au sein de la population d'un pays, et s'invitant (surtout au XXe siècle) au sein de multiples doctrines ou idéologies politiques, allant du communisme (par exemple le concept de Patriotisme anti-impérialiste de Mao Zedong) et du fascisme (concept de Totalitarisme anticapitaliste de Benito Mussolini) jusqu'aux démocraties parlementaires, en passant par la Troisième Internationale léniniste. Ainsi il a souvent servi de justification aux épurations ethniques du XXe siècle, peut-être parce que le sentiment national est devenu « puissamment mobilisateur », comme l'avaient compris dès le printemps des peuples de 1848 certains conseillers de dynasties européennes. On distingue en général trois formes principales de nationalisme, le nationalisme ethnique, ou ethnonationalisme, qui est la forme de nationalisme dans lequel la « nation » est défini en termes d'appartenance ethnique (« biologique »), le nationalisme civique, le plus souvent inspiré par des notions issues du droit du sol et le nationalisme culturel, position intermédiaire entres les deux autres formes et dans lequel la nation est définie par une culture commune. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:nazism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nazism

Nazisme

Le national-socialisme (en allemand : Nationalsozialismus), plus couramment désigné en français sous l'abréviation nazisme, est l'idéologie politique du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), parti politique d'extrême droite fondé en Allemagne en 1920 et dirigé par Adolf Hitler. Cette idéologie théorise une hiérarchie au sein d'une espèce humaine divisée en « races », au sommet de laquelle elle place la « race aryenne ». Le nazisme est le seul type de fascisme incorporant à la fois racisme biologique et antisémitisme. Par extension, le terme nazisme désigne le régime politique inspiré de cette idéologie, dictature totalitaire et expansionniste dirigée par Adolf Hitler de 1933 à 1945 et connue sous les noms de Troisième Reich et d'Allemagne nazie. En tant que sujet de science politique, les définitions du nazisme varient selon les historiens. En particulier, reste ouverte la question de savoir si le nazisme ne fut que l'une des formes du fascisme ou, parce qu'ayant fait du racisme une doctrine d'État, le nazisme doit être considéré comme un phénomène historique unique. En effet, l'antisémitisme officiel du régime nazi, dès 1933, l'élimination des personnes handicapées et la persécution des opposants politiques, des Juifs, des homosexuels, des Roms, etc., se concrétisèrent par la mise en place, dès 1933, des premiers camps de concentration en Allemagne. Cette politique ne fit que s'amplifier du début de la Seconde Guerre mondiale, qui vit la création des camps d’extermination nazis, jusqu'à la défaite militaire du nazisme en 1945. Ainsi près de six millions de personnes, dont une majorité de Juifs, périrent dans les camps de concentration et d'extermination nazi ou par la Shoah par balles (voir Shoah). Le régime nazi, censé « durer mille ans », en dura douze et laissa l'Allemagne en ruine. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Nazism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:neo-Conservatism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#neo-Conservatism

Néo-conservatisme

Le néo-conservatisme ou néoconservatisme est un courant de pensée politique d'origine américaine apparu à la fin du XXe siècle. Il s'agit d'une conception qui a émergé aux États-Unis par opposition au relativisme culturel et à la contre-culture de la Nouvelle gauche (« New Left ») des années 1960. Cette philosophie a influencé les politiques menées par George W. Bush, signifiant un réalignement de la politique américaine, et le passage de quelques libéraux sociaux à la droite du spectre politique, d'où le terme qui fait référence aux « nouveaux » conservateurs. À l'origine, le terme néo-conservateur était utilisé pour critiquer les sociaux-libéraux qui sont passés du côté du Parti républicain. Michael Harrington, un social-démocrate, a forgé l'usage du mot néo-conservateur en 1973 dans Dissent, un magazine sur les politiques de protection sociale. Selon E. J. Dionne, le néo-conservatisme est né sur le principe que le social-libéralisme a échoué. Le premier théoricien néo-conservateur à avoir adopté ce mot et qui est considéré comme le fondateur de cette idéologie est Irving Kristol et père de William Kristol, fondateur du think-tank « néo-conservateur » Project for the New American Century. Irving Kristol a été un militant trotskyste actif pendant sa jeunesse et a exposé ses vues néoconservatrices en 1979 dans l'article Confessions of a True, Self-Confessed 'Neoconservative'. Les idées de Kristol sont influentes depuis les années 1950 quand il a cofondé et édité le magazine Encounter. Un autre idéologue de ce mouvement était Norman Podhoretz, éditeur au magazine Commentary de 1960 à 1995. En 1982, Podhoretz se désignait déjà comme un néo-conservateur dans un article du New York Times Magazine intitulé The Neoconservative Anguish over Reagan's Foreign Policy. La doctrine Reagan était considérée comme anticommuniste et en opposition avec l'influence mondiale de l'URSS. Elle était au centre de la politique étrangère américaine jusqu'à la fin de la Guerre froide, un peu avant que Clinton ne devienne président. L'influence néo-conservatrice sur la politique étrangère américaine sera un peu plus tard au premier plan de la doctrine Bush. Les journaux néo-conservateurs prééminents sont Commentary et The Weekly Standard. Il existe aussi des cercles de réflexion néo-conservateurs sur la politique étrangère dont notamment American Enterprise Institute (AEI), le The Heritage Foundation, JINSA (Jewish Institute for National Security Affairs) et enfin Project for the New American Century (PNAC). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Neoconservatism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:neo-thomism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#neo-thomism

néothomisme

"Courant de pensée philosophico-théologique de type thomiste, développé à partir XIXe siècle pour répondre aux objections posées au christianisme catholique par la modernité."(DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Neo-Scholasticism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:newDealer

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#newDealer

PROV Derived From:
dbpedia:New_Deal
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:nihilism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nihilism

Nihilisme

Le nihilisme (du latin nihil, « rien ») est une doctrine ou attitude, fondée sur la négation de toutes valeurs, croyances ou réalités substantielles. Souvent associé au pessimisme ou au scepticisme radical, le nihilisme nie ou émet des doutes, quant aux causalités, intentionnalités et normativités de l'existence. Cette notion est applicable à différents domaines : politique, littéraire, religieux et philosophique. Un mouvement révolutionnaire nihiliste et anarchiste apparut en Russie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il rejetait l'autorité de l'État, de l'Église orthodoxe et de la famille et revendiquait une organisation de la société basée sur le rationalisme et le matérialisme. Il aboutit vers 1870 au terrorisme radical. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Nihilism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:nobility

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nobility

noblesse

Ce groupe réfère aux "personnes qui possèdent un titre, ou dont un membre de la famille proche possède un titre (telle que Lady Mary Wortley Montagu, Lord Byron, ou Nancy Mitford)".

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:nonjurorsMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#nonjurorsMovement

PROV Derived From:
dbpedia:Nonjuring_schism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:occultism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#occultism

occultisme

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300056000
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:pacifism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pacifism

Pacifisme

Le pacifisme possède deux acceptions possibles incluant l'action des partisans de la paix, ou une doctrine de la non-violence. Bien que reliés, les deux concepts se distinguent du point de vue de la théorie et de la pratique. Le pacifisme est la doctrine et l'action des partisans de la paix ou du rétablissement de la paix. Les socialistes d'avant 1914 (Jean Jaurès), les Zimmerwaldiens durant la Première Guerre mondiale, les opposants aux guerres coloniales ou les partisans de la paix professent un pacifisme qui n'est pas toujours assimilable à la non-violence. La vision du pacifisme associé à une personne refusant le recours à toutes formes de violence est par contre beaucoup plus répandue. La doctrine de la non-violence voit de nombreux courants philosophiques bannir le recours à toute forme de violence en vertu d'un pacifisme radical. Vision portée par de nombreux mouvements et courants de pensée à vocation générale (courants de pensée humaniste, plusieurs tendances inspirées de l'hindouisme, courants chrétiens, etc.). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Pacifism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:paganism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#paganism

Paganisme

Paganisme est un terme générique employé depuis le VIe siècle par des chrétiens pour désigner la religion de ceux qui ne sont ni chrétiens, ni juifs, ni musulmans. Il remonte au latin paganus (païen). Au VIe siècle, ce mot pouvait servir à désigner les habitants des campagnes par opposition à ceux des villes ou bien les civils par opposition aux militaires. D'abord employé comme sobriquet populaire par des chrétiens pour désigner ceux qui ne sont pas baptisés, le terme a ensuite été adopté dans la littérature chrétienne. Même s'il y désigne toujours ceux qui ne sont pas chrétiens, son acception y est cependant ambiguë. Il est parfois employé de façon péjorative pour désigner ceux qui sont tenus pour être des ignorants, parfois de façon neutre pour désigner les philosophes grecs, parfois encore pour désigner des chrétiens jugés mal convertis ou tièdes dans leur foi. À partir de 370, des lois impériales regroupées au Ve siècle dans le code théodosien emploient le terme paganus pour désigner ceux qui pratiquent la magie, ceux qui sont considérés comme superstitieux ou dans l'erreur. Le terme a depuis conservé une connotation péjorative. De nombreux Pères de l'Église ayant écrit « contre les païens », le paganisme a eu une première existence sous forme de fiction littéraire, comme s'il s'agissait de la religion de ceux qui ne sont pas chrétiens. Le paganisme tel qu'il a été exposé par les Pères de l'Église n'était cependant pas à proprement parler une religion, il s'agit plutôt de l'ensemble sans homogénéité des positions philosophiques et des croyances rejetées par les Pères de l'Église. Le paganisme est ainsi, dans l'antiquité tardive, une attitude combattue par des chrétiens puis par les autorités, mais elle n'est revendiquée par personne. C'est surtout à l'époque moderne, avec l'essor de l'histoire des religions que le paganisme commence à être perçu et étudié comme une religion parmi d'autres. Le paganisme peut aujourd'hui être revendiqué sous forme de néo-paganisme, ou bien comme une position philosophique tel que l'a fait Marc Augé dans Le génie du paganisme. Le mot paganus n'a pas son correspondant chez les écrivains chrétiens de langue grecque qui utilisent le terme moins péjoratif de « nations » ou « religions nationales » (ethnikoï) (décalque de l'hébreu). (DBpedia, 2017)

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:parliamentarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#parliamentarianism

PROV Derived From:
dbpedia:Parliamentary_system
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:parliamentaryReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#parliamentaryReform

PROV Derived From:
dbpedia:Electoral_reform
dbpedia:Reform_Bills
dbpedia:Category:Representation_of_the_People_Acts
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:patriotism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#patriotism

Patriotisme

Le patriotisme désigne le dévouement d'un individu envers son pays qu'il reconnait comme étant sa patrie. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Patriotism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:plymouthBrethren

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#plymouthBrethren

Assemblées de Frères

Le courant des Assemblées de Frères ou Plymouth Brethren ou encore Frères de Plymouth constitue l'une des branches du protestantisme évangélique. Ce mouvement est né à Dublin et en Grande-Bretagne vers 1830 et a connu une importante scission en 1848 qui a abouti à distinguer un courant « ouvert » d'une part, les « Open Brethren », et un courant « exclusif » d'autre part, appelé aussi « darbyste ». La branche la plus « étroite » a suivi John Nelson Darby et la branche plus ouverte des leaders comme George Müller et Henry Craik. Ces deux courants se sont développés dans le monde et notamment en France pour faire partie des cinq principales dénominations évangéliques sur quarante-trois significatives. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Plymouth_Brethren
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:polishNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#polishNationalism

PROV Derived From:
dbpedia:Polish_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:poorAdvocacy

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#poorAdvocacy

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:poorLawReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#poorLawReform

PROV Derived From:
dbpedia:Opposition_to_the_English_Poor_Laws
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:presbyterianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#presbyterianism

Presbytarianisme

Le presbytérianisme est une forme du protestantisme liée à l'Écosse. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300153854
dbpedia:Presbyterianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:prisonReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#prisonReform

PROV Derived From:
dbpedia:Prison_reform
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:pro-American

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pro-American

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:pro-BoerWar

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pro-BoerWar

PROV Derived From:
dbpedia:Second_Boer_War
dbpedia:First_Boer_War
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:pro-Catholicism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pro-Catholicism

PROV Derived From:
dbpedia:Category:Catholicism-related_controversies
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:pro-Choice

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pro-Choice

Mouvement pro-choix

Pour l’article homonyme, voir ProChoix. Le mouvement pro-choix (en anglais pro-choice, c'est-à-dire « pour le choix ») désigne en Amérique du Nord l'ensemble des mouvements qui défendent l'idée politique et éthique que les femmes devraient avoir le contrôle de leur grossesse et de leur fertilité. S'y ajoutent notamment la liberté sexuelle, le droit au recours à l'avortement légal et encadré, et le libre choix de la contraception. On l'oppose dans ce contexte aux mouvements pro-vie, pour lesquels la liberté des femmes ne peut pas être utilisée comme argument pour contester le droit à la vie de l'embryon. Par extension, on utilise pro-choix pour évoquer tous les mouvements de défense des libertés individuelles, telles que la liberté de culte et l'euthanasie. Ce terme provient d'une justification des actes en fonction de leurs modalités d'exécution (choisi/imposé). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Abortion-rights_movements
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:pro-European

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pro-European

PROV Derived From:
dbpedia:Pro-Europeanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:pro-Slavery

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pro-Slavery

PROV Derived From:
dbpedia:Proslavery
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:professional

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#professional

professionelle

Les docteur/res, avocat/es, membres de guilde, et les hautes appellations comme les membres du clergé (Église d’Angleterre) appartiennent à cette classe. Ces professions sont respectées socialement et requièrent des qualités intellectuelles. Ann Hunter, mariée à un chirurgien, et Virginia Woolf, fille d’intellectuel, en sont des exemples.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:propertyLawReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#propertyLawReform

PROV Derived From:
dbpedia:Property_law
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:protestantRule

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#protestantRule

PROV Derived From:
dbpedia:English_Reformation
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:protestantism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#protestantism

protestantisme

Le protestantisme est l'une des principales branches du christianisme avec le catholicisme et l'orthodoxie. Entendu largement, le protestantisme est l'ensemble des groupements « issus, directement ou non, de la Réforme et qui rejettent l'autorité du pape ». Selon cette perspective, le protestantisme englobe des mouvements variés allant des luthériens passant par les évangéliques, jusqu'aux quakers. (DBpedia, 2017)

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300073735
dbpedia:Protestantism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:quakerism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#quakerism

quaker

La Société religieuse des Amis est un mouvement religieux fondé en Angleterre au XVIIe siècle par des dissidents de l'Église anglicane. Les membres de ce mouvement sont communément connus sous le nom de quakers () mais ils se nomment entre eux « Amis » et « Amies ». Le mouvement est souvent nommé simplement Société des Amis et le surnom de « quaker » apparaît le plus souvent dans la dénomination officielle, sous la forme Société religieuse des Amis (quakers). Les historiens s'accordent à désigner George Fox comme le principal fondateur ou le plus important meneur des débuts du mouvement. Depuis sa création en Angleterre, le mouvement s'est d'abord répandu dans les pays de colonisation anglo-saxonne. Au XXe siècle, des missionnaires quakers ont propagé leur religion en Amérique latine et en Afrique. Aujourd'hui, les quakers déclarent être au nombre d'environ 350 000 dans le monde. La Société des Amis se différencie de la plupart des autres groupes issus du christianisme par l'absence de credo et de toute structure hiérarchique. Pour les quakers, la croyance religieuse appartient à la sphère personnelle et chacun est libre de ses convictions. Le concept de « lumière intérieure » (inner light) est cependant partagé par la plupart d'entre eux, quelle que soit la signification donnée à ces mots. De nombreux quakers reconnaissent le christianisme mais ne ressentent pas leur foi comme entrant dans les catégories chrétiennes traditionnelles. On trouve aujourd'hui dans la Société des Amis des pratiques très diverses, y compris un large courant évangélique. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Quakers
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:racialEquality

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#racialEquality

PROV Derived From:
dbpedia:Racial_equality
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:racism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#racism

Racisme

Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l'existence de races au sein de l'espèce humaine, considère que certaines catégories de personnes sont intrinsèquement supérieures à d'autres. Cette idéologie peut entraîner une attitude d'hostilité ou de sympathie systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes. Cette hostilité envers une autre appartenance culturelle et ethnique se traduit par des formes de xénophobie ou d'ethnocentrisme. Certaines formes d'expression du racisme, comme les injures racistes, la diffamation raciale, la discrimination, sont considérées comme des délits dans un certain nombre de pays. Les idéologies racistes ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations raciales, des ségrégations ethniques et à commettre des injustices et des violences, allant jusqu'au génocide. Le Petit Larousse définit aussi le racisme comme « une attitude d'hostilité répétée voire systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Racism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:radicalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#radicalism

PROV Derived From:
dbpedia:Political_radicalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:rationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#rationalism

Rationalisme

Le rationalisme est la doctrine qui pose la raison discursive comme seule source possible de toute connaissance réelle. Autrement dit, le réel ne serait connaissable qu'en vertu d'une explication par la raison déterminante, suffisante et nécessaire. Ainsi, le rationalisme s'entend de toute doctrine qui attribue à la seule raison humaine la capacité de connaître et d'établir la vérité. Dans son acception classique, il s'agit de postuler que le raisonnement consiste à déterminer que certains effets résultent de certaines causes, uniquement à partir de principes logiques ; à la manière dont les théorèmes mathématiques résultent des hypothèses admises au départ. De plus, et en particulier, les principes logiques eux-mêmes utilisés dans le raisonnement ont été connus par déduction. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Rationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:republicanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#republicanism

Républicanisme

Le républicanisme est une idéologie politique selon laquelle l'objectif d'un État et le sens de son existence, comme de ses décisions, doivent être le bien commun (en latin, res publica : « la chose publique »). Selon le républicanisme, les détenteurs du pouvoir doivent être nommés par d'autres moyens que l'hérédité, c'est-à-dire être élus par le peuple ou par une partie de celui-ci. La notion de souveraineté populaire découle donc en partie de cette idéologie, mais elle ne lui est pas nécessairement attachée. La notion de « république » remonte à l'Antiquité grecque et romaine, et l'idéologie républicaine moderne a pris des formes légèrement différentes selon qu'elle a été développée aux États-Unis, en France ou en Irlande. À l'époque moderne, le républicanisme s'oppose à d'autres idéologies politiques telles que le monarchisme, l'autoritarisme ou le despotisme. Dans les débats contemporains, c'est principalement au libéralisme politique qu'il s'oppose. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Republicanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:revolutionaryPolitics

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#revolutionaryPolitics

PROV Derived From:
dbpedia:Revolutionary
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:rural-unskilled

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#rural-unskilled

ouvrière agricole

Cette classe renvoie aux travailleurs/euses agricoles, généralement des hommes, et concerne des périodes historiques plus reculées. Elle inclut aussi les fermiers/ères migrants/es.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:sabbatarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sabbatarianism

PROV Derived From:
dbpedia:Sabbatarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:sanitaryMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sanitaryMovement

PROV Derived From:
http://dbpedia.org/resource/Sanitation#History
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:scottishNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#scottishNationalism

Nationalisme écossais

Le nationalisme écossais moderne naît dans l'entre-deux-guerres, même si des éléments nationalistes sont depuis plusieurs siècles au cœur de l'identité écossaise. L'article examine le contexte historique et politique qui a vu l'éclosion d'un nationalisme politique en Écosse, depuis la création du SNP (Scottish National Party) en 1934 jusqu'à la mise en place d'un régime de dévolution à l'Écosse à partir de 1999. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Scottish_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:secularism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#secularism

Laïcité

La laïcité ou le sécularisme est le « principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse» et « d'impartialité ou de neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses». Le mot désigne par extension le caractère des « institutions, publiques ou privées, qui sont indépendantes du clergé et des églises». La laïcité s'oppose à la reconnaissance d'une religion d'État. Toutefois, le principe de séparation entre l'État et les religions peut trouver des applications différentes selon les pays. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Secularism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:servants

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#servants

domestique

Les domestiques vivent normalement au sein du foyer de la famille ou de l’institution qui les emploie, même si ceux des classes les plus inférieures n’y travaillent que ponctuellement et ne reçoivent donc ni toit ni pension. Ce type d’emploi, très répandu avant le 20ème siècle, est différent des postes rattachés au tertiaire tels que vendeur/se, personnel de cabine ou serveur/se.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:sexualReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sexualReform

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:sexualityBisexuality

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sexualityBisexuality

bisexualité

La bisexualité réfère à l’attraction sexuelle pour les deux genres. En terme d’acceptation binaire du sexe ou du genre, la bisexualité est souvent définie comme attraction sexuelle pour les "deux sexes".

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:sexualityCelibacy

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sexualityCelibacy

célibat

Le célibat indique l’abstinence sexuelle, et peut être dû à un choix personnel, à des impératifs religieux ou des professions cléricales comme religieuse ou prêtre. Le célibat ne doit pas être confondu avec l’asexualité, qui décrit une absence d’intérêt pour les pratiques sexuelles ou d’attirance sexuelle pour d’autres personnes.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:sexualityFrigidity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sexualityFrigidity

frigidité

La frigidité est attribuée aux femmes qui se montrent distantes ou peu enthousiastes (comprendre non consentantes) face aux avances sexuelles, le plus souvent de la part d’hommes dans un cadre hétéronormé, et suggère un manque de plaisir associé aux pratiques sexuelles. Contrairement à l’asexualité et au célibat, ce terme est souvent assigné à des femmes, et n'est donc pas autoréférentiel. Le terme "frigide" a été formulé dans les années 20 par des sexologues (Sex and Society, Vol. 1, 285). Son usage est en déclin dans les discours à propos de la sexualité féminine.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:sexualityLibertinism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sexualityLibertinism

libertinage

Le libertinage réfère à un type d’identité sexuelle (souvent pour des hommes) utilisé pour décrire un sujet adhérant aux idées et pratiques hédonistes.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:sexualityPromiscuity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#sexualityPromiscuity

promiscuité

La promiscuité indique l’activité sexuelle avec des partenaires multiples de façon décomplexée et indifférenciée, en opposition aux pratiques sexuelles socialement acceptées. La promiscuité est différemment interprétée pour les femmes et les hommes dans la plupart des contextes historiques et culturelles, étant étroitement liée au contrôle de la sexualité féminine et de la reproduction. Elle inclut le libertinage, une forme de sexualité hédoniste fréquemment attribuée à ou adoptée par des hommes.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Sexuality

[back to top]

Instance: cwrc:shopkeepers

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#shopkeepers

commerçants

Habituellement attribué à quelqu’un qui "possède et tient un bar ou une boutique", mais dont l’activité est plus réduite que celle d’un entrepreneur ou d’un industriel.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:skilledCraftpersonArtisan

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#skilledCraftpersonArtisan

artisane qualifiée

Celle classe inclut des métiers tels que tailleur/euse, orfèvre, cordonnier/ère, chapelier/ère et couturier/ère.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:socialPurity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#socialPurity

PROV Derived From:
dbpedia:Social_purity_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:socialReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#socialReform

PROV Derived From:
dbpedia:Reform_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:socialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#socialism

Socialisme

Le mot socialisme recouvre un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvements politiques, dont le point commun est de rechercher une organisation sociale et économique plus juste. Le but originel du socialisme est d'obtenir l'égalité sociale, ou du moins une réduction des inégalités, et notamment pour les courants d'inspiration marxiste, d'établir une société sans classes sociales. Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l'aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices. Selon les contextes, le mot socialisme ou l'adjectif socialiste peuvent qualifier une idéologie, un parti politique, un régime politique ou une organisation sociale. Le mot socialisme lui-même entre dans le langage courant à partir des années 1820, dans le contexte de la révolution industrielle et de l'urbanisation qui l'accompagne : il désigne alors un ensemble de revendications et d'idées visant à améliorer le sort des ouvriers, et plus largement de la population, via le remplacement du capitalisme par une société supposée plus juste. L'idée socialiste, sous de multiples formes, se développe au long du XIXe siècle et donne naissance dans le monde entier à des partis politiques s'en réclamant sous diverses dénominations (socialiste, mais également social-démocrate, travailliste, etc.). Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le marxisme supplante l'approche dite du « socialisme utopique », ainsi que le « socialisme libertaire » des anarchistes : le courant de pensée marxiste se veut porteur d'une forme « scientifique » de socialisme, fondé sur une analyse du capitalisme, du dépassement de celui-ci par le biais de la lutte des classes et du passage à la propriété sociale des moyens de production. Dans les dernières années du siècle, une partie du socialisme européen s'oriente cependant dans les faits vers le réformisme. À la fin de la Première Guerre mondiale, la famille politique socialiste connaît un schisme avec la naissance du courant communiste, qui continue de se réclamer du socialisme dont il affirme revenir à la tradition révolutionnaire. Les partis socialistes connaissent dans le monde entier des scissions au cours des années 1920 ; ils se trouvent dès lors en compétition avec des partis communistes qui se réclament du « socialisme réel » (ou « socialisme réellement existant ») appliqué par l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), ce dernier pays étant proclamé « patrie du socialisme ». La plupart des partis socialistes européens accélèrent, notamment après la Seconde Guerre mondiale, leur évolution vers un réformisme éloigné du marxisme, tandis que les régimes communistes alignés sur l'URSS, et qui se disent eux-mêmes socialistes, se multiplient dans le monde. Le socialisme démocratique, c'est-à-dire un socialisme converti à la démocratie libérale et respectueux du jeu parlementaire, représente aujourd'hui la tendance majoritaire des partis socialistes, qui n'envisagent plus la rupture avec l'économie de marché. La notion de socialisme démocratique est par ailleurs désormais associée à celle de social-démocratie qui tend, notamment en Europe, à en devenir un synonyme. Outre les diversités liées à ses variations idéologiques, le socialisme connaît également de nombreux avatars liés aux contextes géographiques et culturels, comme le socialisme arabe ou le socialisme africain. La mouvance socialiste, prise au sens large, demeure aujourd'hui l'une des plus importantes de la vie politique mondiale, bien que le mot socialisme continue de recouvrir un ensemble de réalités, de pratiques politiques, et de formes de pensée extrêmement diverses et parfois contradictoires entre elles, allant des partis travaillistes aux diverses variétés de « gauchisme », en passant par les partis et régimes communistes actuels. La majorité des principaux partis se réclamant du socialisme se réunit, au niveau international, au sein de l'Internationale socialiste et, au niveau européen, au sein du Parti socialiste européen. Ces organisations n'ont cependant pas le monopole de l'usage de l'appellation socialiste. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Socialism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:societyOfFriends

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#societyOfFriends

Société religieuse des Amis

1- La Société religieuse des Amis est un mouvement religieux fondé en Angleterre au XVIIe siècle par des dissidents de l'Église anglicane. Les membres de ce mouvement sont communément connus sous le nom de quakers () mais ils se nomment entre eux « Amis » et « Amies ». Le mouvement est souvent nommé simplement Société des Amis et le surnom de « quaker » apparaît le plus souvent dans la dénomination officielle, sous la forme Société religieuse des Amis (quakers). Les historiens s'accordent à désigner George Fox comme le principal fondateur ou le plus important meneur des débuts du mouvement. Depuis sa création en Angleterre, le mouvement s'est d'abord répandu dans les pays de colonisation anglo-saxonne. Au XXe siècle, des missionnaires quakers ont propagé leur religion en Amérique latine et en Afrique. Aujourd'hui, les quakers déclarent être au nombre d'environ 350 000 dans le monde. La Société des Amis se différencie de la plupart des autres groupes issus du christianisme par l'absence de credo et de toute structure hiérarchique. Pour les quakers, la croyance religieuse appartient à la sphère personnelle et chacun est libre de ses convictions. Le concept de « lumière intérieure » (inner light) est cependant partagé par la plupart d'entre eux, quelle que soit la signification donnée à ces mots. De nombreux quakers reconnaissent le christianisme mais ne ressentent pas leur foi comme entrant dans les catégories chrétiennes traditionnelles. On trouve aujourd'hui dans la Société des Amis des pratiques très diverses, y compris un large courant évangélique. (DBpedia, 2017)

Comment:

Désapprouver en faveur de l'instance #quakerism.
La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Quakers
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:spanishRepublicanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#spanishRepublicanism

PROV Derived From:
dbpedia:Republicanism_in_Spain
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:spiritualism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#spiritualism

Spritisme

Le spiritisme est considéré, selon les sources, comme une superstition, comme une science occulte ou comme une doctrine. Il est fondé sur la croyance que certains phénomènes paranormaux sont le moyen pour des entités de l'au-delà appelées « esprits », le plus souvent des personnes décédées, de communiquer avec les vivants. Ce mot s'applique ainsi, de manière large, à un courant disparate où les pratiquants, appelés « spirites », communiquent avec ces « esprits » par divers moyens, comme des sujets en état de transe (médiums) ou des supports inanimés (tables tournantes...).(DBpedia, 2017)

PROV Derived From:
dbpedia:Spiritualism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:stalinism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#stalinism

Stalinisme

Le mot stalinisme désigne l’idéologie et la pratique politique des partis communistes ayant adopté la ligne politique définie par les partisans de Joseph Staline, secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique. Par extension, ces partis et leurs membres ont été qualifiés de staliniens. Le stalinisme est caractérisé par le centralisme et l'emploi de la force et de la terreur comme mode de gouvernement, accompagnés d'un culte de la personnalité organisé autour du principal dirigeant de chaque Parti communiste. Les régimes staliniens se caractérisent par une économie planifiée par l'état. Par extension, le terme de stalinisme et les adjectifs stalinien ou, plus rarement, staliniste sont parfois utilisés pour qualifier l'ensemble des régimes basés sur le modèle soviétique, ainsi que les partis politiques les soutenant. Après la déstalinisation (1956), l'Union soviétique cesse de se réclamer de Staline, mais le terme stalinisme et l'adjectif stalinien continuent d'être utilisés, dans le cadre de discours critiques ou polémiques, pour qualifier l'URSS, l'ensemble des pays du bloc de l'Est et plus largement l'ensemble des régimes dictatoriaux communistes. En Europe après la déstalinisation, seule la République populaire socialiste d'Albanie s'est réclamée de la continuité stalinienne. En Asie en revanche, ce fut encore, durant des décennies, le cas des régimes communistes chinois, vietnamien, laotien, cambodgien et surtout coréen qui, au XXIe siècle, est parfois qualifiée de « dernier régime stalinien ». (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Stalinism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:suffrage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#suffrage

Droit de vote

Le droit de vote permet aux citoyens d'un État de voter pour exprimer leur volonté, à l'occasion d'un scrutin. Dans son application contemporaine, il pose un choix et permet, soit d'élire des gouvernants à but représentatif, soit de répondre à une question posée par la gouvernance, sous forme de plébiscite ou de référendum. Les démocraties modernes présentent le droit de vote comme un droit civique fondamental. À partir du XIXe siècle, le vote devient un synonyme de démocratie, alors qu'auparavant il désignait un régime aristocratique ou oligarchique. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Suffrage
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:taxResistance

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#taxResistance

Résistance fiscale

La résistance fiscale (ou résistance à l'imposition ou désobéissance fiscale) est un acte politique consistant à refuser de participer à la fiscalité de son pays au nom de valeurs morales. C'est une forme de résistance non-violente. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Tax_resistance
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:temperanceMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#temperanceMovement

Ligue de tempérance

Une Ligue de tempérance est une association formée pour s'opposer à la consommation d'alcools. Son fondement est souvent d'ordre religieux ou moral : la plupart des mouvements du XXe siècle en Occident sont également associés au mouvement féministe, l'alcool étant souvent la cause de violences conjugales et absorbant une part substantielle des revenus des familles à bas revenus. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Temperance_movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:toryPartyBritain

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#toryPartyBritain

PROV Derived From:
dbpedia:Tories_(British_political_party)
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:tractarianMovement

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#tractarianMovement

tractarianisme

Le Mouvement d’Oxford (Oxford Movement) est un courant théologique anglais du XIXe siècle, situé dans la lignée des théories défendues par la Haute Église (High Church) anglicane.(DBpedia, 2017)

PROV Derived From:
dbpedia:Oxford_Movement
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:tradeUnionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#tradeUnionism

PROV Derived From:
dbpedia:Trade_union
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:transMan

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#transMan

homme trans

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Gender

[back to top]

Instance: cwrc:transWoman

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#transWoman

femme trans

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Gender

[back to top]

Instance: cwrc:unitarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#unitarianism

unitarisme

L’unitarisme est une doctrine qui affirme que le Dieu du christianisme est une seule personne, et non pas une seule nature ou "ousie" en trois hypostases comme l'affirme le dogme de la Trinité : Père, Fils et Esprit. Selon le dogme de la Trinité, ces trois personnes divines participent d'une seule nature divine unique . Le « trinitarisme » est la doctrine officielle du christianisme depuis le premier concile de Nicée (325) et le concile de Chalcédoine (451). (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
http://vocab.getty.edu/aat/300263305
dbpedia:Unitarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:Religion

[back to top]

Instance: cwrc:upper-middleClass

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#upper-middleClass

classe moyenne supérieure

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:urban-industrialUnskilled

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#urban-industrialUnskilled

ouvrier non qualifié

Cette classe inclut les ouvriers/ères d’usine et les travailleurs/euses des grandes industries ou des industries urbaines, qui ne possèdent ni profession ni qualification définie. Elle renvoie également aux emplois du secteur des services avec des salaires et des statuts faibles, comme la restauration ou l'industrie du fast-food dans les sociétés industrielles et postindustrielles.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:urbanReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#urbanReform

PROV Derived From:
dbpedia:Urban_renewal
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:vegetarianism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#vegetarianism

Végétarisme

Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale. Sa définition la plus large correspond à l'ovo-lacto-végétarisme, qui consiste à consommer des végétaux, des champignons et des aliments d'origine animale (comme le miel, les œufs, le lait ainsi que leurs produits dérivés). Il s'agit du végétarisme occidental classique dont les pratiquants étaient appelés « pythagoréens / pythagoriciens » jusqu'en 1847. Le végétarisme indien (hindou et sikh), basé sur l'ahimsâ, autorise la consommation de produits laitiers mais exclut les œufs (les Lois de Manu excluent aussi la consommation des champignons). Le végétarisme est adopté pour des motivations diverses. Certains deviennent végétariens pour des raisons éthiques, religieuses, culturelles ou liées à la santé. D'autres facteurs peuvent motiver l'adoption d'un régime végétarien : la critique des méthodes de traçabilité, d'élevage et d'abattage, l'accès aux denrées alimentaires, l'impact environnemental des modes de production et de prélèvement de ces dernières (les économies d'énergies et d'eau) ou encore le refus par principe de l'exploitation animale. Plusieurs études tendent à montrer qu'une alimentation végétarienne aurait un effet bénéfique sur la santé — diminution des risques de maladies cardiovasculaires et de diabète notamment — et sur l'espérance de vie. Pour autant, cet avantage des régimes sans viande est moins important lorsqu'on les compare avec des régimes omnivores sains. Dans le langage courant, toutes les pratiques alimentaires excluant la chair animale mais incluant la consommation d'autres produits d'origine animale sont appelées « végétarisme » et leurs pratiquants « végétariens ». D'autres pratiques alimentaires influencées par le végétarisme existent, comme le pesco-végétarisme (ou « pescétarisme ») qui inclut la consommation de poisson, de mollusques et de crustacés aquatiques, ou le flexitarisme, souvent qualifié de « semi-végétarisme », qui inclut une consommation de viande occasionnelle. Le végétalisme quant à lui exclut la totalité des produits d'origine animale. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Vegetarianism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:welshNationalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#welshNationalHeritage

Gallois

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:NationalHeritage

[back to top]

Instance: cwrc:welshNationalism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#welshNationalism

Nationalisme gallois

Le nationalisme gallois consiste dans le projet de défense de l'identité du Pays de Galles, de la culture et de la langue galloise. Ses revendications vont de l'autonomisme, visant à obtenir des pouvoirs accrus pour l'Assemblée nationale du Pays de Galles et le gouvernement gallois, à l'indépendantisme, défendu notamment par le parti Plaid Cymru. * Portail de la politique britannique Portail de la politique britannique * Portail du pays de Galles Portail du pays de Galles (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Welsh_nationalism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:whiggism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#whiggism

PROV Derived From:
dbpedia:Whiggism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:whiteEthnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#whiteEthnicity

blanc

RDF Type:
skos:Concept
owl:Thing
cwrc:Ethnicity

[back to top]

Instance: cwrc:whiteLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#whiteLabel

blanc

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:whiteRaceColour

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#whiteRaceColour

blanc

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:RaceColour

[back to top]

Instance: cwrc:wilkite

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#wilkite

PROV Derived From:
dbpedia:John_Wilkes
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:woman

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#woman

femme

RDF Type:
cwrc:Gender
skos:Concept
owl:Thing

[back to top]

Instance: cwrc:womanLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#womanLabel

femme

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:TextLabels

[back to top]

Instance: cwrc:womanism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#womanism

PROV Derived From:
dbpedia:Womanism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:womensEducationReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#womensEducationReform

PROV Derived From:
dbpedia:Female_education
dbpedia:Category:Women_and_education
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:womensEmploymentReform

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#womensEmploymentReform

PROV Derived From:
dbpedia:Women_in_the_workforce
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

[back to top]

Instance: cwrc:yeoman-farmer

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#yeoman-farmer

paysanne yeoman

Les membres de cette classe historique "posséd[aient] juste assez de terre pour subvenir à leurs besoins, à condition qu’ils fassent eux-mêmes la plus grande partie du travail". Elizabeth Ham et Mary Webb en sont des exemples.

RDF Type:
skos:Concept
cwrc:SocialClass

[back to top]

Instance: cwrc:zionism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#zionism

Sionisme

Le sionisme est une idéologie politique fondée sur un sentiment national juif, décrite comme nationaliste par les uns et comme émancipatrice par les autres, prônant l'existence d'un centre territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d'Israël (Eretz Israël). À la naissance du mouvement, à la fin du XIXe siècle, ce territoire correspondait à la Palestine ottomane, puis après la Première Guerre mondiale à la partie occidentale de la Palestine mandataire. Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à donner ou redonner aux Juifs un statut perdu depuis l'annexion du Royaume d'Israël par l'Empire assyrien en -720, à savoir celui d'un peuple disposant d'un territoire. Il faut le différencier du post-sionisme, qui veut donner une orientation laïque à l'État d'Israël, normaliser les relations avec les Palestiniens, et du néo-sionisme, qui milite pour la migration des Palestiniens et des Arabes israéliens vers les autres pays arabes. Le mouvement sioniste est né parmi les communautés ashkénazes d'Europe centrale et orientale sous la pression des pogroms, mais aussi en Europe occidentale, à la suite du choc causé par l'affaire Dreyfus – qui compte parmi les motifs du lancement du Congrès sioniste par Theodor Herzl. Bien qu'ayant des caractères spécifiques du fait de la dispersion des Juifs, cette idéologie est contemporaine de l'affirmation d'autres nationalismes en Europe. (DBpedia, 2017)

Comment:

La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

PROV Derived From:
dbpedia:Zionism
RDF Type:
skos:Concept
cwrc:PoliticalAffiliation

9. Règles de conception de l'ontologie du CSÉC

Au-delà du formalisme de [citation sur les règles de conception de l'ontologie], l'ontologie du CSÉC suit les règles et les styles de conception suivants:

10. Notes sur SKOS et OWL

SKOS (Simple Knowledge Organization System) bénéficie d'une importante popularité au sein de la communauté du web sémantique, car il fournit des termes simples pour les taxonomies sans exiger la présence d’un agent raisonneur. Chaque fois que cela s'avère approprié, les termes SKOS sont insérés dans cette ontologie pour relier les termes entre eux. Cependant, étant donné que ces termes ne sont pas ontologiquement renseignés, leur capacité d’évolution est limitée car chaque couche de termes supplémentaire dans une taxonomie nécessite une autre requête auprès de la base de données.

Certaines des constructions de l'ontologie du CSÉC sont complexes et requièrent un raisonnement. OWL est le moyen privilégié pour utiliser cette ontologie, bien que l'utilisation des termes, dans le style de ceux de SKOS, soit possible.

11. Notes sur les événements du CSÉC

12. Conclusion et travail futur

CSÉC est un projet d'ontologie en construction. Il continuera à être développé, étendu et révisé à mesure que nous découvrons ce qu’implique notre structure de l'ontologie en lorsqu’elle est utilisé pour l'extraction et l'exploration de nos données, des données et des cas d'utilisation qui nécessitent élargissement ou affinage, et à mesure que de nouveaux besoins, interprétations et débats émergent

13. Historique des versions

14. Termes désuet

Global Cross Reference of Deprecated Terms

Deprecated Terms:
CulturalFormation,EnglishLanguage,EnglishNationalHeritage,EnglishNationalIdentity,FemaleLabel,FrenchLanguage,JewishEthnicity,SexIdentity,SexualIdentity,SocialClassIdentity,baptistChurch,catholicChurch,churchOfChristianScience,churchOfEngland,congregationalChurch,dissenters,dissentingChurches,entrepreneurial-industrialism,femaleSex,genderManMale,genderTransMan,genderTransWoman,genderWomanFemale,hasCulturalForms,hasEthnicitySelfDefined,hasGenderSelfDeclared,hasGeographicHeritageSelfDeclared,hasLinguisticAbilitySelfDeclared,hasNationalitySelfDeclared,hasNativeLinguisticAbilitySelfDeclared,hasRaceColourSelfDeclared,hasReligionSelfDefined,hasSexualitySelfDeclared,hasSocialClassSelfDefined,jewishReligion,lollards,maleLabel,maleSex,pagan,personalPropertySelfDeclared,quakers,rationalDissenter,societyOfFriends,unitarianChurch,unknownSex,whiteRace,

Detailed references for all terms, classes and properties

[back to top]

Term: cwrc:CulturalFormation

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#CulturalFormation

formation culturelle

Comment: Désapprouver en faveur de la classe #CulturalForm.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#CulturalForm

[back to top]

Term: cwrc:EnglishLanguage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#EnglishLanguage

[back to top]

Term: cwrc:EnglishNationalHeritage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#EnglishNationalHeritage

Anglais

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #englishNationalHeritage.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#englishNationalHeritage

[back to top]

Term: cwrc:EnglishNationalIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#EnglishNationalIdentity

Anglais

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #englishNationalIdentity.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#englishNationalIdentity

[back to top]

Term: cwrc:FemaleLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#FemaleLabel

femelle

Comment: Désapprouver sans équivalence.

Replaced by: None

[back to top]

Term: cwrc:FrenchLanguage

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#FrenchLanguage

[back to top]

Term: cwrc:JewishEthnicity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#JewishEthnicity

Juif

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #jewishEthnicity.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishEthnicity

[back to top]

Term: cwrc:SexIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SexIdentity

[back to top]

Term: cwrc:SexualIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SexualIdentity

[back to top]

Term: cwrc:SocialClassIdentity

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SocialClassIdentity

identité classe sociale

Une sous-catégorie de culturalForms, les termes de socialClassIdentity associent les sujets à des groupes sociaux spécifiques, en prenant en compte le fait que ces catégories et leur application aux individus sont contestables et peuvent changer au fil du temps. L’association à une classe sociale peut ou a pu être assumée par le sujet elle/lui-même ou attribuée par d’autres. Contrairement aux notes comme socialClassContext, qui contiennent les détails des discussions autour de le statut social du sujet, socialClassIdentity relie un mot ou une phrase référant à une classe spécifique qui renvoie à des périodes historiques antérieures spécifiques des Îles Britanniques. La notion de classe sociale a été construite et théorisée de diverses manières, et est d’autant plus complexe pour les femmes puisqu’elles étaient censées adopter le statut social de leur père et/ou de leur mari. La terminologie ici utilisée réfère à des groupes sociaux élémentaires qui se recoupent avec d’autres facteurs comme la richesse.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#SocialClass

[back to top]

Term: cwrc:baptistChurch

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#baptistChurch

Baptisme

Le baptisme est un courant chrétien évangélique issu d'un réveil démarré par les pasteurs anglais John Smyth en Hollande en 1609, puis Thomas Helwys en Angleterre en 1612. Ce mouvement se caractérise par l'importance donnée à la Bible, à la nouvelle naissance, au baptême adulte en tant que témoignage volontaire, un esprit missionnaire, un engagement moral de vie ainsi que par l’autonomie locale des églises, la séparation de l’Église et de l’État, et finalement l’autorité de la congrégation (congrégationalisme). Selon les chiffres du Pew Research Center, en 2011, le mouvement recense 72 millions de croyants. (DBpedia, 2017)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #baptistChristianity.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#baptistChristianity

[back to top]

Term: cwrc:catholicChurch

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#catholicChurch

Catholicisme

L’Église catholique, ou Église catholique, apostolique et romaine, est la plus grande Église chrétienne avec plus d'un milliard de fidèles. Elle réunit l’ensemble des chrétiens en communion avec le pape et les évêques qui sont considérés par les catholiques comme étant les successeurs des apôtres de Jésus-Christ. L'Église catholique est l'une des plus vieilles institutions religieuses au monde et a joué un rôle important dans l'histoire, surtout du monde occidental. La foi de l'Église catholique est résumée par le symbole de Nicée et elle se caractérise par la célébration des sept sacrements dont le plus important est l'Eucharistie célébré liturgiquement durant la messe. Selon son propre catéchisme, l'Église catholique est composée de trois parties qui ne forment qu'une seule Église placée sous Jésus-Christ : l'Église militante, l'Église triomphante et l'Église souffrante correspondant respectivement à l'ensemble des fidèles sur terre, l'ensemble des saints qui sont au ciel et l'ensemble des âmes qui sont au purgatoire. L'Église catholique sur terre se conçoit comme une communion d'Églises locales ou particulières, c'est-à-dire ayant chacune un territoire et un évêque à sa tête. Celles-ci sont chacune pleinement l'Église catholique dans la mesure où elles sont en communion avec le pape, qui est l'évêque de Rome et considéré comme étant le successeur de saint Pierre, et en communion les unes avec les autres. L'Église catholique se définit comme une institution à la fois humaine et divine : « société parfaite en dépit de l'imperfection de ses membres ». En plus d'être l'ensemble des baptisés, elle est aussi une institution et un clergé organisés de façon hiérarchique. Une très grande majorité des catholiques (au moins 98 %) sont de l'Église latine, mais il existe aussi des catholiques de différentes Églises catholiques orientales. (DBpedia, 2017)

Comment: La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#catholicism

[back to top]

Term: cwrc:churchOfChristianScience

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#churchOfChristianScience

Science CHRÉTIENNE

La Science chrétienne (ou Christian Science en anglais) se définit elle-même comme la « Science du Christ ». Sa fondatrice, la théologienne américaine Mary Baker Eddy, estime avoir redécouvert en 1866 les lois appliquées par Jésus dans la guérison des malades et la résolution des aléas de la vie, lois toujours démontrables aujourd'hui. Son observation des guérisons et résolutions diverses obtenues sur la base de sa théorie en prouve, selon elle, la validité. Ainsi, la Science chrétienne est « chrétienne » en ce sens qu’elle repose sur les enseignements de Jésus de Nazareth, tels qu'exposés dans le Nouveau Testament. La Science chrétienne se veut une religion pratique permettant l'application de lois divines démontrables. Afin d'assurer la diffusion de cette science, Mary Baker Eddy fonde en 1879 une Église sans credo, appelée « Église du Christ, Scientiste » (en anglais The First Church of Christ, Scientist), rassemblant de nos jours 1 800 églises dans 82 pays et quelques centaines de milliers de pratiquants, principalement aux États-Unis. Reconnue comme association cultuelle dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis, la Science chrétienne précise que, malgré la confusion possible entre les deux noms, elle n’a rien de commun avec l’Église de Scientologie; de plus, bien qu'elle partage nombre de concepts métaphysiques avec les églises de la Nouvelle Pensée comme Unité, la Science divine et la Science religieuse, ce qui amène certains historiens et sociologues à les aborder ensemble dans leurs travaux, la Science chrétienne et ces églises ne se reconnaissent pas mutuellement comme faisant partie de la même mouvance. La principale critique de la Science chrétienne est qu'elle a un caractère alternatif et non complémentaire au traitement médical. Ainsi, les guérisons alléguées sont obtenues en dehors de tout contrôle médical. Ses guérisons de maladies fonctionnelles ou organiques sont considérées comme relevant de l’effet placebo par les détracteurs de la Science chrétienne (ce qui n’est d’ailleurs pas tellement en contradiction avec la Science chrétienne, qui ne considère la maladie que comme le résultat de simples croyances erronées, qu’il faudrait donc corriger pour recouvrer la santé.). La principale défense de la Science chrétienne est que chacun est libre de choisir la méthode de guérison qu'il juge la plus efficace et qu'il n'existe aucune contrainte à ce sujet. Les sympathisants mettent en avant les guérisons qu’ils disent avoir obtenues et réfutent toute idée de rejet de la médecine conventionnelle. (DBpedia, 2017)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #christianScience.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#christianScience

[back to top]

Term: cwrc:churchOfEngland

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#churchOfEngland

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #anglicanism.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#anglicanism

[back to top]

Term: cwrc:congregationalChurch

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#congregationalChurch

Églises congrégationalistes

Les Églises congrégationalistes sont des églises protestantes de tradition réformée, pratiquant une forme d’organisation d’église où chaque paroisse se gère de manière entièrement autonome et indépendante. Le congrégationalisme se caractérise plus comme un mouvement que comme une dénomination chrétienne en raison de sa conviction fondamentale en faveur de l’autonomie complète de chaque paroisse. Malgré la forte diversité théologique inhérente à leur forme d'organisation, la plupart des congrégationalistes se considèrent d'abord comme des réformés, soit traditionnels soit néo-orthodoxes (barthiens). Les congrégationalistes, selon la définition du centre de recherche indépendant Pew Research Center, représentent environ 0,5% de la population protestante mondiale, soit 4 millions de chrétiens répartis essentiellement dans les grands pays anglophones (Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Australie, Afrique du sud, Irlande) et dans quelques « terres de mission » (Argentine, Bulgarie, Îles Samoa). Leur rôle historique et leur influence, notamment aux États-Unis, excèdent largement ces chiffres. (DBpedia, 2017)

Comment: La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#congragationalism

[back to top]

Term: cwrc:dissenters

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissenters

dissidents (ou non-conformistes)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #dissentProtestant.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissentProtestant

[back to top]

Term: cwrc:dissentingChurches

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissentingChurches

Églises dissidentes

Les Dissidents anglais (en anglais : English Dissenters ou nonconformists) sont des protestants anglais qui firent sécession de l'Église d'Angleterre1. Ils s'opposaient à l'interférence de l'État dans les affaires religieuses et fondèrent leurs propres communautés du xvie au xviiie siècle. Les Dissidents triomphèrent un temps lors du gouvernement d'Oliver Cromwell, mais après la Restauration de la monarchie, en 1660, l'épiscopat fut rétabli et les droits civiques des Dissidents limités, dès les années 1660, par une série de lois dont l’Act of Uniformity, le Corporation Act et le Test Act. Ce n'est qu'en 1828 que ces lois discriminatoires sont abrogées.(DBpedia, 2017)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #dissentProtestant.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissentProtestant

[back to top]

Term: cwrc:entrepreneurial-industrialism

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#entrepreneurial-industrialism

entrepreneuriat industriel

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #entrepreneurial.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#entrepreneurial-industrialist

[back to top]

Term: cwrc:femaleSex

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#femaleSex

Femelle

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #genderWomanFemale.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#genderWomanFemale

[back to top]

Term: cwrc:genderManMale

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#genderManMale

[back to top]

Term: cwrc:genderTransMan

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#genderTransMan

[back to top]

Term: cwrc:genderTransWoman

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#genderTransWoman

[back to top]

Term: cwrc:genderWomanFemale

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#genderWomanFemale

[back to top]

Term: cwrc:hasCulturalForms

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasCulturalForms

a une forme culturelle

Cette sous-classe de culturalFormation associe des concepts et des catégories spécifiques au processus de formation identitaire à travers les processus culturels. Le sujet elle/lui-même peut ou a pu s’approprier de telles associations, ou d’autres personnes les lui ont attribuées. Les concepts et les catégories classés dans culturalForms se chevauchent en théorie et en terme d'étiquettes utilisés.

Comment: Désapprouver en faveur de la propriété #hasCulturalForm.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasCulturalForm

[back to top]

Term: cwrc:hasEthnicitySelfDefined

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasEthnicitySelfDefined

d'ethnicité (autodéclarée)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasEthnicitySelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasEthnicitySelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasGenderSelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGenderSelfDeclared

est de genre (autodéclaré)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasGenderSelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGenderSelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasGeographicHeritageSelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGeographicHeritageSelfDeclared

a un héritage géographique (autodéclaré)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasGeographicHeritageSelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasGeographicHeritageSelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasLinguisticAbilitySelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasLinguisticAbilitySelfDeclared

connait la langue (autodéclaré)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasLinguisticAbilitySelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasLinguisticAbilitySelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasNationalitySelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNationalitySelfDeclared

de nationalité (autodéclarée)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasNationalitySelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNationalitySelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasNativeLinguisticAbilitySelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasNativeLinguisticAbilitySelfDeclared

a une langue maternelle (autodéclaré)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasLinguisticAbilitySelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasLinguisticAbilitySelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasRaceColourSelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasRaceColourSelfDeclared

[back to top]

Term: cwrc:hasReligionSelfDefined

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasReligionSelfDefined

religion (autodéclarée)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasReligionSelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasReligionSelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasSexualitySelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSexualitySelfDeclared

a une orientation sexuelle (autodéclarée)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasSexualitySelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSexualitySelfReported

[back to top]

Term: cwrc:hasSocialClassSelfDefined

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSocialClassSelfDefined

de classe sociale (autodéclarés)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #hasSocialClassSelfReported.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#hasSocialClassSelfReported

[back to top]

Term: cwrc:jewishReligion

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#jewishReligion

Judaïsme

Pour l'Encyclopædia Britannica, le mot judaïsme recouvre la religion des Juifs, ainsi que la théologie, la loi et les traditions culturelles du peuple juif, constitué des descendants des Israélites provenant de l'antique terre d'Israël et des quelques minorités les ayant rejoints par la conversion et s'étant mélangées à eux au fil de leur diaspora de deux millénaires. Pour un juif orthodoxe comme Daniel Boyarin, le judaïsme est « l'ensemble des rituels et des autres pratiques, des croyances et des valeurs, des loyautés historiques et politiques qui constituent l'allégeance au peuple d'Israël », mais le judaïsme n’est ni une religion ni une foi, selon Boyarin. Ainsi Bernard-Henri Lévy affirme que « la tâche des Juifs comme tels est d’être irréligieux », dans la mesure où la religion, telle qu'on la conçoit en théologie, édifiée par une croyance, par des dogmes, par une instance suprême, centrale et doctrinale, n’appartient pas à l’esprit du judaïsme, selon lui. Le judaïsme comporte des éléments religieux, mais ne s'y limite pas puisqu'il contient des coutumes non spécifiquement religieuses – outre des codes de conduite, des lois, des rites – et qu’il fonde plus largement encore une « culture juive ». Néanmoins, par convention, on parle habituellement du judaïsme comme d’une « religion », mais il ne faut pas l’entendre au sens strict, selon des historiens des religions comme Simon Claude Mimouni ou Daniel Boyarin, ou des philosophes comme Léo Strauss ou Bernard-Henri Lévy. Selon ses textes fondateurs, en particulier le Tanakh, la foi des anciens Israélites et de leurs descendants les Juifs, est fondée sur une alliance contractée entre Dieu et Abraham, qui a ensuite été renouvelée entre Dieu et Moïse. Les juifs fondent le judaïsme sur la religion abrahamique qui fleurira ensuite dans la Loi mosaïque (la Torah, les Nevi'im et les Ketouvim), collectivement désignés par l'acronyme Tanakh, dont le texte constitue la Miqra ou Bible hébraïque. Cette religion se fonde sur le culte du Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, au Nom ineffable, qu'elle conçoit comme une Essence éternelle (YHWH), qui détient tous les pouvoirs (Elohim), transcendant le Seigneur des Seigneurs (Adonaï) qu'elle considère Un et Unique et qu'elle qualifie ainsi : omnipotent, omniscient, omniprésent, juste et miséricordieux. Cette religion professe aussi que le rassemblement de toutes les puissances (Elohim) manifesta le créateur du monde qui continue de s'impliquer dans sa destinée en faisant irruption dans l'Histoire dont il révèle la dimension d'Histoire Sainte, comme lorsqu'il fit sortir d'Égypte les enfants d'Israël. Les cohanim, ou prêtres, du Temple de Jérusalem, par deux fois détruit, assuraient son culte. Certains groupes juifs, comme les Ésséniens, s'opposaient à la centralité du culte à Jérusalem. La seconde destruction du Temple de Jérusalem et la dispersion des juifs dans le monde donna naissance à plusieurs traditions religieuses juives. Si la majorité des juifs se regroupèrent autour de l'élaboration du Talmud par les rabbanim, un mouvement strictement scripturaliste, dit Karaïsme, s'opposa à la codification de la tradition orale, tandis que d'autres groupes éloignés, comme les Beta d'Israël en Éthiopie, ignorèrent cette évolution et se développèrent en vase clos. Le judaïsme est l'une des plus anciennes traditions religieuses du monothéisme exclusif encore pratiquées aujourd'hui. Les valeurs et l'histoire du peuple juif sont à la source des deux autres religions abrahamiques, le christianisme et l'islam. Il n'est toutefois pas à la base du samaritanisme, qui est une tradition israélite très tôt distincte du judaïsme de Jérusalem, ni du zoroastrisme, lui-même issu du mazdéisme. (DBpedia, 2017)

Comment: La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#judaism

[back to top]

Term: cwrc:lollards

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#lollards

Lollards

Les Lollards sont les membres ou sympathisants d'un mouvement de contestation religieuse et sociale apparu en Angleterre au XIVe siècle. — John Ball (DBpedia, 2017)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #lollardy.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#lollardy

[back to top]

Term: cwrc:maleLabel

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#maleLabel

male

Comment: Désapprouver sans équivalence.

Replaced by: None

[back to top]

Term: cwrc:maleSex

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#maleSex

Mâle

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #genderManMale.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#genderManMale

[back to top]

Term: cwrc:pagan

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#pagan

païen (ou payen)

Paganisme est un terme générique employé depuis le VIe siècle par des chrétiens pour désigner la religion de ceux qui ne sont ni chrétiens, ni juifs, ni musulmans. Il remonte au latin paganus (païen). Au VIe siècle, ce mot pouvait servir à désigner les habitants des campagnes par opposition à ceux des villes ou bien les civils par opposition aux militaires. D'abord employé comme sobriquet populaire par des chrétiens pour désigner ceux qui ne sont pas baptisés, le terme a ensuite été adopté dans la littérature chrétienne. Même s'il y désigne toujours ceux qui ne sont pas chrétiens, son acception y est cependant ambiguë. Il est parfois employé de façon péjorative pour désigner ceux qui sont tenus pour être des ignorants, parfois de façon neutre pour désigner les philosophes grecs, parfois encore pour désigner des chrétiens jugés mal convertis ou tièdes dans leur foi. À partir de 370, des lois impériales regroupées au Ve siècle dans le code théodosien emploient le terme paganus pour désigner ceux qui pratiquent la magie, ceux qui sont considérés comme superstitieux ou dans l'erreur. Le terme a depuis conservé une connotation péjorative. De nombreux Pères de l'Église ayant écrit « contre les païens », le paganisme a eu une première existence sous forme de fiction littéraire, comme s'il s'agissait de la religion de ceux qui ne sont pas chrétiens. Le paganisme tel qu'il a été exposé par les Pères de l'Église n'était cependant pas à proprement parler une religion, il s'agit plutôt de l'ensemble sans homogénéité des positions philosophiques et des croyances rejetées par les Pères de l'Église. Le paganisme est ainsi, dans l'antiquité tardive, une attitude combattue par des chrétiens puis par les autorités, mais elle n'est revendiquée par personne. C'est surtout à l'époque moderne, avec l'essor de l'histoire des religions que le paganisme commence à être perçu et étudié comme une religion parmi d'autres. Le paganisme peut aujourd'hui être revendiqué sous forme de néo-paganisme, ou bien comme une position philosophique tel que l'a fait Marc Augé dans Le génie du paganisme. Le mot paganus n'a pas son correspondant chez les écrivains chrétiens de langue grecque qui utilisent le terme moins péjoratif de « nations » ou « religions nationales » (ethnikoï) (décalque de l'hébreu). (DBpedia, 2017)

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #paganism.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#paganism

[back to top]

Term: cwrc:personalPropertySelfDeclared

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#personalPropertySelfDeclared

[back to top]

Term: cwrc:quakers

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#quakers

quaker

La Société religieuse des Amis est un mouvement religieux fondé en Angleterre au XVIIe siècle par des dissidents de l'Église anglicane. Les membres de ce mouvement sont communément connus sous le nom de quakers () mais ils se nomment entre eux « Amis » et « Amies ». Le mouvement est souvent nommé simplement Société des Amis et le surnom de « quaker » apparaît le plus souvent dans la dénomination officielle, sous la forme Société religieuse des Amis (quakers). Les historiens s'accordent à désigner George Fox comme le principal fondateur ou le plus important meneur des débuts du mouvement. Depuis sa création en Angleterre, le mouvement s'est d'abord répandu dans les pays de colonisation anglo-saxonne. Au XXe siècle, des missionnaires quakers ont propagé leur religion en Amérique latine et en Afrique. Aujourd'hui, les quakers déclarent être au nombre d'environ 350 000 dans le monde. La Société des Amis se différencie de la plupart des autres groupes issus du christianisme par l'absence de credo et de toute structure hiérarchique. Pour les quakers, la croyance religieuse appartient à la sphère personnelle et chacun est libre de ses convictions. Le concept de « lumière intérieure » (inner light) est cependant partagé par la plupart d'entre eux, quelle que soit la signification donnée à ces mots. De nombreux quakers reconnaissent le christianisme mais ne ressentent pas leur foi comme entrant dans les catégories chrétiennes traditionnelles. On trouve aujourd'hui dans la Société des Amis des pratiques très diverses, y compris un large courant évangélique. (DBpedia, 2017)

Comment: La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#quakerism

[back to top]

Term: cwrc:rationalDissenter

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#rationalDissenter

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #dissentingChristianity.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#dissentingChristianity

[back to top]

Term: cwrc:societyOfFriends

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#societyOfFriends

Société religieuse des Amis

Comment: La description de ce terme est basée sur celle de DBPedia.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#quakerism

[back to top]

Term: cwrc:unitarianChurch

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#unitarianChurch

Église unitarienne

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #unitarianism.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#unitarianism

[back to top]

Term: cwrc:unknownSex

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#unknownSex

Inconnue

Replaced by: None

[back to top]

Term: cwrc:whiteRace

URI: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#whiteRace

blanc

Comment: Désapprouver en faveur de l'instance #whiteRaceColour.

Replaced by: http://sparql.cwrc.ca/ontologies/cwrc#whiteRaceColour

15. Bibliographie

[sajnani_rachel/racial_nodate] Damon Sajnani. Rachel/Racial Theory: Reverse Passing in the Curious Case of Rachel Dolezal. Transition Magazine, Hutchins Center. [ http ]
[de_lauretis_differences:_1991] Teresa De Lauretis. differences: A Journal of Feminist Cultural Studies. Duke University Press, (2):Introduction, pp. iii–xviii, 1991.
[wright_feminism_1992] Elizabeth Wright, editor. Feminism and psychoanalysis: a critical dictionary. Blackwell reference. Blackwell, Oxford, UK ; Cambridge, Mass., USA, 1992.
Keywords: Psychoanalysis and feminism
[woolf_room_1929] Virginia Woolf. A Room of One's Own. The Hogarth Press, London, 1929.
[beauvoir_second_2011] Simone de Beauvoir, Constance Borde, and Sheila Malovany-Chevallier. The second sex. Vintage, New York, 2011. OCLC: 705522798.
Newly translated and unabridged in English for the first time, Simone de Beauvoir's masterwork is a powerful analysis of the Western notion of "woman," and a groundbreaking exploration of inequality and otherness. This long-awaited new edition reinstates significant portions of the original French text that were cut in the first English translation. Vital and groundbreaking, Beauvoir's pioneering and impressive text remains as pertinent today as it was sixty years ago, and will continue to provoke and inspire generations of men and women to come. Overview: Newly translated and unabridged in English for the first time, Simone de Beauvoir's masterwork is a powerful analysis of the Western notion of "woman," and a groundbreaking exploration of inequality and otherness. This long-awaited new edition reinstates significant portions of the original French text that were cut in the first English translation. Vital and groundbreaking, Beauvoir's pioneering and impressive text remains as pertinent today as it was sixty years ago, and will continue to provoke and inspire generations of men and women to come.

[crenshaw_demarginalizing_1989] Kimberle Crenshaw. Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine,Feminist Theory and Antiracist Politics. University of Chicago Legal Forum, pages 139–167, 1989.
[grosz_volatile_1994] E. A. Grosz. Volatile bodies: toward a corporeal feminism. Theories of representation and difference. Indiana University Press, Bloomington, 1994.
Keywords: Feminist theory, Gender identity, Human body, Social aspects
[butler_gender_1990] Judith Butler. Gender Trouble. Routledge, 1990.
[brown_orlando:_2006] Susan Brown, Patricia Clements, and Isobel Grundy, editors. Orlando: Women's Writing in the British Isles from the Beginnings to the Present. Cambridge University Press, Cambridge, 2006.
[petersen_art_1990] Toni Petersen. Art & architecture thesaurus. Oxford University Press, 1990. [ http ]
First edition of the Art and Architecture Thesaurus, a project, started in 1979, of the Getty Art History Information Program. The work presents, in a faceted hierarchical structure, a standard vocabulary for the field of art and architecture. Two displays are provided: the hierarchical, which includes seven facets (associated concepts, physical attributes, styles and periods, agents, activities, materials, objects), and the alphabetical display including all terms.

[simpson_xml_2013] John Simpson and Susan Brown. From XML to RDF in the Orlando Project. pages 194–195. IEEE, September 2013. [ DOI | http ]
[haraway_situated_1988] Donna Haraway. Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3):575–599, 1988. [ DOI | http ]
[noauthor_getty_2017] Getty Art and Architecture Thesaurus, 2017. [ http ]
[halpin_when_2010] Harry Halpin, Patrick J. Hayes, James P. McCusker, Deborah L. McGuinness, and Henry S. Thompson. When owl:sameAs Isn’t the Same: An Analysis of Identity in Linked Data. In International Semantic Web Conference, volume 6496. Springer, 2010. [ DOI ]
[brown_cultural_2017] Susan Brown, Abigel Lemak, Colin Faulkner, and Rob Warren. Cultural (Re-)formations: Structuring a Linked Data Ontology for Intersectional Identities. In The Proceedings of the Digital Humanities Conference, Montreal, Canada, 2017.
[brown_story_2007] Susan Brown, Patricia Clements, Isobel Grundy, Sharon Balazs, and Jeffrey Antoniuk. The Story of the Orlando Project: Personal Reflections. Tulsa Studies in Women’s Literature, 26(1):135–143, 2007.
[brown_introduction_2007] Susan Brown, Patricia Clements, Isobel Grundy, Sharon Balazs, and Jeffrey Antoniuk. An Introduction to the Orlando Project. Tulsa Studies in Women’s Literature, 26(1):127–134, 2007.
[james_smith_working_2013] James Smith. Working with the Semantic Web. In Constance Crompton, Richard J Lane, and Ray Siemens, editors, Doing Digital Humanities: Practice, Training, Research, page 444. Routledge, 2013. [ http ]
[matthew_k._gold_debates_2012] Matthew K. Gold. Debates in the Digital Humanities 2012. Debates in the Digital Humanities. Univ Of Minnesota Press, 2012.
[jewett_sarah_1931] Sarah Orne Jewett. Sarah Orne Jewett Manuscript Collection. Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA, USA, 1931.
[ellis_studies_1897] Havelock Ellis and John Addington Symonds. Studies in the Psychology of Sex. Wilson & Macmillan, London, UK, 1897.
[carpenter_intermediate_1908] Edward Carpenter. The Intermediate Sex: A Study of Some Transitional Types of Men and Women. Swan Sonnenschein and Company, London, UK, 1908.
[crook_complete_1926] G. T. Crook. The Complete Newgate Calendar, volume 2. Navarre Society, London, UK, 1926.
[martin_lesbian/woman_1972] Del Martin and Phyllis Lyon. Lesbian/Woman. Glide P, San Francisco, CA, USA, 1972.
[ross_house_1995] Becki Ross. The House That Jill Built: A Lesbian Nation in Formation. University of Toronto Press, Toronto, On, Canada, 1995.
[noauthor_ladies_1997] Ladies of Llangollen: Letters and Journals of Lady Eleanor Butler (1739-1829) and Sarah Ponsonby (1755-1831) from the National Library of Wales. Adam Matthew Publications, Marlborough, Wiltshire, England, 1997.
[bornstein_gender_2010] Kate Bornstein and S. Bear Bergman, editors. Gender Outlaws: The Next Generation. Seal P, Berkeley, CA, USA, 2010.
[coyote_persistence:_2011] Ivan E Coyote and Zena Sharman. Persistence: All Ways Butch and Femme. Arsenal Pulp Press, Vancouver, BC, Canada, 2011.
[fuss_essentially_2013] Diana Fuss. Essentially speaking: Feminism, nature and difference. Routledge, 2013.
[lerman_big_2013] Jonas Lerman. Big data and its exclusions. Stanford Law Review, 66:55–63, September 2013. [ http ]
[treviranus_value_2014] Jutta Treviranus. The value of the statistically insignificant. Educause, January 2014. [ http ]
[scott_description_1762] Sarah Scott. A Description of Millenium Hall. Broadview Press, Peterborough, ON, Canada, 1995 edition, 1762.
[james_bostonians_1886] Henry James. The Bostonians. Macmillan, 1921 edition, 1886.
[krafft-ebing_psychopathia_1892] Richard Krafft-Ebing. Psychopathia Sexualis, with Especial Reference to Contrary Sexual Instinct: A Medico-Legal Study. F. A. Davis, London, UK, 7th edition, 1892.
[radclyffe_well_1928] Hall Radclyffe. The Well of Loneliness. Jonathan Cape, London, UK, 1928.
[woolf_three_1938] Virginia Woolf. Three Guineas. Hogarth Press, 1938.
[noauthor_woman-identified_1970] The Woman-Identified Woman. Radicalesbians, New York, NY, USA, 1970.
[mayor_ladies_1971] Elizabeth Mayor. The Ladies of Llangollen: A Study in Romantic Friendship. Joseph, London, UK, 1971.
[brown_rubyfruit_1973] Rita Mae Brown. Rubyfruit Jungle. Daughters Inc, Plainfield, VT, USA, 1973.
[johnston_lesbian_1973] Jill Johnston. Lesbian Nation: The Feminist Solution. Simon and Schuster, 1973.
[grier_lesbian_1976] Barbara Grier and Coletta Reid. Lesbian Lives: Biographies of Women from the Ladder. Diana Press, Baltimore, MD, USA, 1976.
[faderman_surpassing_1981] Lillian Faderman. Surpassing the Love of Men: Romantic Friendship and Love between Women from the Renaissance to the Present. Morrow, New York, NY, USA, 1981.
[richards_lesbian_1990] Dell Richards. Lesbian Lists: A Look at Lesbian Culture, History, and Personalities. Alyson Publications, Boston, MA, USA, 1990.
[nestle_persistent_1992] Joan Nestle, editor. The Persistent Desire: A Femme-Butch Reader. Alyson Publications, Boston, MA, USA, 1992.
[bornstein_my_1998] Kate Bornstein. My Gender Workbook: How to Become a Real Man, a Real Woman, the Real You, or Something Else Entirely. Routledge, New York, NY, USA and London, UK, 1998.
[halberstam_female_1998] Jack Halberstam. Female Masculinity. Duke University Press, Durham, NC, USA, 1998.
[munt_sisters_1998] S. Munt. Sisters in exile: The Lesbian Nation. New frontiers of space, bodies and gender, 3(19), 1998.
[nakamura_cybertypes:_2002] Lisa Nakamura. Cybertypes: Race, ethnicity, and identity on the internet. Routledge, London, UK, 2002.
[bergman_butch_2006] S. Bear Bergman. Butch Is a Noun. Suspect Thoughts Press, San Francisco, CA, USA, 2006.
[sycamore_nobody_2006] Mattilda Bernstein Sycamore. Nobody Passes: Rejecting the Rules of Gender and Conformity. Seal P, Emeryville, CA, USA, 2006.
[mcpherson_why_2012] Tara McPherson. Why are the Digital Humanities so white? Or thinking the histories of race and computation. Debates in the digital humanities, pages 139–160, 2012. [ http ]
[brown_curious_2013] Susan Brown and John Simpson. The curious identity of Michael Field and its implications for humanities research with the semantic web. In 2013 IEEE International Conference on Big Data, 2013.
[dean-hall_sex_2013] Adriel Dean-Hall and Robert H. Warren. Sex, privary and ontologies. In Workshop on Search and Exploration of XRated Information (SEXI 2013), Rome, Italy, February 2013. [ .pdf ]
[susan_brown_sorting_2006] Susan Brown, Patricia Clements, and Isobel Grundy. Sorting things in: Feminist knowledge representation and changing modes of scholarly production. Women's Studies International Forum, pages 317–325, June 2006. [ http ]
[bailey_all_2012] Moya Z. Bailey. All the Digital Humanists Are White, All the Nerds Are Men, but Some of Us Are Brave. Journal of Digital Humanities, March 2012. [ http ]
Keywords: Conversations, Vol. 1, No. 1 Winter 2011
[mark_algee-hewitt_representing_2016] Mark Algee-Hewitt, J.D. Porter, and Hannah Walser. Representing race and ethnicity in american fiction, 1789- 1964. Banff, Canada,, October 2016.
[matthew_k._gold_debates_2016] Matthew K. Gold and Lauren F. Klein, editors. Debates in the Digital Humanities 2016. 2016. [ http ]
If the publication of Debates in the Digital Humanities in 2012 marked the “digital humanities moment,” this book—the first in a series of annual volumes—will chart the possibilities and tensions of the field as it grows.